Karl Lagerfeld au Bal de la Rose à Monaco le 28 mars 2015.
Karl Lagerfeld au Bal de la Rose à Monaco le 28 mars 2015. - Lionel Cironneau/AP/SIPA

« Hollande déteste les riches, c’est désastreux (…) Il veut les punir et clairement, ils partent, personne n’investit. Les étrangers ne veulent plus investir en France », déclarait en 2012 le couturier de la maison Chanel, Karl Lagerfeld, dans une interview accordée au magazine Marie Claire. Le départ des capitaux vers des cieux fiscaux plus cléments ? C’est visiblement ce que préconise le designer allemand selon des informations publiées par l’hebdomadaire L’Express.

Des sociétés domiciliées en Irlande, aux îles Vierges et dans le Delaware

Le journal affirme que Bercy soupçonne Lagerfeld de divers montages financiers qui lui auraient permis de ne pas déclarer au fisc l’équivalent de 20 millions d’euros depuis 2009. En cause, la librarie7L, qui fait aussi office de studio photo, en déficit de 6,6 millions d’euros mais détenue par une société basée au Royaume-Uni. C’est cette société qui encaisserait les diverses rémunérations liées aux prestations photo touchées par le « Kaiser ».

>> A lire aussi : Le mannequin star Bar Refaeli arrêtée pour fraude fiscale

L’article évoque également deux sociétés civiles immobilières et « un redressement fiscal très allégé » de plusieurs dizaines de millions d’euros à la fin des années 1990 grâce à ses accointances politiques. L’hebdomadaire, citant un porte-parole du couturier, précise toutefois qu’une « procédure serait toujours en cours » afin de « régulariser ce dossier ».

Mots-clés :