Faire du naturisme avec ses enfants, est-ce une bonne idée?

VACANCES C'est à l'adolescence que cette pratique peut poser problème...  

Delphine Bancaud

— 

Une naturiste et sa fille au centre naturiste de Montalivet (Aquitaine);

Une naturiste et sa fille au centre naturiste de Montalivet (Aquitaine); — ALFRED/SIPA

Avec ses 155 centres de vacances naturistes, la France est l’eldorado des familles qui préfèrent vivre dévêtues en vacances. Et selon Yves Leclerc, vice-président de la Fédération française du naturisme, elles sont de plus en plus nombreuses : « 45 % de nos clients ont moins de 30 ans. Ce sont souvent des citadins, de CSP + qui ont été initiés au naturisme par leurs parents et qui viennent à leur tour séjourner en famille », explique-t-il.

Naturisme : « J’ai élevé mes filles dans cette pratique sans me poser de questions »

Une pratique qui est devenue courante, mais qui n’est pas sans poser de questions sur la manière dont les enfants vivent cette expérience de la nudité au quotidien. Pour Yves Leclerc, « lorsque la famille pratique le naturisme depuis toujours, cela ne pose pas de souci à l’enfant, car il a été élevé dans ce concept de liberté ». Selon lui, le naturisme aurait même des effets bénéfiques sur le développement de l’enfant : « Cela lui permet d’avoir une conscience plus précoce de son corps, ainsi que des différences physiques liées à l’âge, au handicap… D’où un rapport à l’autre plus tolérant et plus apaisé. Et une relation moins complexée avec son propre corps », affirme-t-il. De son côté, Patrick Hourdé, pédopsychiatre, estime aussi que « si la famille a une culture naturiste depuis que l’enfant est né, cela ne posera pas de problème tant qu’il sera petit ».

Ne rien imposer

Mais cette expérience peut être plus mal vécue par les enfants dont les parents découvrent cette pratique sur le tard et emmènent leur tribu avec eux sans leur demander leur reste. Ces derniers pourront alors se ressentir comme des exhibitionnistes et des voyeuristes. D’où l’importance de ne pas imposer cette expérience, selon Yves Leclerc : « Il faut d’abord en parler à son enfant et ne pas le forcer à se dénuder s’il ne le souhaite pas », assure-t-il.

Autre interrogation pour les parents qui veulent se lancer dans l’aventure : un enfant qui passe sa journée nu dans un club de vacances ne court-il pas des risques ? « Non, assure Yves Leclerc. Les enfants sont protégés de la pédophilie dans les centres de vacances naturistes car la communauté s’autosurveille », selon lui.

Les ados moins à l’aise avec cette pratique

Pour Patrick Hourdé, le naturisme est également à déconseiller pour les adolescents : « A cet âge, on ressent des pulsions sexuelles et un adolescent peut avoir par exemple une érection en public, ce qui va le mettre dans une situation très gênante ». Par ailleurs selon lui, le fait pour un adolescent de voir ses parents nus « est malsain. Car il y a un tabou de l’inceste. Or, quand les parents sont nus, on transgresse quelque chose ». Pour le psychiatre, cette expérience de la nudité à l’adolescence peut même « perturber la sexualité du futur adulte en le dégoûtant de corps de l’autre ». « Que les parents qui veulent s’adonner à cette pratique partent seuls », conseille-t-il.

Vacances naturistes : « Les gestes du quotidien paraissent étranges quand on les fait nue »

Dans les centres de vacances naturistes, Yves Leclerc constate d’ailleurs que certains ados « prennent le contre-pied de leurs parents et restent habillés ». Mais selon lui, cette pudeur ne dure pas toujours et devenus adultes, les anciens ados… renouent souvent avec le naturisme.