Harcèlement scolaire: Les victimes lancent un manifeste pour interpeller la société

SOCIETE On estime que plus d’un million d’élèves sont harcelés par leurs camarades à l’école…

Audrey Chauvet

— 

Extrait d'une affiche gagnante du concours «Mobilisons-nous contre le harcèlement»

Extrait d'une affiche gagnante du concours «Mobilisons-nous contre le harcèlement» — Ecole élémentaire Dupouy– académie de Toulouse

«J’étais devenu leur jouet, c’était l’enfer.» Jacky s’en est bien sorti : à 19 ans, il anime des ateliers de sensibilisation à l’école sur le harcèlement, dont il a été victime au collège. Comme d’autres victimes des brimades et des coups échangés entre adolescents, Jacky soutient aujourd’hui le manifeste publié ce mardi dans le Parisien destiné à «interpeller les pouvoirs publics et la société toute entière, pour dénoncer et faire reculer le harcèlement à l’école».

Trop petit, trop gros, trop bon élève…

Parce qu’ils sont trop petits, trop gros, qu’ils bégayent, qu’ils sont premiers de la classe ou un peu timides, environ 1,2 million d’élèves seraient aujourd’hui victimes de harcèlement. Mais seulement un sur deux osent en parler à un adulte. Pourtant, faire part de ses problèmes à un parent ou un enseignant pourrait éviter des drames : la maman de Marion, qui s’est suicidée à l’âge de 13 ans, estime qu’il «n’y a pas eu d’humanité de la part du collège». «Je pense qu’il faut d’abord s’adresser aux harceleurs, déclare-t-elle au Parisien. Les conseils de discipline doivent reprendre du sens, les adultes doivent intervenir.»

>> A lire: Marion, 13 ans, s'est suicidée après avoir été détruite à petit feu par ses harceleurs

Pour que plus aucun élève n’entende dans les couloirs de son collège ou ne lise sur les réseaux sociaux des phrases comme «Va te pendre», la maman de Marion a signé le manifeste qui appelle tous les souffre-douleur, actuels ou anciens, et leurs parents à se signaler. Un site internet, lancé par France Télévisions en amont du documentaire sur le harcèlement qui sera diffusé le 10 février, permet d’écrire son témoignage et de libérer la parole des victimes.

Rester vigilant

Mais avant que tous les enfants harcelés n’osent le révéler à leurs proches, ce sont les adultes qui doivent rester vigilants: une chute des résultats scolaires ou un changement de comportement doivent alerter les parents. L’établissement scolaire doit être averti de tout cas de harcèlement pour pouvoir prendre des mesures disciplinaires à l’encontre des harceleurs. Et en dernier recours, un numéro vert (0.808.807.010) permet de signaler les cas de harcèlement scolaire.

>> A lire aussi: «Pendant cinq ans, j'avais un élève dans le collimateur», témoigne un ancien harceleur

Mots-clés :