Terrorisme : Les militaires régulièrement pris pour cible dans l'Hexagone

VIOLENCES Un homme qui voulait frapper la marine nationale à Toulon a été arrêté, ce n’est pas la première fois que les militaires français sont la cible d’actions violentes ou de projet d’attentat…

J.S

— 

Des militaires en patrouille aux abords de la Tour Eiffel, le 18 janvie r2015

Des militaires en patrouille aux abords de la Tour Eiffel, le 18 janvie r2015 — HOUPLINE RENARD/SIPA

L’armée française dans le viseur des déséquilibrés et des terroristes ? L’arrestation d’un homme de 25 ans soupçonné d’avoir voulu s’en prendre à des hommes de la marine nationale de la base navale de Toulon, vient rappeler que les forces armées sont régulièrement la cible d’actions violentes.

Mars 2012 : Mohamed Merah tue trois militaires

Avant la tuerie de l'école juive Ozar Hatorah, Mohamed Merah a tué plusieurs militaires à Toulouse et Montauban. Le «tueur au scooter» a d'abord assassiné, le 11 mars 2012 Ima Ibn Ziaten, un sous-officier parachutiste lors d'un guet-apens tendu sur un parking. Quatre jours plus tard, ce sont deux autres militaires qui sont abattus par le terroriste alors qu'ils se trouvent devant un distributeur Société Générale de Montauban. Un troisième homme est grièvement blessé par le terroriste qui s'enfuit en criant «Allahu akbar» . Enfin identifié, Mohamed Merah est abattu, le 22 mars 2012, chez lui lors d'une opération menée par les hommes du Raid.

Mohamed Merah

Mai 2013 : Un militaire poignardé à La Défense 

Un chasseur du 4e régiment de Gap en patrouille dans le quartier de La Défense est poignardé deux fois à la nuque par un homme qui prend la fuite. Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian déclare à l’époque « On a voulu tuer un militaire parce qu’il était militaire ». Arrêté par les forces de l’ordre quelques jours après son geste, Alexandre Dhaussy, baptisé par certains médias le « Zonard du djihad » a affirmé agir « Au nom de dieu ». Le 5 novembre 2015, le jeune homme de 25 ans mis en examen « tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste» a été reconnu pénalement irresponsable par la chambre de l’instruction. Il ne sera donc jamais jugé.

Alexandre Dhaussy, le 29 mai 2013 - ERIC FEFERBERG / AFP

 

Février 2015 : Trois militaires agressés au couteau à Nice

Près d’un mois après les attaques meurtrières de janvier menées par les frères Kouachi et Amedy Coulibaly, un homme attaque au couteau trois militaires qui montent la garde devant un centre communautaire juif de Nice. Il blesse deux des hommes avant d’être maîtrisé par le troisième. Moussa Coulibaly, un homme sans lien familial avec le tueur de la porte de Vincennes, avait été refoulé de Turquie une semaine avant. Radicalisé depuis 2011, il était connu des services de renseignement français. Il a été mis en examen pour «tentatives d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste.»

Photo fournie par les bureaux du Premier ministre turc le 4 février 2015 de Moussa Coulibaly, agresseur présumé de trois militaires à Nice - Bureaux du Premier ministre turc

Juillet 2015 : Quatre hommes arrêtés pour un projet d’attentat contre une base militaire

Le lundi 13 juillet, Bernard Cazeneuve confirme les informations données par le président de la République, le matin même : « Quatre individus de 16 à 23 ans, dont un ancien militaire réformé de la marine, ont été interpellés aux quatre coins du territoire. Ces individus projetaient des attaques terroristes contre des installations militaires françaises. ». Visés par une enquête pour « association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme », Trois d’entre eux voulaient décapiter un haut-gradé et diffuser le film de l'exécution.