Le polémiste Dieudonné quitte le tribunal correctionnel de Paris le 4 février 2015
Le polémiste Dieudonné quitte le tribunal correctionnel de Paris le 4 février 2015 - Miguel Medina AFP

Le parquet de Paris a décidé de classer sans suite une enquête pour «apologie du terrorisme» à l’encontre de Dieudonné, a révélé mercredi une source judiciaire. Elle avait été ouverte en septembre au sujet d’une vidéo dans laquelle le polémiste ironisait sur la décapitation du journaliste américain James Foley par l'Etat islamique.

On y voyait Dieudonné ironiser sur les «cadres de la mafia des Rothschild» (c’est ainsi qu’il désigne les gouvernants occidentaux) qui se seraient moins émus, selon lui, de la mort de Mouammar Kadhafi, «lynché... moins qu'un chien», ou de la pendaison de Saddam Hussein, que de l'exécution de l’Américain. Il déclarait ensuite que la décapitation symbolisait «le progrès» et «l'accès à la civilisation».

«Si on minimise, on ne valorise pas forcément»

Mercredi, alors que Dieudonné comparaissait devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir écrit «Je me sens Charlie Coulibaly» sur Facebook, la procureur Annabelle Philippe a indiqué lors de son réquisitoire qu'il n'avait pas été poursuivi pour ses propos sur l’exécution de James Foley. L'infraction d'apologie du terrorisme suppose une présentation favorable des actes en question, «si on minimise, on ne valorise pas forcément», a indiqué la magistrate.

 

Mots-clés :