Illustration d'un serveur sur la terrasse d'un restaurant.
Illustration d'un serveur sur la terrasse d'un restaurant. - DAMOURETTE/SIPA

Adoptée et assumée par plusieurs pays, notamment chez nos voisins anglo-saxons, la pratique du doggy bag se heurte souvent, en France, à la réticence des clients. Mais cela va peut-être changer. Depuis le 1er janvier 2016, les restaurateurs ont l’obligation de proposer aux clients rassasiés de repartir avec les restes de leur assiette.

Objectif : réduire de 50 % le gaspillage alimentaire

Il s’agit du dernier volet de la loi sur les biodéchets, votée en 2011, rapporte Le Parisien. Si l’ensemble des entreprises produisant plus de 10 tonnes de biodéchets par an doivent désormais appliquer des mesures de réduction ou de tri et recyclage, côté restauration, seuls les plus gros établissements, ceux servant plus de 180 repas par jour, seront assujettis à l’obligation, précise de son côté Europe 1. Le but étant de réduire de moitié la quantité de déchets alimentaires d’ici à 2025.

Des initiatives dans ce sens avaient cependant déjà vu le jour. Ainsi, à Paris, des emballages hermétiques conçus par la société TakeAway sont fournis depuis début décembre à une centaine de restaurants de la capitale.

 

Mots-clés :