Capture d'écran d'une vidéo postée le 11 janvier 2015 sur les réseaux sociaux islamistes d'un homme se présentant comme Amedy Coulibaly
Capture d'écran d'une vidéo postée le 11 janvier 2015 sur les réseaux sociaux islamistes d'un homme se présentant comme Amedy Coulibaly - - Internet

Le parquet antiterroriste de Paris a récupéré dimanche l'enquête sur l'explosion jeudi à Villejuif d'une voiture piégée, décrite par une vidéo sur internet comme une attaque commise par Amedy Coulibaly, a indiqué à l'AFP une source judiciaire.

Cet homme de 32 ans a été tué vendredi après-midi dans l'assaut d'un supermarché casher de l'Est de Paris où il retenait de nombreuses personnes en otage. Son ADN avait également été retrouvé sur les lieux de l'assassinat d'une policière, jeudi à Montrouge.

«Une charge explosive sur le réservoir d'une voiture»

Ces deux attaques lui ont été attribuées dans une vidéo de revendication diffusée dimanche matin sur internet, mais rapidement retirée. Dans ce montage, un homme ressemblant fortement à Coulibaly apparaît également en se réclamant de l'organisation Etat islamique (EI).

Un texte incrusté dans cette vidéo indique aussi qu'il a «posé une charge explosive sur le réservoir d'une voiture qui a explosé dans une rue de Paris». Aucune voiture n'a explosé ces derniers jours dans la capitale. Mais une enquête avait été ouverte au parquet de Créteil sur l'explosion d'un véhicule Kangoo jeudi soir à Villejuif.

Ces investigations ont été récupérées dimanche par la section antiterroriste pour vérifier si cette explosion peut correspondre à celle évoquée dans la vidéo, a précisé la source judiciaire.

«Pas une énorme charge»

L'enquête -distincte de celles ouvertes ces derniers jours sur les attaques qui ont endeuillé l'Ile-de-France- est désormais ouverte notamment pour «destruction d'un bien appartenant à autrui par substance explosive, en relation avec une entreprise terroriste».

Contacté dans la journée par l'AFP, le parquet de Créteil avait indiqué que des analyses de la police scientifique étaient en cours sur cette explosion, et précisé que l'explosif utilisé n'était «pas une énorme charge».

S'il disposait de nombreuses armes, Amedy Coulibaly était également en possession de substances explosives. Des bâtonnets d'explosif ont en effet été découverts dans le supermarché casher après l'assaut qui lui a été fatal.

Mots-clés :