Charleville-Mézières.
Charleville-Mézières. - Googlemap

La mère de la collégienne musulmane interdite de cours à Charleville-Mézières (Ardennes) en raison du port d'une longue jupe noire, jugée comme un signe religieux ostentatoire concerté avec d'autres élèves, demandera à sa fille de se conformer aux directives de l'Education nationale, a-t-elle indiqué mercredi à l'AFP.

«C'est une jupe simple sans signe particulier, ce n'est pas religieux mais si l'école refuse que ma fille la porte en cours, elle ne la mettra pas», a expliqué la mère de la collégienne, en vacances scolaire depuis vendredi. «On ne cherche pas de problème; l'important c'est que ma fille continue ses études mais on ne comprend pas pourquoi l'école a réagi comme ça: quand il fait chaud elle met une jupe, sinon, elle met un pantalon, c'est tout», a-t-elle poursuivi.

L'élève de 15 ans, en classe de troisième au collège Léo-Lagrange dans le quartier de la Ronde Couture à Charleville-Mézières, avait été empêchée d'accéder aux cours à deux reprises au mois d'avril par la principale de l'établissement, qui estimait que sa longue jupe noire était un signe ostentatoire contraire aux principes de laïcité.

Le directeur y voit une action «concertée»

«Depuis plusieurs semaines, quelques jeunes filles portent une tenue avec voile et longue robe ou jupe et arrivent devant l'établissement avec une affirmation identitaire et cultuelle, tout à fait respectable au demeurant mais en dehors de l'établissement», a expliqué à l'AFP Patrice Dutot, l'inspecteur académique des Ardennes «On n'a rien contre une jupe évidemment, quelle que soit sa longueur, le problème est qu'(...)on est en face d'une action concertée avec une tenue qui en l'occurrence relève symboliquement de l'ostentatoire», a-t-il souligné.

Selon lui, «ce sont des adolescentes qui sont dans le tutoiement des règles et dans la confrontation comme beaucoup de jeunes de cet âge, et l'équipe pédagogique doit leur rappeler les principes de l'école de la République: la neutralité et le respect de l'autre». La jeune fille se défend, elle, de toute provocation. «Une jupe c'est un style vestimentaire, ce n'est pas un signe ostentatoire», a-t-elle dit à l'AFP.

Mots-clés :