La ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem le 13 novembre 2014 à Paris
La ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem le 13 novembre 2014 à Paris - Thomas Samson AFP

Après le primaire, Najat Vallaud-Belkacem s’attaque au secondaire. La ministre de l’Education nationale présente ce mercredi un plan de réforme du collège, ce «point noir du système scolaire». Le ministère dresse en effet un état des lieux inquiétant : le collège ne garantit pas l’acquisition des connaissances de base, le décrochage scolaire se confirme et les inégalités sociales ne cessent de se creuser.

La réforme se veut ambitieuse, en généralisant des pratiques pédagogiques plus modernes, pour impliquer davantage les élèves, tout en donnant plus d’autonomie aux enseignants. Les 4.000 postes annoncés dans le cadre de la loi Peillon en 2013 seront utilisés pour assurer les heures de cours supplémentaires.

A lire: l'avis des associations de parents d'élèves et des syndicats d'enseignants

Voici les 5 points-clés de ce plan de réforme baptisé «Mieux apprendre pour mieux réussir».

Une deuxième langue vivante dès la 5e

A compter de la rentrée 2016, les élèves apprendront une LV1 dès le CP, et une LV2 dès la 5e. S’ils n’ont pas choisi l’anglais comme LV1, ils pourront commencer à l’apprendre dès la 6e. Le ministère n’a pas encore précisé le nombre d’heures alloués à l’apprentissage de la LV2.

Interdisciplinarité et travail en groupe à travers les EPI

Pour lutter contre l’ennui et la passivité des élèves, le ministère veut introduire des enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI), au cours desquels les collégiens mettront en pratique leurs savoirs théoriques.

Dès la 5e, ils travailleront en petits groupes sur l’une de ces huit thématiques : développement durable ; sciences et société ; corps, santé et sécurité ; information, communication, citoyenneté ; culture et création artistiques ; monde économique et professionnel ; langues et cultures de l’Antiquité ; langues et cultures régionales et étrangères. Le plan de réforme cite notamment l’exemple d’un projet de maquettes d’éoliennes qui mobilise des connaissances en physique, en Sciences de la vie et de la Terre (SVT) et en technologie.

Renforcer et moderniser l’apprentissage des savoirs fondamentaux

800.000 enseignants ont contribué à l’élaboration d’un nouveau socle de savoirs fondamentaux qui fait la part belle aux outils pédagogiques ludiques et modernes. L’informatique et le codage seront introduits dans les cours de mathématiques. En français, des connaissances en latin et en grec ancien seront intégrées au programme général afin de permettre à tous les élèves d’acquérir des rudiments d’étymologie.

De manière générale, la réforme vise à renforcer le travail en groupe, la participation orale et la maîtrise des outils numériques dans toutes les matières.

Un suivi personnalisé renforcé

En 6e, chaque élève bénéficiera de trois heures hebdomadaires de suivi personnalisé, pour faciliter la transition entre le primaire et le secondaire. Ce quota sera ramené à une heure hebdomadaire en 5e, 4e et 3e. Les collégiens seront regroupés en fonction de leurs besoins particuliers.

Favoriser l’épanouissement personnel et l'apprentissage de la citoyenneté

La pause déjeuner de 1h30 sera généralisée. Dans chaque collège, un média (radio, journal, blog…) sera développé. Par ailleurs, la réforme insiste sur la nécessité d’impliquer davantage les parents afin de garantir la réussite des élèves, notamment grâce au livret scolaire unique numérique.

Mots-clés :