"Nous sommes tous Charlie" sur l'écriteau de manifestants place de la République le 11 janvier 2015 à Paris
"Nous sommes tous Charlie" sur l'écriteau de manifestants place de la République le 11 janvier 2015 à Paris - Joël Saget AFP

Cette page est actualisée en temps réel : cliquez ici pour mettre à jour.

«Je suis Charlie, juif, policier», «Liberté, égalité, dessinez, écrivez», «Je suis musulman mais pas terroriste»... Des centaines de milliers de manifestants font bloc ce dimanche dans le centre de Paris pour conjurer la peur mondiale du terrorisme et rendre hommage aux 17 personnes tuées dans les attentats de cette semaine. En région, plus d'un million de manifestants se sont rassemblés ce dimanche, selon nos décomptes.

>> Tout savoir sur la «marche républicaine» de ce dimanche par ici


Le live est désormais terminé. Merci de l'avoir suivi.


21:40: Dispersion de la marche contre le terrorisme à Paris, «aucun incident»

La marche républicaine à Paris, qui a rassemblé dimanche entre 1,2 et 1,6 million de personnes, s'est dispersée peu après 21 heures et «aucun incident» n'a été rapporté à cette heure, a annoncé à l'AFP la préfecture de police de Paris.


20h50: Netanyahu dit apprécier la «position très ferme» de Hollande et Valls contre le «nouvel antisémitisme» et le «terrorisme»
20h33: Plus grande mobilisation jamais recensée en France, au moins 3,7 millions de personnes, selon le ministère de l'Intérieur
>> A lire par ici: Malgré l'unité nationale, quelques fausses notes ce week-end.
19h38: A Paris, une vague monstre de manifestants

 
19h30: L'ensemble des stations de métro parisiennes sont réouvertes

19h20: A Londres, comme prévu, les bâtiments symboliques se parent de bleu, blanc, rouge

19h15: Netanyahou et Hollande entrent sous les ovations à la Grande synagogue de Paris
19h10: Le Maroc n'était pas représenté à la marche parisienne «en raison de la présence de caricatures blasphématoires», selon une source officielle marocaine

Le ministre des Affaires étrangères marocain, Salaheddine Mezouar, n'a finalement pas pris part à la marche contre le terrorisme dimanche à Paris «en raison de la présence de caricatures blasphématoires» du prophète dans le défilé, selon un communiqué officiel diffusé par l'ambassade marocaine. «La délégation marocaine a présenté dimanche à l'Elysée les sincères condoléances du Royaume du Maroc» à la France, mais «n'a pas pris part à la marche organisée à Paris en raison de la présence de caricatures blasphématoires du prophète», selon le texte. Des dizaines de responsables étrangers, dont des musulmans, ont participé à ce défilé monstre contre le terrorisme après les attaques sanglantes qui ont frappé la France.


19h06: Réunion sur la sécurité intérieure lundi à 8h30 à l'Elysée
François Hollande réunit lundi à 8h30 une nouvelle réunion consacrée à la sécurité intérieure, au lendemain des marches auxquelles ont participé plusieurs millions de personnes dans toute la France contre le terrorisme, a indiqué dimanche la présidence. Outre le chef de l'Etat, le Premier ministre, Manuel Valls, Bernard Cazeneuve (Intérieur), Christiane Taubira (Garde des Sceaux), et les responsables des services de sécurité participeront à cette réunion.
19h02: François Hollande est arrivé à la Grande synagogue de Paris pour une cérémonie d'hommage à toutes les victimes des attentats
19h: A Montréal, 25.000 personnes à la marche contre le terrorisme
Quelque 25.000 personnes ont marché à Montréal ce dimanche, selon les chiffres de la police et des organisateurs. Plusieurs responsables gouvernementaux québécois et le maire de Montréal Denis Coderre entouraient le consul général de France Bruno Clerc en tête du long cortège, où fleurissaient drapeaux canadiens, français et québécois, comme les affiches «Je Suis Charlie».

18h43: Au moins 3,3 millions de manifestants contre le terrorisme sur la France entière, selon les chiffres agrégés par l'AFP

Les manifestations dans la France entière contre le terrorisme, au terme d'une semaine marquée par des attentats meurtriers, ont réuni dimanche au moins 3,3 millions de personnes, selon des chiffres provisoires fournis par les autorités et les organisateurs, et agrégés par l'AFP à 18h45. A Paris, l'un des organisateurs a évoqué le chiffre de 1,3 à 1,5 million de manifestants dans la principale «marche républicaine», tandis que le ministère de l'Intérieur a parlé d'une mobilisation «sans précédent» dans la capitale et impossible à chiffrer. En province, les multiples rassemblements et défilés ont réuni quelque deux millions de personnes.


18h40: Soirée de soutien à Charlie Hebdo ce dimanche à l’Auditorium de la Maison de la radio
Radio France et France Télévisions, avec le Ministère de la Culture et de la Communication, organisent une soirée de soutien à Charlie Hebdo à 21 heures à l’Auditorium de la Maison de la radio. Cette soirée sera retransmise en direct et en simultané sur France 2, Culturebox, TV5 Monde, France Inter, France Bleu et France Culture.

>> Lire l'interview de l'historien Jean Garrigues, qui explique pourquoi les marches de ce dimanche sont «un tournant dans l'histoire de la Ve République»
18h28: Les chiffres des manifestations

18h24: La vue de la manifestation parisienne depuis l'hélicoptère de la gendarmerie
18h18: A Brest, 65.000 manifestants à la marche républicaine, selon la police

Quelque 65.000 personnes, selon la police, ont participé à Brest (Finistère) au défilé républicain. Les marcheurs, dont certains portaient des drapeaux français et bretons, ont défilé en silence dans l'agglomération de 300.000 habitants, qui n'avait que très rarement connu dans son histoire une telle mobilisation.


18h14: A Londres, la foule dresse des crayons vers le ciel
Environ 2.000 personnes étaient réunies vers 17h30 (heure de Paris) dans le centre de Londres, selon des policiers chargés d'encadrer le rassemblement. A intervalles réguliers, la foule scandait «Je suis Charlie» ou chantait la Marseillaise alors que les fontaines de la place de Trafalgar Square étaient illuminées des couleurs du drapeau français. Elles étaient également projetées sur la façade de la National Gallery qui la surplombe. Le vice-Premier ministre britannique Nick Clegg a dit à la presse être venu exprimer sa «solidarité avec tout ceux qui ont été touchés par cette attaque terroriste» qui a visé «pas seulement notre intégrité physique mais aussi nos valeurs».
«Nous sommes Charlie, ici aussi à Londres», a-t-il ajouté.
Le maire de Londres Boris Johnson, également présent, a expliqué qu'«aujourd'hui Londres et Paris sont unis dans le deuil, dans l'indignation mais aussi dans la détermination à se battre pour la liberté».Plus tôt, à 15h, au moment où partait le défilé parisien, la foule assise sur les marches de la National Gallery, s'était redressée et avait levé des mains munies d'un crayon ainsi que des pancartes portant la mention «Je suis Charlie». Dans un grand cercle figuré à même le sol à l'aide de crayons ou de baguettes de pain, un grand coeur portait les messages «Je suis Charlie», «I am a british muslin» («Je suis un musulman britannique») ou encore «Vive la France».
18h10: Encore et toujours des images folles de la mobilisation parisienne
Le boulevard St Martin bondé

18h05: Plus de trois millions de manifestants en France


17h54: 45.000 personnes à Angers où les musulmans prennent la tête du défilé
Les musulmans ont pris ce dimanche la tête du défilé républicain à Angers, où 45.000 personnes selon la préfecture de Maine-et-Loire ont défilé. Derrière une banderole proclamant «l'islam pour paix et tolérance», plusieurs centaines de musulmans d'Angers ont marché en tête du cortège qui était organisé par les partis politiques locaux, précédant des drapeaux tricolores. La présence de ces citoyens musulmans témoigne de «leur volonté de paix» et de leur besoin de revendiquer leur place dans la société française, a déclaré à l'AFP un de ces marcheurs, Abderrhamane.«L'islam n'est pas ce que représentent les auteurs des attentats terroristes», a-t-il expliqué.
17h52: Une «armée de l'amour» de 140.000 personnes à Bordeaux

Environ 140.000 personnes, «armée de l'amour» autoproclamée, ont défilé à Bordeaux, dans une des plus grandes manifestations girondines depuis la Libération, selon des chiffres des autorités. Sous un radieux soleil d'hiver, la marche s'est étirée sur quelque 3 kilomètres à travers le centre, sur un circuit qui a dû être rallongé par la préfecture pour absorber la foule supérieure aux attentes sur la Place des Quinconces, en bord de Garonne. Au départ de la manifestation, une minute de silence a été observée à la mémoire des 17 personnes tuées dans les attentats, des dizaines de milliers de mains jointes aux mains du voisin et tendues vers le ciel, avant une longue salve d'applaudissements. Peu avant que la marche ne s'ébranle, avait été lue une lettre d'un lycéen de 15 ans adressée au Club de la Presse de Bordeaux, et comportant cet appel: «Soyons l'armée de l'amour contre l'armée de la haine.» Plus d'une heure après le début prévu à 14h30 de la manifestation, des dizaines de milliers de personnes restaient immobiles, massées, serrées, attendant le départ du cortège.


17h50: 300.000 personnes selon la police, soit 1/4 de l'agglomération, ont manifesté à Lyon
Au moins 300.000 personnes ont défilé dans le centre de Lyon en hommage aux victimes des attentats des derniers jours, soit un quart de la population de l'agglomération, selon des chiffres actualisés de la police en début de soirée. «Il y a eu une marée humaine incroyablement dense, c'est impressionnant, cela représente un quart de la métropole lyonnaise», a souligné une source policière. Celle-ci a dû recompter à deux reprises, car la foule ne cessait d'affluer après l'heure officielle du début du défilé, emmené par le Club de la Presse et des représentants de la police, elle aussi endeuillée.
17h49: François Hollande de retour à l'Elysée
François Hollande a regagné ce dimanche peu après 17h30 l'Elysée après avoir rendu visite à la famille d'Ahmed Merabet, policier tué par les frères Kouachi, et participé à la marche républicaine contre le terrorisme. Le chef de l'Etat a gravi quatre à quatre les marches de l'escalier d'honneur du palais présidentiel pour rejoindre son bureau. Il doit encore se rendre à 19h à la grande synagogue de Paris, rue de la Victoire, pour une cérémonie d'hommage à toutes les victimes des attentats de ces derniers jours à Paris.
17h42: Environ 18.000 personnes à Berlin, selon la police

Environ 18.000 personnes se sont rassemblées ce dimanche après-midi devant l'ambassade de France à Berlin pour dire leur solidarité après les attaques mortelles perpétrées par trois jihadistes en France, a-t-on appris auprès de la police. Selon les précédents chiffres communiqués un peu plus tôt dans l'après-midi, entre 8.000 et 9.000 avaient répondu à l'appel lancé via le réseau social Facebook.


17h35: Un «moment inouï, extraordinaire» et «historique», juge Manuel Valls
Manuel Valls a salué un moment «inouï, extraordinaire» et «historique» avec les immenses manifestations à Paris et dans de nombreuses villes de France en hommage aux victimes des attentats. «Nous avons tous ressenti un moment inouï, extraordinaire, mais c'est au peuple aujourd'hui de s'exprimer», a déclaré le Premier ministre sur France 2 pendant la manifestation. Il a souligné la présence du président malien Ibrahim Boubacar Keïta du Mali, ou encore du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou et du président palestinien Mahmoud Abbas. «C'est des symboles forts», a-t-il souligné. «Alors il faudra aller au-delà des symboles, mais aujourd'hui Paris est la capitale du monde, de la liberté, de la démocratie», a souligné Manuel Valls.
«Et ce qui est le plus impressionnant, c'est le silence. C'est le silence de tout ce peuple qui est là pour dire que nous sommes tous Charlie, que nous sommes tous des policiers, que nous sommes tous des juifs français, aux chants de la Marseillaise, on agite des drapeaux. Beaucoup de dignité, beaucoup de force», a-t-il dit. «C'est la meilleure et la plus belle des réponses, aux yeux du monde d'ailleurs, à cette attaque que la France a subie ces derniers jours», même s'il «ne faut pas baisser la garde». «Le terrorisme était, reste et restera une menace pour nous, pour nos libertés et nos concitoyens», a-t-il ajouté. «C'est un moment très important, c'est un moment historique pour notre pays, c'est pour ça que je veux aller aussi au contact des citoyens», a poursuivi le Premier ministre.
>> Le défilé des dirigeants internationaux est à revoir en images par ici
17h28: A Paris, le rassemblement d'ampleur «sans précédent», rend un comptage officiel «impossible», selon le ministère de l'Intérieur

La marche contre le terrorisme à Paris a pris une ampleur «sans précédent» dimanche, qui rend «impossible un comptage» des manifestants, a déclaré à l'AFP le ministère de l'Intérieur.

«Les manifestants sont dispersés sur un périmètre beaucoup plus large que les trajets initialement prévus», a affirmé la place Beauvau. Depuis la Libération, le plus gros rassemblement à Paris avait rassemblé 1,5 million de personnes après la victoire de la France au Mondial de football.


17h20: La presse américaine est «hypocrite», selon Art Spiegelman

Le célèbre dessinateur Art Spiegelman a dénoncé «l'hypocrisie» de la vaste majorité de la presse américaine qui, tout en prônant haut et fort la liberté d'expression, refuse de publier les caricatures de Charlie Hebdo. «Je pense qu'il est hypocrite de se draper dans la liberté d'expression, pour ensuite s'autocensurer jusqu'à un point où vous ne permettez plus à vos lecteurs de comprendre les problèmes», a déclaré l'Américain, confiant «admirer» Charlie Hebdo et considérer que le journal libertaire avait rempli sa «mission» en publiant en 2006 une caricature controversée de Cabu, dans laquelle Mahomet se cache les yeux et juge que «c'est dur d'être aimé par des cons». «Ce dessin ne se moque pas du prophète. Il fustige les fidèles prêts à tuer», a-t-il souligné. Raillant le «méga-zèle fanatique pour être poli» de la presse américaine, Art Spiegelman a rappelé que Charlie Hebdo n'avait pas cherché à blesser les musulmans en publiant les caricatures du prophète, et que l'hebdomadaire avait la dent aussi dure contre Israël ou le pape. «Quand la religion vient déborder sur les questions sociales et politiques, il est nécessaire de riposter», a assuré le dessinateur américain.


17h13: Marche républicaine: 115.000 personnes à Rennes, selon le bilan définitif de la préfecture

Quelque 115.000 personnes ont défilé contre le terrorisme ce dimanche à Rennes, selon le décompte définitif de la préfecture d'Ille-et-Vilaine, soit le plus important rassemblement organisé dans la capitale bretonne depuis un demi-siècle. Vers 16h30, la police a transmis l'ordre de la dispersion de la marche, mais les derniers participants quittaient à peine la place Charles-de-Gaulle, une esplanade du centre-ville, où le rassemblement avait commencé à 15h, a constaté un journaliste de l'AFP.


17h11: Juste après la marche, Hollande a rendu visite à la famille du policier Ahmed Merabet

François Hollande a rendu visite à Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), à la famille d'Ahmed Merabet, le policier froidement abattu par les frères Kouachi après l'attaque des locaux de Charlie Hebdo mercredi, a-t-on appris auprès de l'Elysée. «Le président vient de rendre visite à la famille d'Ahmed Merabet à Livry-Gargan», a-t-on déclaré de même source.


17h10: Place du 8 février 1962, dans le XIe, les politiques français arrivent

17h07: A Paris, la foule applaudit, scande «Charlie Charlie», «Merci» et «Ca continue!» au passage des salariés et anciens du journal

17h04: 40.000 personnes manifestent à Strasbourg

 


17h: Une vue aérienne impressionnante de la foule, tournée par France Télévisions


16h55: A Bruxelles, la rédaction du Soir, évacuée, continue de travailler

16h49: Un organisateur évoque «1,3 à 1,5 million» de manifestants à Paris
Alors que la préfecture de Paris a indiqué à BFMTV qu'elle était pour l'heure dans l'incapacité de donner un chiffre, le député PS François Lamy, l'un des organisateurs de la marche républicaine, a évoqué sur Twitter le chiffre d'1,3 à 1,5 million de manifestants dans la capitale.

16h47: Des photos de nos journalistes dans Paris montrent la foule
Au croisement Bld Voltaire et rue de Charonne



A la sortie du métro Réaumur

16h45: Paris est Charlie

16h36: Marine Le Pen acclamée lors d'un rassemblement de 1.000 personnes à Beaucaire
Marine Le Pen a été acclamée lors d'un rassemblement qui a réuni, de source policière, un millier de personnes à Beaucaire, ville du Gard dirigée depuis mars par un élu FN, ont constaté des journalistes de l'AFP. «Merci d'être là pour rappeler les valeurs de la liberté», a lancé la présidente du FN lors d'une brève intervention depuis le balcon de l'hôtel de ville sur lequel flottait une bannière «Je suis Charlie - Hommage aux victimes du terrorisme islamiste». «On est chez nous!», lui ont alors répondu ses supporteurs. Des journalistes de l'AFP ont constaté quelques tensions à l'issue du rassemblement entre des membres de la communauté musulmane de cette ville de 16.000 habitants et les partisans de Marine Le Pen.
16h34: Plus d'un million de manifestants en province, selon nos décomptes
>> Retrouvez notre article, mis à jour en continu, décomptant le nombre de personnes mobilisées dans toutes les régions, en cliquant ici
16h33: Encore une photo hallucinante montrant la foule jamais vue aux abords de la République

16h20: Entre 8.000 et 9.000 personnes rassemblées à Berlin
Entre 8.000 et 9.000 personnes, selon la police, se sont rassemblées ce dimanche après-midi devant l'ambassade de France à Berlin pour dire leur solidarité après les attaques mortelles perpétrées par trois jihadistes en France. La foule -parmi laquelle beaucoup de Français- s'est rassemblée vers 15h dans le centre de la capitale allemande, devant l'ambassade. Sur la façade de l'ambassade étaient également projetés les trois mots «Je suis Charlie». Bravant le vent et le froid glacial, beaucoup étaient venus en famille. Certains brandissaient des pancartes «Je suis Charlie» ou «Berlin ist Charlie» («Berlin est Charlie»), «La liberté d'opinion n'est pas négociable» ou encore «Surmonter la terreur», tandis que d'autres arboraient un t-shirt Checkpoint Charlie Hebdo - Freiheit ohne Grenzen («Liberté sans frontières»). Une pancarte avec une caricature de Mahomet a également été brandie, selon une journaliste de l'AFP. L'appel avait été lancé via le réseau social Facebook.
16h20: Au moins 600.000 personnes manifestent en province contre le terrorisme, décompte l'AFP
Au moins 600.000 personnes défilaient dimanche dans plusieurs villes de province contre le terrorisme, selon un décompte provisoire établi par l'AFP, au lendemain d'une journée qui avait déjà vu 700.000 manifestants marcher dans toute la France.

Entre 150.000 et 200.000 personnes à Lyon, au moins 100.000 à Bordeaux, 60.000 à Marseille, Saint-Etienne et Rennes, 40.000 à Perpignan... Un peu partout, les rassemblements ont drainé plus de monde que prévu initialement par les autorités.


16h19: Les recommandations de la Préfecture de Police de Paris


16h17: Merkel, Cameron, Renzi et Netanyahou de retour à l'Elysée
16h10: François Hollande a quitté la manifestation en voiture et regagne l'Elysée
>> Retrouvez les chiffres de la mobilisation contre le terrorisme dans toute la France par ici
16h09: Au moins un demi million de personnes manifestent en province contre le terrorisme, selon un décomptede l'AFP
16h03: La rédaction du Soir, à Bruxelles évacuée après des menaces

La rédaction du Soir, ainsi que toutes les personnes présentes dans le bâtiment (les rédactions de La Capitale et Soir magazine) ont été évacuées après un coup de fil menaçant reçu vers 14h30. «Ca va péter dans votre rédaction. Vous ne nous prenez pas au sérieux.» Les menaces ont été confirmées dans un tweet par la journaliste Martine Dubuisson.


La revendication a été faite au nom de «l’extrême gauche». L’individu, par téléphone, a précisé en avoir assez de la couverture de l’événement Charlie Hebdo qui «nourrit l’extrême droite». Les forces de police, arrivées sur les lieux vers 15h15, sont en train d’examiner tout le bâtiment, et toute la rue Royale, qui abrite le bâtiment, a été bouclée par les forces de l'ordre, a précisé l'agence Belga. Selon Maroun Labaki, responsable des pages internationales du quotidien, l'imprimerie du groupe, située à Nivelles, a elle aussi été vidée de son personnel par mesure de précaution.


16h05: A l'étranger aussi, des rassemblements ont lieu

 
16h03: A Paris, même la Bastille, hors du parcours, est bondée


16h01: A Lyon, entre 150 et 200.000 personnes, selon des chiffres provisoires
>> Comme certains de nos internautes, envoyez-nous vos photos de vous au sein des différents cortèges à contribution@20minutes.fr ou en twittant @20Minutes


15h50: Image très émouvante des proches des victimes, Patrick Pelloux en larmes réconforté par Luz

15h49: A Marseille, une foule immense

Quelque 60.000 personnes, selon la préfecture, ont défilé dimanche à Marseille, au lendemain d'une manifestation qui avait déjà réuni environ 45.000 Marseillais. A l'origine, la manifestation de dimanche devait seulement prendre la forme d'un rassemblement sur le Vieux-Port, mais la foule très mélangée a commencé à défiler spontanément, suivant le parcours emprunté par la manifestation de la veille.


15h45: Les chefs d'Etat et de gouvernement quittent la marche, François Hollande va saluer les familles de victimes, en tête de cortège

15h43: Les dirigeants internationaux observent une minute de silence


15h42: Plus de 10.000 personnes à Bruxelles

Plus de 10.000 personnes se sont rassemblés dimanche derrière le slogan «Ensemble contre la haine» pour une marche dans le centre de Bruxelles, à l'appel d'un rassemblement citoyen, a indiqué à l'AFP une source policière. Une demi-heure à peine après le début de la marche, la police décomptait «entre 10.000 et 15.000» personnes, a indiqué sur place un responsable policier. Beaucoup de manifestants brandissaient des panonceaux «Je suis Charlie», d'autres des pancartes «Ensemble contre la haine» en français et néerlandais.


15h36: «Pas d'information crédible» qu'Al-Qaida soit derrière les attentats de Paris, dit Holder
Le ministre américain de la Justice Eric Holder a déclaré ce dimanche qu'il n'y avait «pas d'information crédible» attestant qu'Al-Qaida soit derrière les attentats de Paris. «A ce stade, nous n'avons pas d'information crédible qui puisse nous permettre de déterminer quelle organisation est responsable» de ces attaques, a déclaré le ministre sur ABC depuis Paris, où il a participé à une réunion internationale contre le terrorisme. Il a jugé qu'Al-Qaida au Yemen et l'Etat islamique «posaient clairement une menace aux Etats-Unis ainsi qu'à leurs alliés».
15h35: Hollande et les chefs d'Etat et de gouvernement applaudis par la foule au cri de «Tous ensemble»
15h17: Le vidéaste amateur qui a filmé la mort d'Ahmed Merabet «regrette»
Jordi Mir a raconté à The Associated Press qu'il a posté la vidéo sur Internet par peur, et du fait d'«un réflexe stupide». «J'étais complètement paniqué», a-t-il raconté. «Il fallait que je parle à quelqu'un, j'étais seul dans mon appartement. J'ai mis la vidéo sur Facebook. C'était une erreur.» Il ne l'a laissée qu'une quinzaine de minutes avant de la retirer, mais c'était déjà trop tard: elle avait déjà été partagée et publiée sur youTube. Moins d'une heure après ce retrait, Jordan Mir a été surpris de voir la video diffusée à la television. Cette diffusion -que Mir n'a pas autorisée- a suscité la colère de sproches du policier assassiné.Jordi Mir a tenu à leur dire qu"il était «vraiment désolé», et précisé qu'il avait refusé de répondre à des offres d'achat de sa vidéo. Mir a également raconté qu'il ne savait pas vraiment ce qu'il filmait sur le moment. Il a été attiré à sa fenêtre par le bruits des coups de feu. Il a d'abord pensé à un braquage, puis, voyant l'armement des hommes, a cru qu'un policier du RAID venait en aide à un collègue.«Et, horreur, ce n'était pas le cas.»
 
15h25: La marche commence

La marche républicaine contre le terrorisme, à laquelle participent de nombreux chefs d'Etat et de gouvernement, s'est ébranlée dans le quartier de la place de la République à Paris peu avant 15h30. Les familles des 17 personnes tuées dans les attentats djihadistes ouvrent un premier cortège, qui va être rejoint par celui formé par une cinquantaine de dirigeants internationaux, le président François Hollande et de nombreuses personnalités politiques françaises.


15h12: Pas de chiffres encore pour la marche parisienne, mais les témoignages et photos qui circulent sur Twitter sont éloquentes

15h05: «L'Europe va gagner le défi contre le terrorisme», affirme Matteo Renzi
L'Europe va gagner le «défi contre le terrorisme» a déclaré le chef du gouvernement italien Matteo Renzi à des journalistes. «L'Europe est plus forte que la peur (...) et nous sommes ici tous ensemble pour donner le message que l'Europe va gagner le défi contre le terrorisme», a déclaré Matteo Renzi. Il fait partie des nombreux chefs d'Etat ou de gouvernement qui participent à Paris à une «marche républicaine» à l'invitation du président français François Hollande, en réaction aux attentats.
15h04: Dans le «carré VIP», salariés et ex-salariés de Charlie se retrouvent

15h03: Au moins 100.000 personnes à Bordeaux, selon la police

14h59: Les couleurs du monde au côté du drapeau tricolore français
Si des pancartes aux slogans inventifs ont fleuri dans la foule à République, d'innombrables drapeaux français mais aussi de nombreux autres pays du monde sont agités.Les drapeaux tricolores français prédominaient: de toutes les tailles et parfois agrémentés d'un dessin comme ce poing levé tenant un crayon ou d'un slogan «Je suis Charlie», ils flottent au-dessus de la marée humaine Place de la République ou dans les groupes de personnes marchant sur les boulevards qui y convergent.

«Paris capitale du monde» se matérialisait aussi par la présence de drapeaux d'autres pays: Israël, Palestine, Tunisie, Mali, Congo, République démocratique du Congo, Afrique du Sud, Espagne, Autriche, Belgique, Allemagne, Ukraine, Liban, Turquie, Jordanie, Djibouti, mais aussi des drapeaux de la révolution syrienne.


14h55: Brève rencontre Hollande, Merkel et Porochenko à l'Elysée

Le président Français François Hollande a retrouvé la chancelière allemande Angela Merkel et le président ukrainien Porochenko pour évoquer pendant un quart d'heure la crise ukrainienne, a-t-on appris auprès de la présidence française. Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, également présent pour l'hommage aux victimes des attentats commis ces derniers jours à Paris, n'a toutefois pas participé à cette rencontre trilatérale, a-t-on précisé de même source.


14h50: Le site du lycée de Dammartin hacké par les islamistes
Comme d'autres sites Internet l'ont été dans la nuit de samedi à ce dimanche, le site du lycée de Dammartin, ville où se sont retranchés vendredi les responsables présumés de l'attaque de Charlie Hebdo, a été hacké par des islamistes.
14h48: Huit Français sur 10 craignent des attentats dans les semaines à venir

Plus de huit Français sur dix disent craindre d'autres attentats dans les semaines à venir, selon un sondage publié ce dimanche, réalisé juste après la fusillade de Charlie Hebdo mais avant la prise d'otages dans la supérette casher. 83% des Français interrogés ont affirmé redouter que le pays ne soit victime d'autres attentats dans les semaines à venir, rapporte cette enquête d'OpinionWay pour LCI et metronews, mise en ligne le jour de la marche républicaine. Près d'un sur deux (47%) des personnes sondées disent «plutôt» craindre de nouvelles agressions terroristes, tandis que 36% disent les redouter «tout à fait».
Cette peur est légèrement plus accentuée chez les femmes (86%) que les hommes (80%) et les sympathisants de droite (88% au sein des électeurs de l'UMP) que ceux de la gauche (78% de ceux du PS). Cette enquête a été réalisée en ligne, les 7 et 8 janvier, auprès d'un échantillon de 1.007 personnes, représentatif de la population française.


14h46: Plusieurs centaines de personnes manifestent aussi à Bujumbura (Burundi)
La manifestation, organisée par les médias burundais, a rassemblée 200 à 300 personnes devant l'ambassade de France dans la capitale du petit pays d'Afrique des Grands Lacs, ancien protectorat belge.Les participants tenaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire «Je suis Charlie», «Nous sommes Charlie». Cette manifestation, «c'est un refus de la violence», a déclaré Alexandre Niyungeko, président de l'Union burundaise des journalistes (UBJ), au nom des médias qui ont organisé le rassemblement. «Ceux qui ont attaqué les collègues français nous ont attaqué aussi, ont attaqué le monde». «Bien sûr c'est la France qui a été attaquée, mais votre mobilisation montre que ce n'est pas la France, que c'est la liberté d'expression qui a été attaquée, c'est la liberté tout court, le droit à la vie», a de son côté déclaré l'ambassadeur de France au Burundi, Gerrit van Rossum.
14h45: Des images des rassemblements par nos correspondants en régions
14h36: Les chefs d'Etat et de gouvernement quittent l'Elysée en cars pour rejoindre la marche
Ce qui donne lieu à des situations ubuesques, comme en témoignent plusieurs tweets moqueurs


14h35: François Hollande a téléphoné à Lassana Bathily
François Hollande a téléphoné ce dimanche matin à Lassana Bathily, employé d'origine malienne et musulman pratiquant de l'Hyper Cacher de Paris, pour le féliciter d'avoir aidé vendredi des clients paniqués à se dissimuler dans la chambre froide de la supérette pendant la prise d'otages, a-t-on appris auprès de l'Elysée.Le chef de l'Etat a également passé un coup de téléphone au directeur de l'entreprise pour lui exprimer ses condoléances après l'assassinat de quatre clients de la supérette par le jihadiste revendiqué Amedy Coulibaly. C'est lui qui, selon son témoignage à plusieurs télévisions, a ouvert la porte de la chambre froide à plusieurs personnes voulant échapper à l'assaillant.
14h34: Les quatre juifs tués à Paris par Coulibaly seront enterrés ensemble mardi en Israël

«Les quatre familles ont décidé d'enterrer leurs morts en Israël. Les obsèques auront lieu mardi à 10h, au cimetière du Mont des Oliviers», à Jérusalem, a indiqué à l'AFP un responsable communautaire. La levée des corps des quatre victimes, Yohan Cohen, Yohav Hattab, Philippe Braham et François-Michel Saada, aura lieu lundi à l'Institut médico-légal de Paris avant leur transport par avion vers Israël, a ajouté cette source, qui n'a pas souhaité donner plus de précisions pour des raisons de sécurité. Originaire de Sarcelles (Val-d'Oise), une ville du nord de Paris qui avait été le théâtre en juillet de violentes manifestations antisémites dans le contexte de la guerre d'Israël contre le Hamas, Yohan Cohen travaillait à l'Hyper Cacher de la Porte de Vincennes, où les trois autres victimes, des juifs pratiquants, étaient venues faire leurs courses vendredi avant le début du shabbat. Parmi les autres victimes figurait le Tunisien Yohav Hattab, fils du rabbin de la synagogue de La Goulette à Tunis, que son père avait envoyé faire ses études en France parce qu'il le pensait plus en sécurité dans ce pays.


14h33: Les réseaux de transports sont saturés dans Paris

14h23: Le témoignage de Jean-Paul, instituteur à la retraite, présent à République ce matin
«Je suis venu comme tous les jours depuis l’attaque. Je suis abonné à Charlie Hebdo depuis des années. Je voulais être là pour dire ma colère et mon dégoût mais je vais partir avant le début du cortège officiel. Je ne veux pas manifester avec ceux contre qui lutte justement Charlie. La vraie manif, elle aura lieu mercredi devant les kiosques pour acheter le nouveau numéro de Charlie
 
14h13: Arrivée des familles des victimes, de proches et des survivants à la marche républicaine
14h10: L'archevêque de Paris invite à «prier pour les terroristes», qui découvrent le «jugement de Dieu»
Le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, a fait lire ce dimanche aux messes prévues dans la centaine d'églises de la capitale un message invitant à prier «pour notre pays» et «aussi pour les terroristes qui découvrent la vérité du jugement de Dieu». «Prions pour notre pays: que la modération, la tempérance et la maîtrise dont tous ont fait preuve jusqu'à présent se confirment dans les semaines et les mois qui viennent», dit l'archevêque dans ce message transmis par le diocèse après la vague d'attentats.
Le cardinal y espère «que personne ne se laisse aller à l'affolement ou à la haine» et «que nul ne se laisse aller à la facilité d'identifier quelques fanatiques avec une religion tout entière», alors que les actes antimusulmans, notamment contre des mosquées, se sont multipliés ces derniers jours. «Et prions aussi pour les terroristes qui découvrent la vérité du jugement de Dieu», ajoute l'archevêque, qui conclut en écrivant qu'«il ne faut jamais désespérer de la paix, si on construit la justice». L'Eglise catholique devait être représentée par plusieurs prélats dimanche dans le cortège parisien, dont les évêques de Pontoise et de Saint-Denis, Mgr Stanislas Lalanne et Mgr Pascal Delannoy.
14h07: L'épouse de Chérif Kouachi «condamne» ses actes

La femme de Cherif Kouachi «a condamné les actes de son époux», a affirmé à l'AFP l'un de ses avocats, Me Christian Saint-Palais. La jeune femme a été libérée après 72 heures de garde à vue, lors de laquelle elle a «exprimé son indignation et sa condamnation de la violence». Elle a également exprimé «sa pensée pour les victimes» et a eu «la même réaction que la communauté nationale», affirmé l'avocat, rencontré lors de la marche à la mémoire des victimes.

Selon lui, la jeune femme n'avait jamais décelé chez son mari de signe laissant présager qu'il allait ainsi passer à l'action terroriste. Elle était «stupéfaite», a-t-il assuré.


14h05: David Cameron, Angela Merkel, ou encore Benyamin Netanyahou sont arrivés à l'Elysée

Le Britannique David Cameron, l'Allemande Angela Merkel et l'Israélien Benyamin Netanyahu, et de nombreux autres dirigeants étrangers, sont arrivés à l'Elysée où ils ont été reçus par le président François Hollande, avant de se rendre à la grande marche parisienne contre le terrorisme. Le Premier ministre turc Ahmet Davitoglu, l'Espagnol Rariano Rajoy et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov sont également arrivés au palais présidentiel, où une collation attend les dirigeants de monde entier, dont la participation commune à une manifestation constitue une première historique.


13h40: En province, de fortes mobilisations
A Saint-Etienne, quelque 60.000 personnes ont ainsi participé à la marche républicaine pour la liberté d'expression et contre le fanatisme, entre la gare de TGV et l'Hôtel-de-ville, selon la police. A Saint-Malo, selon les comptages, 15.000 personnes ont défilé entre les remparts, où le départ a été donné à 11h, et la médiathèque ce dimanche. A Perpignan (ville de 110.000 habitants), 40.000 manifestants ont défilé dans un silence interrompu par des salves d'applaudissements. A Tarbes, quelque 14.000 personnes ont manifesté en silence. A Blois, plus de 15.000 personnes ont défilé, 10.000 à Colmar, où la foule, réunie pour un simple rassemblement, a finalement défilé spontanément. Enfin, à Mamoudzou (Mayotte), près de 500 personnes ont marché autour de la place de la République, sous le slogan «Tous ensemble, nous sommes plus forts que les armes». Dans le Nord, diverses manifestations ont également eu lieu ce dimanche matin, rassemblant par exemple 2.000 personnes à Tourcoing et 1.000 à Neuville-en-Ferrain.
13h35: Un sommet pour combattre l'extrémisme aura lieu le 18 février aux Etats-Unis

Les Etats-Unis accueilleront le 18 février un sommet pour réfléchir aux moyens de lutter contre «l'extrémisme violent dans le monde», a annoncé le ministre américain de la Justice Eric Holder, à l'issue d'une réunion internationale contre le terrorisme à Paris. Le sommet se tiendra à Washington, a précisé Eric Holder qui devait ensuite participer à la marche républicaine contre le terrorisme organisée à Paris.


13h33: La PJ parisienne vient de découvrir la «planque» de Coulibaly, annonce RTL
Selon RTL, la Brigade criminelle a investi samedi soir un appartement situé à Gentilly (Val-de-Marne), que le terroriste avait visiblement loué pour une période allant du 4 au 11 janvier, et où la police technique et scientifique est actuellement à l'oeuvre. «A l'intérieur, les enquêteurs ont découvert plusieurs armes automatiques, des détonateurs, de l'argent en liquide et des drapeaux à l'effigie de l'Etat islamique.»
13h30: Si vous vous posiez la question, oui Valérie Trierweiler est bien place de la République

>> A lire par ici, Ces chefs d'Etat fossoyeurs de la liberté de la presse qui défilent pour Charlie Hebdo
13h20: Une revue catholique et un site juif publient un florilège de dessins de Charlie
La revue jésuite Etudes et le site juif Jewpop ont tous deux publié des dessins de Charlie Hebdo, qui tournent en dérision Jésus et le pape pour le premier, la Shoah et les juifs pour le second, en signe de soutien au journal satirique. «Nous avons fait le choix de mettre en ligne quelques caricatures de Charlie Hebdo qui se rapportent au catholicisme. C'est un signe de force que de pouvoir rire de certains traits de l'institution à laquelle nous appartenons (...). L'humour dans la foi est un bon antidote au fanatisme», explique cette revue mensuelle catholique dans un court éditorial à coté du désormais célèbre «Je suis Charlie» sur fond noir.
Jewpop, un site culturel juif très populaire, notamment auprès des jeunes en raison de son ton décalé, publie plusieurs Unes particulièrement grinçantes de Charlie Hebdo. Le site avait déjà publié, après l'incendie des locaux de l'hebdomadaire en 2011, ce même florilège de couvertures.
13h14: Des sites Internet de collectivités ou d'entreprises piratés par un présumé musulman

Quelques sites Internet de collectivités ou d'entreprises dans le Sud-Ouest -mairie de Tulle (Corrèze), de la petite commune de Seilhac (Corrèze), le Centre de mémoire d'Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne), la Fondation Jacques Chirac, une marque de fromagerie basée en Gironde, une conserverie en Dordogne- ont été piratés dans la nuit de samedi à ce dimanche. Leur page d'accueil affichait une page noire, avec un message insultant du hacker présumé se présentant comme «Abdellah Elmaghribi», s'adressant au «Peuple du (sic) France», et lançant notamment: «Vous êtes racisme (sic)!» et «Vous êtes le Teroriste (sic) du Monde». «Je suis muslim (sic) et Je suis pas Charlie», conclut le message sous trois drapeaux représentés: le français, l'israélien et l'américain.
A la mi-journée dimanche, la page pirate avait disparu de la plupart de ces sites, qui étaient inaccessibles et manifestement en cours de réparation. La mairie de Tulle a indiqué qu'elle avait porté plainte, et Dominique Rousseau, président de la Communauté d'agglomération de Bergerac (Dordogne), dont le site a également été visé, a assuré sur France Bleu Périgord qu'il allait lui aussi porté plainte, se disant «consterné par le tissu de grossièretés» du hacker, à l'intention manifeste de «surenchère, d'effet d'aubaine», par rapport aux attentats récents.


13h11: Le parquet de Paris annonce qu'une connexion a été effectuée entre Coulibaly et l'agression d'un joggeur

Une connexion a été effectuée entre la prise d'otages vendredi dans l'hypermarché casher de l'Est de Paris et l'agression d'un joggeur mercredi soir à Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine), a annoncé le parquet de Paris dans un communiqué. Un «rapprochement» a été fait entre «les étuis percutés découverts à Fontenay-aux-Roses» et le pistolet Tokarev découvert dans le supermarché casher où Amedy Coulibaly a retenu de nombreuses personnes en otages avant d'être abattu vendredi par la police, précise le parquet qui s'est saisi de l'enquête sur l'agression du joggeur.


13h10: La place de la République noire de monde
La place de la République à Paris, point de départ de la grande «marche républicaine» contre le terrorisme, était déjà noire de monde dès avant 13H00, deux heures le départ officiel du cortège. Les rues alentour étaient elles aussi déjà très encombrées de même que la place de la Bastille, lieu important de passage de la manifestation.
13h08: Outre la marche parisienne, de nombreux rassemblements sont prévus en région, mais aussi à l'étranger, à Londres, Berlin, Washington ou ici Madrid.

13h05: Bernard Cazeneuve et les autres participants à la réunion anti-terroriste se rendent maintenant à l'Elysée
13h03: Bernard Cazeneuve termine en soulignant «l'esprit de solidarité» qui a prévalu au cours de la réunion
«L'attachement sans failles aux valeurs qui nous unissent est une force pour lutter contre le terrorisme», souligne le ministre français de l'Intérieur, qui remercie ses homologues présents. «Je n'oublierai pas la manière dont les uns et les autres ont été à nos côtés, face à ce drame.»
13h01: Le ministre annonce un renforcement de la coopération «avec nos partenaires, pays d'origines, de transfert ou d'arrivée des combattants étrangers».
12h59: Renforcer la lutte contre le trafic d'armes
Bernard Cazeneuve annonce également une intensification de la «lutte contre le commerce illégal d'armes à feu», via un renforcement des échanges en matière de renseignements, et par des actions menées conjointement.
12h57: Plus de contrôles aux frontières extérieures de l'UE
Le ministre annonce un renforcement, «à droit européen inchangé des contrôles sur les personnes aux frontières extérieures de l'UE». «Nous sommes tous d'accord pour mettre en place des contrôles approfondis sur certains passagers sur la base de certains critères», indique-t-il. Il annonce également que les ministres de l'Intérieur de 11 pays européens et le ministre américain de la Justice ont jugé qu'il y avait un «besoin urgent et crucial» d'établir un système de collecte européen des données fournies par les voyageurs aux compagnies aériennes (PNR) européen, qui vise à améliorer les échanges entre services de renseignements des informations des passagers aériens. «Nous sommes convaincus de l'utilité de cet outil pour lutter contre ces filières, mais aussi pour lutter contre d'autres formes de criminalité internationale et transnationale».
12h54: Les textes déjà établis «ne suffisent pas car notre action doit se projeter dans une approche globale et opérationnelle»
Deux champs de travail prioritaires ont été identifiés: «le déplacements des djihadistes et combattants étrangers», et «la lutte contre les facteurs et vecteurs de radicalisation, notamment sur internet». Bernard Cazeneuve souligne que «nous nous sommes engagés à renforcer encore la coopération» en matière de filières djihadistes, ainsi que des moyens de financements qui les soutiennent.
12h52: Le minsitre rappelle que «le phénomène du terrorisme nous concerne tous, ne fait pas de distinction entre les nations ni les continents»
«Il était donc indispensable que nous nous réunissions aujourd'hui» pour évoquer ces événements, en tirer les conclusions et envisager «ce qui doit être poursuivi, corrigé, aménagé ou modifié».
 
12h51: Bernard Cazeneuve veut dire aux familles et aux proches de toutes ces victimes «toute notre compassion»
Il ajoute aux policiers blessés «toute son amdiration pour leur courage» et veut «leur souhaiter un prompt rétablissement».
12h50: Le ministre rend aussi hommage aux forces de police et de gendarmerie, «qui ont payé un tribut particulièrement lourd» ces derniers jours
12h49: Bernard Cazeneuve appelle les «événements tragiques» qui ont eu lieu depuis mercredi
Il souligne que la prise d'otage de la porte de Vincennes est «comme un point d'exclamation à l'ignominie déclenchée mercredi»
12h48: Les ministres de l'Intérieur et de la Justice des Etats-Unis, «partenaire fondamental» dans la lutte contre le terrorisme, ont également participé à la «réunion excpetionnelle qui vient de se tenir au ministère de l'Intérieur»
12h46: Le ministre de l'Intérieur français rappelle que la lutte contre le terrorisme concerne la France, l'Europe et toutes les démocratie
«C'est pour cette raison que j'ai réuni le G10», indique le ministre. «Les travaux de ce groupe informel se traduiront par des actions concrètes au sein de l'UE.»
12h45: Allocution de Bernard Cazeneuve en compagnie de tous les ministres européens de l'Intérieur
12h40: Le polémiste Dieudonné annonce sa participation à la «marche»

«Présent à la marche aux côtés des défenseurs de la liberté d'expression. Pensées pour tous ceux qui n'ont jamais eu peur de mourir de rire», écrit le polémiste Dieudonné, plusieurs fois condamné pour des propos antisémites, sur Twitter.


12h39: A la République, on s'échauffe la voix

12h34: Sur le périphérique parisien aussi, soutien aux victimes des attaques

12h26: Madrid veut modifier l'accord de Schengen pour permettre des contrôles aux frontières internes de l'UE

12h05: RSF «s’indigne de la présence de représentants de pays répressifs» dans la marche
Dans un communiqué, Reporters sans frontières (RSF) se félicite de la présence de nombreux chefs d’Etat et de gouvernement étrangers lors du rassemblement de ce dimanche, mais s'indigne de la présence dans le cortège de représentant «de régimes prédateurs de la liberté de la presse», soulignant que Charlie Hebdo «a toujours défendu la conception la plus haute de la liberté d’expression». Et de citer les personnalités visées -«le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu, les ministres des Affaires étrangères égyptien et russe, Sameh Choukry et Sergueï Lavrov, les ministres des Affaires étrangères d’Algérie et des Emirats arabes unis, Ramtane Lamamra et cheikh Abdallah ben Zayed Al-Nahyane, et le président gabonais Ali Bongo- soulignant par la voix de son secrétaire général Christophe Deloire: «Nous devons nous montrer solidaires de Charlie sans oublier tous les Charlie du monde. (...) Nous ne devons pas laisser les prédateurs de la liberté de la presse cracher sur les tombes de Charlie Hebdo.»


12h: 56 personnalités étrangères doivent participer à la marche de ce dimanche
?lang=fr
11h52: Des milliers de personnes déjà rassemblées place de la République

«Brandissez vos stylos» ou «Liberté, égalité, dessinez, écrivez», peut-on lire sur des pancartes. Sous un grand soleil d'hiver, de nombreux manifestants photographient les fleurs et les slogans au pied de la statue de la République au centre de la place, non loin de dizaines d'équipes de télévision du monde entier. D'autres arborent des drapeaux français. Laurent, 39 ans, venu de banlieue parisienne, porte haut une caricature montrant les dieux en grande conversation dans les nuages. Dieu, agacé: «Râle pas Mahomet, on a tous été caricaturés ici.» «C'est juste pour dire que peu importe la religion, Charlie faisait de l'humour», explique cet homme qui manifeste pour la «première fois» de sa vie.
Sous une pancarte «Je suis Charlie, policier, juif» et portant les noms des quatre personnes tuées au supermarché casher, Véronique, qui vit à Saint-Mandé près du lieu de la prise d'otages en banlieue parisienne, «a entendu les coups de feu» de vendredi. Elle souhaite «que toutes les religions, tous les continents se rassemblent».
Lassina Traoré, consultant de 34 ans, va manifester «pour réaffirmer les valeurs de la France, liberté et égalité, tous les Français sont différents». Ce Français musulman d'origine ivoirienne assure que la marche de ce dimanche est «un vrai signe de la force de la France: que la France elle est forte, elle est unie contre toutes ces personnes» qui ont commis des attentats.


11h35: Le Crif «respecte» le départ de Juifs en Israël mais juge qu'il faut «combattre (le terrorisme) en France»
Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) «respecte» la décision des Juifs qui partent en Israël mais juge qu'il faut «combattre en France» les «ennemis du judaïsme», a déclaré son président, Roger Cukierman, à l'issue d'un entretien avec François Hollande.

«Ceux qui prennent la décision de partir vers Israël, nous ne pouvons que respecter leur décision mais nous estimons que nous devons combattre en France contre tous les ennemis du judaïsme», a-t-il dit, interrogé sur les propos du Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, qui avait estimé qu'Israël était le «foyer» des Juifs de France.


11h32: En ligne, la pétition d'Avaaz a dépassé les 750.000 signatures
Plus de 750.000 personnes ont déjà signé la campagne lancée par le mouvement mondial Avaaz, appelant les citoyens de France à s’unir pour empêcher l’engrenage dangereux de la peur et des préjugés, après l'attaque terroriste contre Charlie Hebdo. Dans un communiqué, le mouvement Avaaz précise qu'il défilera en affichant les noms de tous les signataires de la campagne et en portant des bannières annonçant «1 million de citoyens unis pour nos libertés». Le texte souligne que cette campagne est «la plus importante jamais menée par Avaaz en France»
11h20: Alors que le départ de la manifestation est prévu à 15h, beaucoup de monde se presse déjà à République

11h04: Un homme jugé lundi à Nice pour «apologie d'actes de terrorisme»

Un homme doit être jugé lundi en comparution immédiate à Nice pour «apologie d'actes de terrorisme» après avoir lancé à des policiers «100% Kouachi», a-t-on appris de source judiciaire dimanche. Vendredi, cet homme, qui se trouvait à bord d'une voiture passée à deux reprises devant le bureau de police de l'Ariane, dans un quartier sensible de la ville, avait effectué un geste outrancier en direction des policiers en faction et en criant à chaque fois «100% Kouachi!», a-t-on précisé de même source. Interpellé, il a été placé en garde à vue et devait être déféré devant un juge dimanche.
A Bordeaux, un homme a été placé samedi en garde à vue pour un tag anti-«Charlie», à Strasbour, un autre a été interpellé pour apologie de l'attentat à Charlie Hebdo sur Facebook vendredi. A Lyon, des policiers ont par ailleurs été la cible de provocations.


10h56: Un homme ressemblant à Coulibaly revendique l'attaque de Montrouge dans une vidéo postée sur Internet

Cet homme s'exprimant face à la caméra dans la vidéo diffusée dimanche sur Internet dit être «sorti contre la police», tandis qu'un texte incrusté dans le montage l'identifie comme Amedy Coulibaly et précise qu'il a notamment tué une policière à Montrouge et commis vendredi l'attaque de la supérette casher de l'Est de Paris. «On arrive à se synchroniser pour sortir en même temps», poursuit-il après avoir évoqué l'attaque de Charlie Hebdo mercredi par les «frères» Kouachi. Amedy Coulibaly a été tué vendredi par les policiers.


10h52: Hollande ira à la Grande synagogue de Paris après la manifestation, confirme l'Elysée

Le président se rendra ce dimanche soir à 19h à la Grande synagogue de Paris, rue de la Victoire, à l'issue de la grande marche républicaine à la mémoire des victimes des attentats des derniers jours dans la capitale, a confirmé officiellement l'Elysée en fin de matinée.


10h47: Le gouvernement a promis qu'écoles juives et synagogues seraient protégées «si nécessaire» par l'armée, affirme Roger Cukierman

A l'issue d'un entretien avec François Hollande à l'Elysée, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a déclaré sur le perron du palais présidentiel: «Il nous a été dit que toutes les écoles, toutes les synagogues seraient protégées, si nécessaire, au-delà de la police, par l'armée.» Il a ajouté: «Nous continuerons à aller dans les épiceries casher, à vivre normalement. Nous ne devons pas céder à la violence.»


10h25: Londres rendra un hommage en lumières aux victimes françaises du terrorisme
Les plus grands symboles de la capitale britannique vont être illuminés en blau, blanc, rouge, les couleurs du drapeau français, ce dimanche pour rendre hommage aux victimes assassinées cette semaine, indique la BBC. Parmi ces sites, le Tower Bridge, Trafalgar Square, ou encore la National Gallery. «Les Londonniens ont été consternés par les scènes d'horreur en France cette semaine et c'est important que nous rendions hommage aux victimes de ces attaques, et que nous montrions notre solidarité avec le peuple français, a indiqué le maire de Londres, Boris Johnson. Nous ne devons pas oublier els centaines de milliers de Français qui considèrent que Londres est leur maison. Nos pensées seront avec eux, tandis qu'ils feront de leur mieux pour surmonter ces images angoissantes.»
>> De nombreux responsables politiques étrangers de premier plan seront présents ce dimanche après-midi dans le cortège. Pour découvrir qui défilera à Paris, cliquez ici
10h18: Pas de titre à la Une de Libé et La Voix du Nord
Ce dimanche, le quotidien régional a choisi de ne pas titrer sa Une, mais de simplement publier en pleine page une photo montrant des manifestants arborant la fameuse affichette «Je suis Charlie» De son côté, Libération a pris le même parti, ajoutant sous le panneau «Je suis Charlie» les noms de toutes les vitcimes des trois terroristes.

9h58: «Nous sommes dans une situation de guerre», affirme Roger Cukierman
Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Roger Cukierman, a évoqué une «situation de guerre» avant d'être reçu avec d'autres représentants de la communauté juive dimanche par François Hollande à l'Elysée. Roger Cukierman a pris brièvement la parole dans la cour de l'Elysée pour réclamer des mesures «fortes, parce que nous sommes dans une situation qui est une situation de guerre».
9h52: Kerry: «Aucun acte de terrorisme n'arrêtera jamais la marche de la liberté»
«Aucun acte de terrorisme n'arrêtera jamais la marche de la liberté», a déclaré ce dimanche le chef de la diplomatie américaine John Kerry. «Ce matin nous sommes solidaires des Français», a indiqué le secrétaire d'Etat en marge d'une visite en Inde. «Nous sommes à leurs côtés, non seulement de colère et d'indignation, mais par solidarité et détermination à affronter les extrémistes», a-t-il dit.
 

9h42: Dispositif de sécurité hors-norme à Paris

Pour cette grande «marche républicaine», un dispostif de sécurité exceptionnel a été mis en place dans la capitale. Près de 5.500 policiers et militaires sont mobilisés dans l’agglomération parisienne. Environ 2.200 policiers de «24 unités» assureront la sécurité de la «marche républicaine», a annoncé samedi le ministre. Du côté des militaires, environ 1.350 participeront au plan de protection antiterroriste Vigipirate. «Des tireurs d'élite seront positionnés sur les toits des immeubles bordant le parcours. Les toits et les égouts feront l'objet d'inspections préalables», a précisé Bernard Cazeneuve. Le ministre de l'Intérieur a également évoqué la protection de «sites sensibles», tels les sièges des médias, les lieux de culte, les écoles confessionnelles, les bâtiments publics, institutions et ambassades.
 

9h36: Appel unanime de la presse française à la «résistance»

Dans leurs éditoriaux ce dimanche, les journaux français ont lancé ce dimanche un appel à la défense des libertés et à la résistance. Le Monde appelle ainsi à «marcher contre la terreur». «En mémoire des morts de ces derniers jours, nous irons tous à République. Pour la République», écrit Libération, qui a accueilli les rescapés du journal satirique après l'attentat de mercredi. Le Télégramme et Nice-Matin, eux, appellent conjointement à la «Résistance».

9h: «Des centaines de milliers» de manifestants voire «des millions» attendus

Les mobilisations impressionnantes de samedi dans les grandes villes de province - 700.000 personnes en tout, selon le ministère d'Intérieur, 120.000 dans la seule Toulouse - augurent des chiffres massifs pour ce dimanche, d'autant que la météo doit être clémente.

«Plusieurs centaines de milliers» de manifestants sont attendus, a prudemment avancé Bernard Cazeneuve, «des millions», s'est aventuré le Premier ministre Manuel Valls.


Mots-clés :