Seulement 14% des Français possèdent un sextoy

SONDAGE Mais 61% des Français ne sont pas contre l’idée d’en acheter…

Audrey Chauvet

— 

Des sextoys.

Des sextoys. — SIPA

Ils aimeraient bien mais ils n’osent pas: les Français ne sont encore pas complètement à l’aise avec l’idée de posséder un sextoy. D’après un sondage BVA pour les magasins Passage du désir, seulement 14% des Français déclarent posséder un sextoy, un chiffre à comparer aux 49% de Suédois, aux 27% d’Allemands et aux 21% de Belges.

Huiles et lingerie ont la cote

Les Français sont en très grande majorité d’accord sur l’importance d’avoir une vie sexuelle épanouie: 95% des personnes interrogées estiment «essentielle ou importante» l’harmonie sexuelle dans un couple. Mais pour y parvenir, les Français comptent sur leur talent naturel. Les huiles de massage pour mains baladeuses remportent un franc succès: 32% des ménages en possèdent. La lingerie coquine pour attiser le désir est aussi une valeur sûre: 37% des Français en cachent dans leur tiroir. Mais quand il s’agit de recourir à des accessoires comme les sextoys, les bandeaux ou les menottes, la timidité des Français est flagrante: seulement 14% des personnes interrogées disent posséder personnellement un sextoy et 12% des accessoires ludiques et coquins.

Difficile de sauter le pas

Pourtant, 61% des Français déclarent ne pas être contre l’idée d’acheter un jour un sextoy et 66% seraient partants pour se procurer un accessoire coquin. Les freins à l’achat sont toujours difficiles à cerner: 66% de personnes déclarent ne pas avoir de sextoy parce que «je n’en ai pas besoin, cela ne m’intéresse pas», 13% avouent «ne pas oser en acheter» et 6% disent «qu’aucun modèle ne leur donne envie».  Preuve de la gêne qui peut encore être ressentie à entrer dans un magasin coquin, 54% des Français qui possèdent un sextoy l’ont acheté sur Internet.  40% de la lingerie coquine et 36% des accessoires sont aussi vendus en ligne.

«Les Français ne sont pas si ouverts que ça, commente Patrick Pruvot, fondateur des magasins Passage du désir. Les gens disent que ce n’est pas tabou, qu’ils ne seraient pas contre l’idée d’avoir un sextoy, mais seuls les 18-25 ans sont vraiment dans l’expérimentation.» Ceux qui ont sauté le pas ne le regrettent pas: trois personnes sur quatre qui possèdent un produit coquin estiment que cela a amélioré leur vie intime.

Enquête réalisée auprès d'un échantillon de Français interrogés par Internet entre le 9 et le 12 janvier 2014. Echantillon de 1.006 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Mots-clés :