Les courageux baigneurs à Malo-Les-Bains le 1/1/16.
Les courageux baigneurs à Malo-Les-Bains le 1/1/16. - PHILIPPE HUGUEN / AFP

Ils n'ont pas eu froid aux yeux, mais ont du avoir le corps glacé. Environ 500 personnes se sont jetées dimanche dans les eaux de la mer du Nord dans des tenues excentriques pour fêter la nouvelle année lors du «bain des givrés» à Malo-les-Bains (Nord) sous le regard amusé d'une foule encore plus nombreuse.

«On se croirait à Nice!», lance Jean Gosset, 55 ans, habitant de Malo-Les-Bains, en référence au beau soleil et à la douceur des températures en ce premier jour de l'année 2016 (10°C). «J'en suis à mon 9e bain et je crois que ça a été le cru le plus facile», dit cet homme travesti pour l'occasion en femme avec de volumineux seins en plastique.

Certains «givrés», qui sont restés généralement un bon quart d'heure dans l'eau, étaient munis de pancartes en référence à l'actualité comme «Christopher Nolan t'es où ? On s'est fait beau!», en allusion au projet de long métrage du réalisateur britannique sur la bataille de Dunkerque lors de la seconde guerre mondiale.

Le bain des givrés !

Preuve de l'engouement de ce bain, des touristes venus de loin étaient présents comme Louis, arrivé de Lausanne et qui s'est fait un point d'honneur à respecter la tradition de précision des Suisses. «Je suis resté 4 minutes 46 secondes dans l'eau et elle est plus froide que les lacs en Suisse», note-t-il malicieux.

Surtout, pour beaucoup, ce bain des givrés, dont le premier a eu lieu pour le passage à l'an 2000, est l'occasion de placer sous le signe de la bonne humeur l'entrée dans la nouvelle année. «On a tous connus une année 2015 maussade (en raison des attentats, ndlr), ce bain permet de bien commencer la nouvelle et de profiter des bons moments!», explique Didier, 52 ans, venu de Pontarlier, dans le Doubs.

D'autres se sont lancés des défis, comme cette trentaine de salariés d'un supermarché de Coudekerque, qui ont pris leur courage à deux mains pour faire trempette dans l'eau à 12°C, tous habillés en corsaires. «Ca permet de mieux se connaître entre collègues et ça met une bonne ambiance dans la boîte», se félicite Catherine, 47 ans, toute grelottante.

Tous les givrés se sont vus récompenser par une soupe à l'oignon et par un «brevet» intitulé «Certification de taux de pénétration dans la mer du Nord». Si certains disaient vouloir se reposer après une nuit blanche et ce bain, d'autres allaient dans les bars de la jetée afin de «s'entraîner» pour le célèbre carnaval de Dunkerque en février.

Mots-clés :