Des policiers et des pompiers devant les locaux de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015.
Des policiers et des pompiers devant les locaux de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015. - AFP

Au moins deux hommes cagoulés ont ouvert le feu, ce mercredi matin, dans le siège de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo. 20 Minutes fait le point sur l'enquête alors qu'on dénombre douze morts, dont deux policiers.

>> Suivez la situation en direct par ici

Que s’est-il passé?

Vers 11h ce mercredi matin, au moins deux hommes cagoulés et vêtus de noir ont pénétré dans les locaux du siège de Charlie Hebdo, rue Nicolas Appert (Paris, 11e) . Alors que les journalistes tenaient leur conférence de rédaction hebdomadaire, ils ont ouvert le feu à l’aide d’armes automatiques (kalachnikov). Très rapidement sur place, les policiers ont également été pris pour cibles par les assaillants. Deux d'entre eux sont décédés. Ce mercredi midi, Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur a fait une courte déclaration, expliquant que les enquêteurs étaient à la recherche de «trois criminels» au total.

Quel est le bilan?

Douze personnes ont été tuées, selon le parquet de Paris, contacté par 20 Minutes. Parmi les victimes, il y a deux policiers. «Les corps sont encore en cours d'identification», a confié le parquet de Paris. Mais, selon plusieurs sources policières, les dessinateurs Charb, Cabu, Wolinski et TIgnous seraient au nombre des victimes. Contacté juste après l'attaque, l'un des salariés du journal a lâché à 20 Minutes : «C’est un véritable massacre. Il y a des morts», avant que la conversation ne soit coupée.

Cet attentat a-t-il été revendiqué?

Pas officiellement. Toutefois, sur les vidéos amateur de l'attaque, on entend distinctement les agresseurs crier «Allahu Akbar» ainsi que «On a vengé le prophète Mohamed». Interrogé par 20 Minutes, l'un des témoins qui a aperçu les assaillants alors qu'ils changeaient de voiture dans le 19e arrondissement de Paris explique qu'ils ont demandé de dire aux médias que leur acte émanait «d'Al Qaïda au Yemen». Cette information n'a pas pu être vérifiée pour l'heure.

Les assaillants ont-ils été arrêtés?

Non. Les deux hommes cagoulés ont pris la fuite à bord d’une DS noire après avoir échangé des coups de feu avec les forces de l’ordre. Ils ont pris la direction du 19e arrondissement où ils ont changé de voiture avant de partir vers la Porte de Pantin. En début d'après-midi, les policiers étaient toujours à leur recherche. Selon un des témoins interviewé par 20 Minutes qui a assisté à l'échange de véhicules, les deux agresseurs auraient signalé qu'il s'agissait d'une attaque d'Al-Qaïda au Yemen. En début d'après-midi, Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, a indiqué que les forces de police étaient à la recherches de «trois criminels» et non pas deux.

Le plan vigipirate a-t-il été revu?

Sur place, François Hollande a confirmé que le plan vigipirate avait été relevé au niveau «alerte-attentats» dans toute l'Ile-de-France. Des policiers ont pris place devant tous les lieux de culte, les grands magasins ainsi que tous les organes de presse parisiens. Deux policiers sont donc en fonction à l'entrée de 20 Minutes depuis ce midi.

Mots-clés :