Dessin de Farid Benyettou lors de son procès en mars 2008 à Paris.
Dessin de Farid Benyettou lors de son procès en mars 2008 à Paris. - AFP

Farid Benyettou, l’émir de la filière des Buttes-Chaumont qui a radicalisé les frères Kouachi, est actuellement élève infirmier à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (13e arrondissement). Ce même hôpital qui a accueilli les victimes de la tuerie de Charlie Hebdo mercredi dernier, révèle Le Parisien ce dimanche. «On ne peut pas imaginer que cet homme  - que tout le monde présente comme l'un des principaux mentors des frères Kouachi - aurait pu accueillir les victimes de ses anciens protégés», réagit un médecin auprès du quotidien.

>> Suivez les événements en direct par ici

En effet, après sa sortie de prison en 2011 à la suite d'une condamnation en relation avec des faits terroristes, Farid Benyettou a entamé une reconversion en s’inscrivant dans une école d’infirmier. Au début du mois de janvier, il a rejoint le service des urgences de la Pitié-Salpêtrière. Il ne travaillait pas le mercredi de la tuerie ni le jeudi, mais devait reprendre du service la nuit de vendredi ainsi que les deux suivantes.

Questions autour du casier judiciaire

Dès mercredi, explique le journal, la direction de l'hôpital, face à la tension croissante autour du cas Benyettou, a retiré son planning, pour le réafficher un peu plus tard, en rayant ses journées de travail. Finalement, Farid Benyettou a été retiré du planning au service des urgences.

Des questions se font jour sur les conditions de sa reconversion puisqu’il faut produire un extrait de casier judiciaire pour être infirmier. Mais l'AP-HP s'est justifié: «la situation de cet élève infirmier est régulière et elle est connue depuis le début de sa scolarité, tant par la direction de l'école où il est scolarisé que des services de police». Par ailleurs, note l'AP-HP, il faut produire un extrait de casier judiciaire pour prétendre à un emploi dans le service public, pas forcément dans les établissements privés. En l'accueillant pour un stage, AP-HP n'a pas voulu l'empêcher de passer son diplôme.

Mots-clés :