Charaffe al Mouadan, proche d'Abaaoud, cerveau présumé des attentats du 13 novembre.
Charaffe al Mouadan, proche d'Abaaoud, cerveau présumé des attentats du 13 novembre. - AFP

« Tu comptes appeler Souleymane ? », c’est cet échange entre les terroristes, rapporté par l’un des survivants de la tuerie du Bataclan, qui a mis la puce à l’oreille des enquêteurs. Abu Souleymane, de son vrai nom Charaffe al Mouadan, a été tué le 24 décembre dernier en Syrie a annoncé ce mardi le colonel américain Steve Warren, porte-parole de la coalition anti-Daesh.

Un ami de Samy Amimour 

Âgé de 27 ans et déjà connu des services de police, ce djihadiste pourrait avoir préparé ou coordonné l’attaque de la salle de spectacles le 13 novembre. Parti en Syrie à la fin de l’année 2013, il l’est l’un des amis d’enfance de Samy Amimour, un des terroristes décédés au Bataclan. Ils se sont connus à Drancy (Seine-Saint-Denis) et avaient été mis en examen en octobre 2012 pour association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes.

>> Attentats à Paris : Ce que révèle le rapport d’enquête

Comme son camarade Amimour, Charaffe al Mouadan avait projeté en 2012 de se rendre avec un troisième homme, Samir Bouabout, au Yémen ou en Afghanistan pour mener le djihad armé. Charaffe el-Mouadan, qui semble avoir été le leader du trio, avait suivi des cours de tir en mars 2012 au sein de l’Association nationale de tir de la police dans le 18e arrondissement de Paris, comme Samy Amimour.

Il s’était équipé de matériel paramilitaire, et avait contracté un prêt à la consommation de 20.000 euros, selon une source proche du dossier. Il avait affirmé aux policiers avoir abandonné tout projet de départ en zone de djihad et avait séjourné brièvement au Maroc avec Bouabout. Charaffe al Mouadan est né le 15 octobre 1989 de deux parents marocains à Bondy (Seine-Saint-Desnis), dans la banlieue nord-est de Paris.

Mots-clés :