Grippe aviaire: Huit pays ont stoppé leur importation de volailles

SANTE Au moins huit pays d'Asie et d'Afrique du Nord ont stoppé leurs importations de volailles et autres produits avicoles français en raison des cas de grippe aviaire détectés...

20 Minutes avec AFP

— 

Un panneau "Police sanitaire, accès interdit", placé à l'entrée d'un site où un cas de grippe aviaire a été détecté, le 25 novembre 2015, en Dordogne.

Un panneau "Police sanitaire, accès interdit", placé à l'entrée d'un site où un cas de grippe aviaire a été détecté, le 25 novembre 2015, en Dordogne. — MEHDI FEDOUACH / AFP

Au moins huit pays d’Asie et d’Afrique du Nord ont stoppé leurs importations de volailles et autres produits avicoles français en raison des cas de grippe aviaire détectés en Dordogne, a indiqué jeudi Loïc Evain, directeur général adjoint de l’alimentation, rattaché au ministère de l’Agriculture.

>> A lire aussi : Le point sur les mesures mises en place après les cas découverts en Dordogne

La Corée du Sud, le Japon, la Chine, la Thaïlande, l’Egypte, l’Algérie, le Maroc et la Tunisie ont annoncé l’arrêt de leurs importations de volaille française, a précisé Loïc Evain, ajoutant que cette liste « n’est pas exhaustive » mais n’inclut ni les 27 autres pays de l’Union européenne, ni, à ce stade, les pays du Golfe, qui comptent parmi les principaux acheteurs.

Certains pays pourraient « rouvrir très rapidement leurs frontières »

« La liste n’est pas exhaustive », mais n’inclut pas les 27 autres pays de l’Union européenne, qui ont validé en début de semaine « le périmètre de gestion de la maladie » proposé par la France, limité au département de la Dordogne, comme prévu par les normes de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE). « Malheureusement certains pays ont comme réaction première de fermer leurs frontières et ensuite de discuter », a-t-il regretté, assurant qu’après de premiers contacts certains pays pourraient « rouvrir très rapidement leurs frontières », notamment le Maroc.

Dans les pays du Golfe, qui comptent parmi les principaux acheteurs de volaille française, en particulier l’Arabie saoudite, « on n’a pas de décision de fermeture pour l’instant » et des échanges sont en cours « pour faire en sorte qu’on n’ait pas de fermeture », a-t-il ajouté.