Un rituel de fin des vacances qui fait mal au porte-monnaie. Les courses de fournitures scolaires coûteront un peu plus cher aux familles cette année, selon une étude de l’association Familles de France parue ce mardi (+ 0,7 % par rapport à l’an dernier). 20 minutes vous délivre ses conseils pour contenir votre budget.

1. Faites la liste précise de ce dont vous avez besoin

Vos tiroirs regorgent de trésors et vous l’ignorez souvent. « Il faut trier les fournitures que les enfants ont utilisées l’an dernier pour évaluer ce qui peut être réutilisé ou non. Cela permet de faire des économies substantielles », recommande Thierry Vidor, directeur général de Familles de France. « Il est aussi utile de répertorier tout ce dont l’enfant a besoin matière par matière s’il est au collège ou au lycée, afin d’éviter d’acheter deux fois certaines fournitures qui peuvent servir dans plusieurs cours », explique aussi Perrine Bouhelier, chargée du secteur éducation à la Confédération syndicale des familles.

>> Les fournitures scolaires qui vont cartonner à la rentrée

2. Comparez les prix

Selon Familles de France, le panier de fournitures est moins onéreux en hypermarché, où équiper un enfant entrant en sixième revient en moyenne à 176,09 euros, contre 202,07 euros dans un supermarché et 206,33 euros dans un magasin spécialisé. Si les prix en hypermarchés sont généralement comparables, « certaines différences notables existent sur les produits d’appel », note Perrine Bouhelier. Si vous cherchez à faire des bonnes affaires, consultez les catalogues et faites donc vos courses dans plusieurs enseignes. Certaines associations proposent aussi la vente de fournitures d’occasion, ce qui peut s’avérer très intéressant financièrement. Les antennes locales de l’association Emmaüs proposent souvent à la rentrée de telles ventes, annoncées auparavant sur sa page Facebook.

3. Allez-y mollo sur les lots

« Il faut toujours calculer le prix de revient de l’article à l’unité pour vérifier de l’intérêt d’un achat par lot », indique Thierry Vidor. Par ailleurs, il faut réfléchir à l’utilisation que l’on fera de ces produits. « Inutile par exemple d’acheter cinq bâtons de colles qui auront séché au bout de six mois ou cinq gommes dont on n’aura pas l’utilité », recommande Perrine Bouhelier. En revanche, l’achat de lots de stylos à billes ou de crayons à papier est souvent utile, car les enfants les perdent régulièrement. « Et les promos de la rentrée ne se retrouveront pas en cours d’année », ajoute-t-elle.

4. Méfiez-vous des premiers prix

« Les feuilles de petit grammage ont tendance à se déchirer et les crayons les moins chers ont souvent des mines qui se cassent à la première occasion. Du coup, on est obligé d’acheter plusieurs fois ces produits en cours d’année, ce qui coûte du temps et de l’argent », constate Perrine Bouhelier. Vous avez, par exemple, intérêt à miser sur du matériel de géométrie incassable, qui sera plus cher à l’achat mais que votre enfant aura une chance de réutiliser l’an prochain !

>> L’allocation de rentrée scolaire versée ce mardi

5. Ne cédez pas à tous les caprices de vos enfants

Elodie rêve d’un assortiment de fournitures Reine des neiges quand Victor ne jure que par les produits à l’effigie de Star Wars. Pour ne pas voir votre ticket de caisse flamber, limitez l’achat de ce type de produits. « On peut par exemple proposer une trousse ou un cahier de textes fantaisie à son enfant et n’acheter par ailleurs que des produits basiques », conseille Perrine Bouhelier.

6. Si vous avez une grosse commande, pensez aux achats groupés

C’est idéal pour les familles nombreuses. Certaines fédérations de parents d’élèves proposent ce système qui permet de faire baisser l’addition. Le site Scoléo permet ainsi de mutualiser les achats de fournitures établissement par établissement, classe par classe. Rien ne vous empêche également de vous associer avec d’autres familles pour faire commande commune. Si vous achetez sur Internet, vos frais de port seront mutualisés. Et vous gagnerez du temps !