L'attaque s'est déroulée rue Nicolas-Appert, dans le 11e arrondissement.
L'attaque s'est déroulée rue Nicolas-Appert, dans le 11e arrondissement. - M. Pierron / 20 Minutes

Enfin des nouvelles un peu rassurantes. Sur les onze personnes qui ont été blessées lors de l'attaque des locaux de Charlie Hebdo mercredi, les quatre personnes les plus grièvement atteintes restaient hospitalisées jeudi, et les sept autres blessés ont pu sortir, a annoncé l'Agence régionale de Santé d'Ile-de-France. Une information confirmée ensuite par l’AP-HP.

Quatre personnes «en urgence vitale» avaient été prises en charge mercredi dans des établissements franciliens, après l'attentat. «Opérées dans la soirée», ces personnes «restent actuellement hospitalisées», a informé l'ARS jeudi en fin d'après-midi.

Par ailleurs, sept personnes «en urgence relative» transportées par le SAMU de Paris dans trois hôpitaux, «sont toutes à ce jour sorties».

Fabrice Nicolino s'est réveillé

Dans la matinée de jeudi, l'urgentiste avait déjà indiqué que le dessinateur Riss, directeur de la rédaction de Charlie Hebdo, et le journaliste Philippe Lançon allaient mieux. Selon Le Monde, le premier a été touché à l'épaule, le second au visage. Quant au journaliste Fabrice Nicolino, blessé à la jambe dans la fusillade, sa compagne a donné des nouvelles plus précises de sa santé sur le site reporterre.net. Elle avait annoncé dans la journée que ses jours n'étaient plus en danger et qu'il s’était même réveillé. «Il est douloureux, mais il est là. Il prend conscience de ce qui s’est passé. Tout est encourageant. Il a besoin de se reposer», déclare-t-elle.

La cellule d'urgence médico-psychologique de Paris (CUMP) a assuré l'accompagnement de 65 personnes «pouvant présenter un traumatisme psychologique». «Initialement prises en charge sur place, ces personnes ont ensuite été regroupées à l'Hôtel-Dieu», dans le centre de Paris, «où les proches des victimes ont aussi été accueillis», poursuit l'ARS. Celle-ci précise que les équipes de la Croix-Rouge et de la Protection Civile ont contribué à leur prise en charge.

Mots-clés :