La voiture des auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015, à Paris.
La voiture des auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015, à Paris. - ANNE GELBARD / AFP

«Tout s’est passé très calmement, sans cris, sans insultes.» Il est 11h30, mercredi, quand Cédric Le Béchec, agent immobilier de 33 ans, sort de rendez-vous au 45, rue de Meaux, dans le 19e arrondissement. Au seuil de l’immeuble, il assiste à une scène incroyable, qu’il ne relie pas encore à l’attaque perpétrée à Charlie Hebdodeux hommes sortent d’une voiture noire, armés d’un lance-roquettes, et braquent la voiture d’une personne «d’une soixantaine d’années», selon lui.

>> Suivez les derniers événements de l'attaque de Charlie Hebdo en direct

Il raconte la scène. «Une voiture noire était arrêtée au milieu de la rue. Deux grands blacks habillés de façon militaire étaient sortis, dont un avec un lance-roquettes. Ils ont sorti un homme de la voiture qui était derrière. Et ils sont montés en disant "vous direz aux médias que c’est Al-Qaïda au Yémen". J’étais à 5 ou 10 mètres, ils sont repartis et la police est arrivée 5 minutes plus tard», raconte-t-il.

Selon lui, les deux hommes sont repartis au volant de ce qu’il croit être une Clio II grise. Le propriétaire du véhicule a été très rapidement entendu par les forces de l’ordre. «Il leur a même dit "attendez, laissez-moi mon chien!" Et ils l’ont laissé sortir.» A 13h, il n’avait pas encore livré son témoignage à la police, mais «un monsieur qui était bien plus près que moi et qui a assisté à tout de A à Z» a été entendu, explique le témoin de la scène.

Mots-clés :