Un couple d'une vingtaine d'années a été retrouvé mort dimanche soir dans un appartement du centre-ville de Rouen.
Un couple d'une vingtaine d'années a été retrouvé mort dimanche soir dans un appartement du centre-ville de Rouen. - Capture d'écran / Google Street Views

L'enquête progresse. Un homme a été interpellé et placé en garde à vue mardi suite au double homicide ayant lieu il y a une dizaine de jours dans le centre de Rouen.

Selon la police, cet homme avait été filmé par des caméras de surveillance quand il était entré dans un immeuble de la place de la Pucelle, en plein coeur historique de Rouen, en compagnie de deux jeunes gens qui pourraient être les victimes, dans la nuit du 19 au 20 décembre. Des analyses ADN ont permis également d'interpeller le suspect.

Obligation de quitter le territoir

Le suspect serait de nationalité rwandaise et en situation irrégulière en France, selon des précisions apportées par le site Infonormandie, qui n'ont pas encore été corroborées par le parquet de Rouen. Sans domicile fixe, venant tout juste de purger une peine de prison pour viol, il faisait l'objet d'une obligation de quitter le territoire, selon le site. Il a été interpellé dans la nuit de lundi à mardi, en train de rôder aux abords d'une discothèque rouennaise.

C'est justement après une sortie nocturne que les deux victimes, Julien T., un infirmier de 29 ans, et Elise F., 24 ans, une jeune femme sans emploi, avaient rencontré leur meurtrier. Amis, mais ne vivant pas en couple, ils avaient passé une soirée très arrosée dans une boîte de nuit gay de Rouen.

La jeune femme avait proposé à son ami, qui tenait à peine debout, de passer la nuit dans son appartement situé au rez-de-chaussée de l'immeuble à colombages de la place de la Pucelle. L'agresseur avait réussi à pénétrer également dans l'appartement.

Grande émotion dans Rouen

Dans la soirée du dimanche les jeunes gens ont été découverts morts, tués par strangulation, comme le révélera un peu plus tard l'autopsie. Leur meurtrier avait effectué une sorte de mise en scène, plaçant les deux corps l'un sur l'autre sous un drap, leur tête recouverte d'un T-shirt. La jeune femme a subi des violences sexuelles avait indiqué le parquet. L'infirmier n'avait pas subi d'autres violences que la strangulation mais avait été dévêtu.

Le double meurtre a suscité une grande émotion dans Rouen. Deux marches blanches, une à Rouen, place de la Pucelle, l'autre à Dieppe, avaient été organisées à la mémoire des victimes le week-end dernier.

Mots-clés :