Le RAID a mené une opération à Reims dans le cadre de l'enquête sur l'attentat contre Charlie Hebdo.
Le RAID a mené une opération à Reims dans le cadre de l'enquête sur l'attentat contre Charlie Hebdo. - F.NASCIMBENI/AFP

Cette page est actualisée en temps réel : cliquez ici pour mettre à jour.


5h00: Ce live est terminé
Pour le nouveau de jeudi, c'est ici.
 
3h30: Les Français de l'étranger se rassemblent
Au CES de Las Vegas, un rassemblement est en cours devant la tour Eiffel de l'hôtel Paris.

A Los Angeles, des Français se sont rassemblés au Figaro Bistro. De l'Asie à l'Amérique du nord, ils affichent tous leur solidarité avec des signes #jesuischarlie.
3h00: La photo des deux frères
Voici l'avis de recherche officiel, publié par nos confrères de i>Télé:

 
2h30: Le plus jeune des suspects recherchés s'est rendu

Le plus jeune des trois hommes recherchés dans l'enquête sur l'attaque de Charlie Hebdo s'est rendu mercredi soir au commissariat de Charleville-Mézières (Ardennes) et a été placé en garde à vue, selon des sources proches du dossiers de l'AFP. Mourad Hamyd, 18 ans, soupçonné d'avoir aidé les deux tireurs, s'est rendu «vers 23H00 après avoir vu que son nom circulait sur les réseaux sociaux», «Il a été interpellé et placé en garde à vue», a confirmé une autre source proche du dossier, affirmant aussi que «plusieurs gardes à vue» étaient en cours «dans l'entourage» des deux frères recherchés dans cette affaire, Chérif et Saïd Kouachi.


2h20: Un avis de recherche lancé contre les frères Kouachi
Les suspects ont un nom. La police a lancé avis de recherche national contre trois hommes soupçonnés d'avoir participé à l'attaque contre Charlie Hebdo: Saïd et Chérif Kouachi, deux frères de 32 et 34 ans originaires de Paris, et Hamyd Mourad, un jeune de 18 ans de la banlieue de Reims sans domicile déclaré. Ce dernier s'est apparemment rendu de lui-même. Ce que l'on sait sur les frères Kouachi à lire ici.
1h45: L'opération terminée sans interpellation
Des opérations ont été menées par le Raid et le GIPN dans la nuit de mercredi à jeudi à Reims et à Charleville-Mézières, dans le cadre de l'enquête sur l'attentat contre Charlie Hebdo, sans apparemment déboucher sur des interpellations, a constaté l'AFP. A priori, le s'agissait du domicile de proches. Les trois suspects sont toujours recherchés.

00h58: Un avis de recherche lancé contre les trois suspects

Un avis de recherche national a été lancé par la police contre les trois hommes soupçonnés d'avoir participé à l'attentat de ce matin, a-t-on appris de source proche du dossier.

 

00h50: Un compte Twitter s'est créé pour dire qu'un des suspects est innocent

Le plus jeune des suspects, dont le nom a fuité sur les réseaux sociaux et dans les médias, fait l'objet d'un compte Twitter qui affirme qu'il est innocent. Des utilisateurs du site de microblogging affirment que l'individu était avec eux à Reims au moment des faits, et même qu'il se trouvait en cours. S'agit-il d'un homonyme?

00h30: Les policiers seraient ressortis de l'immeuble

D'après France Bleu Champagne Ardenne.
 

00h20: Des images de Reims

 

23h50: Le dessinateur Charb était sur la liste noire du magazine d'Al-Qaida

C'est ce que rapporte un journaliste de Slate US. Le  directeur de Charlie Hebdo, qui figure parmi les 12 victimes, aurait été sur la liste du magazine Inspire intitulée «une balle par jour éloigne l'infidèle» et «recherchés morts ou vifs pour crimes contre l'islam». 

23h46: Voici le quartier Croix-Rouge où aurait lieu l'intervention

 
View Larger Map

23h18: Un opération de police avec le Raid en cours à Reims

L'AFP l'annonce, en citant une source policière. Une opération de police d'envergure pour arrêter les suspects est en cours à Reims, dans le quartier Croix-Rouge, depuis 23h, d'après un officier du Raid.
Les policiers «vont partir en opération. Ou, prévenus par la police et les réseaux sociaux, ils (les suspects) sont partis, ou ça va rafaler», a déclaré un officier du Raid, appelant les journalistes présents à la «plus grande prudence».
 


23h16: Les noms des suspects communiqués au FBI

Selon CNN, les autorités françaises et américaines collaborent et le FBI cherche dans sa base de données pour en savoir davantage sur les trois suspects identifiés.
 

22h39: Bernard Cazeneuve annule une visite en Corse

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a annulé une visite prévue vendredi et samedi en Corse, a annoncé la préfecture de Corse dans un communiqué. Il devait assister vendredi à la présentation des voeux à la préfecture de Corse. Samedi matin, il devait «présenter ses voeux aux Corses» en inaugurant un «centre d'immersion linguistique» dans le village de montagne de Bastelica, en Corse-du-Sud.
 

22h25:Marine Le Pen, François Bayrou et Jean-Luc Mélenchon seront reçus vendredi par François Hollande à l'Elysée


 

22h22: Le Financial Times amende un article en ligne critiquant Charlie Hebdo


La tribune d'un journaliste du Financial Times (FT) dénonçant la ligne éditoriale «irresponsable» et «stupide» de Charlie Hebdo a été republiée dans une version édulcorée à la suite de critiques en ligne.
Dans un article d'opinion mis en ligne en début d'après-midi, Tony Barber, rédacteur-en-chef Europe du Financial Times, a écrit: «La France est le pays de Voltaire mais trop souvent l'irresponsabilité éditoriale a prévalu chez Charlie Hebdo». «Il ne s'agit pas pour le moins du monde d'excuser les meurtriers, qui doivent être attrapés et punis, ou de suggérer que la liberté d'expression ne devrait pas s'appliquer à la représentation satirique de la religion, a-t-il ajouté. Mais seulement de dire que le bon sens commun serait utile dans des publications telles que Charlie Hebdo, ou le journal danois Jyllands-Posten, qui prétendent remporter une victoire pour la liberté en provoquant des musulmans, alors qu'en réalité ils sont seulement stupides.»
 

22h12: Les quatre blessés hospitalisés ne sont plus en état d'extrême urgence


Les quatre personnes blessées dans l'attaque de Charlie Hebdo sont désormais hors de danger. Le dessinateur Riss, directeur de la rédaction de Charlie Hebdo, le journaliste Philippe Lançon, collaborateur de Libération et de l'hebdomadaire, et le journaliste Fabrice Nicolino avaient été blessés dans l'attaque.

22h11:«La liberté d'expression est comme cette bougie. Ce soir, elle s'éteint mais nous la rallumerons»

Lire notre reportage place de la République


22h09: Le journal «Paris Normandie» deviendra «Charlie Normandie» ce jeudi

 

22h: François Hollande recevra Nicolas Sarkozy jeudi à 9h30 à l'Elysée


21h57: Une minute de silence jeudi dans les établissements scolaires


Le ministère de l'Education nationale appelle à respecter une minute de silence jeudi à midi dans tous les établissements scolaires de France, en hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo. «Conformément à la volonté du président de la République», qui a décrété une journée de deuil national, la ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud Belkacem «demande à l'ensemble des personnels, ainsi qu'à l'ensemble des élèves et étudiants de respecter, jeudi 8 janvier à midi, une minute de silence», selon un communiqué.  Le ministère rappelle que suite à cet attentat, «les voyages, séjours et sorties scolaires, à caractère exceptionnel, organisés en région Île-de-France sont, jusqu'à nouvel ordre, suspendus».
 

21h54: La Une de «20 Minutes» de jeudi



 

21h49: Bernard Cazeneuve est revenu sur les lieux du drame pour «remercier les policiers»


Revenant ce mercredi soir dans le 11e arrondissement devant le siège de Charlie Hebdo, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a indiqué avoir «tenu à venir ici pour remercier le spoliciers et saluer l'ensemble des effectifs mobilisés. C'est une émotion considérable pour ce pays. C'est une immense tristesse et un incommensurable chagrin pour le ministère de l'Intérieur.»
400 membres des armées et des policiers et gendarmes sont mobilisés partout sur let erritoire national, a précisé Bernard Cazeneuvue. Le préfet de police de Paris a été chargé d'assurer la sécurité de l'ensemble des organes de presse écrite et audiovisuelle.
L'enquête de police se poursuit. Le ministre de l'Intérieur appelle chacun à la responsabilité pour faire avancer l'enquête vers son dénouement.

21h41: Philippe Honoré, le cinquième dessinateur mort dans l’attaque


Philippe Honoré figure parmi les douze morts de l'attaque contre Charlie Hebdo, ce qui fait de lui le cinquième dessinateur de l'hebdomadaire satirique tué mercredi, a-t-on appris auprès de l'urgentiste Patrick Pelloux, chroniqueur au journal, confirmant des sources proches de l'enquête. La mort du dessinateur, connu sous le nom de «Honoré», a été confirmée sur la foi de l'authentification d'un témoin qui a assisté à la scène. Honoré est l'auteur du dernier dessin twitté par l'hebdomadaire, quelques instants seulement avant l'attaque. On y voit le chef de l'organisation de l'Etat islamique (EI) Abou Bakr al-Baghdadi présenter ses voeux: «Et surtout la santé!».
/photo/1

Par ailleurs, le médecin urgentiste Patrick Pelloux a indiqué que le dessinateur Riss, directeur de la rédaction de Charlie Hebdo, le journaliste Philippe Lançon, collaborateur de Libération et de l'hebdomadaire, et le journaliste Fabrice Nicolino avaient été blessés dans l'attaque. Mais leur pronostic vital n'était pas engagé mercredi soir, a-t-il précisé.
 

21h31: Barack Obama exprime «la solidarité» des Etats-Unis à François Hollande


Le président américain Barack Obama a exprimé mercredi soir à François Hollande «la solidarité» des Etats-Unis, après l'attentat sanglant perpétré contre Charlie Hebdo. Lors d'un entretien téléphonique d'une quinzaine de minutes, Barack Obama a assuré son homologue «du plein soutien des Etats-Unis à la France, de sa solidarité et de sa pleine coopération contre le terrorisme», a indiqué l'entourage du président de la République. Le président américain a également souligné «les valeurs qui unissent les deux pays, en particulier celles de la démocratie et de la liberté d'expression», a-t-on précisé.
 

21h21: Les trois suspects ont été identifiés


Il s‘agit de trois hommes dont deux membres de la même famille âgés de 34 et 32 ans. L’un d’entre eux a déjà été remarqué dans une filière irakienne du 19e arrondissement de Paris. Le troisième est âgé de 18 ans et serait Rémois mais sans domicile déclaré.
>> Plus d'informations sur les suspects

21h17: Notre-Dame de Paris sonnera le glas jeudi à midi

L'Eglise catholique s'associera jeudi à la journée de deuil national en hommage aux victimes de l'attentat dans les locaux de Charlie Hebdo et fera sonner le glas de la cathédrale Notre-Dame à midi, a annoncé le diocèse de Paris. «La messe qui suivra cela célébrée en pensant aux victimes et à leurs familles», ajoute l'évêché dans un communiqué.


 

21h07: Panorama des Unes des journaux internationaux de jeudi


/photo/1

21h06: Les réactions à l'attaque contre Charlie Hebdo



 

21h05: Revoir l'intervention du Président de la République



21h: François Hollande observera un «moment de recueillement» jeudi à la préfecture de police de Paris


20h57: 20 Minutes a obtenu la confirmation que les trois individus ont été identifiés par la police


Leurs noms ne peuvent toutefois pas encore être rendus publics.


20h52: Des opérations policières à Pantin et Gennevilliers mais pas d'interpellation


Les policiers de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) ont investi mercredi après-midi plusieurs appartements à Pantin et Gennevilliers, en banlieue parisienne, dans le cadre de l'enquête sur l'attentat de Charlie Hebdo, des opérations qui n'ont donné lieu à aucune interpellation. «La BRI a eu une information comme quoi l'un des tireurs aurait pu se réfugier dans un appartement de Gennevilliers (Hauts-de-Seine). Les policiers ont fouillé vers 16 heures l'appartement en question, mais cela n'a rien donné», a déclaré à l'AFP Patrice Leclerc, le maire (PCF) de la commune.
Des policiers sont aussi intervenus «dans l'après-midi à Pantin (Seine-Saint Denis) pour des vérifications», selon une source policière. «Ils étaient lourdement armés et ont défoncé la porte de l'habitation, mais ils n'ont rien trouvé, l'occupant des lieux les ayant visiblement quittés depuis longtemps», a précisé le maire de Pantin, Bertrand Kern.
 

20h50: Des rassemblements de soutien partout en Europe


A Berlin, environ 500 personnes, selon la police, se sont ainsi rassemblées en fin d'après-midi devant l'ambassade de France.

A Bruxelles, plusieurs centaines de personnes se sont réunies en deux endroits distincts : environ 200, selon les organisateurs, devant le consulat de France et entre 1.000 et 1.500, selon l'AFP, face au Parlement européen, où ils brandissaient en silence crayons ou stylos en signe de solidarité et avaient allumé des bougies, sous la pancarte «je suis Charlie» accrochée à une statue.

A Trafalgar square, en plein cœur de Londres, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées, visages graves, dont de nombreux Français. Beaucoup avaient apporté avec eux des pancartes «je suis Charlie» ou affichaient le message sur l'écran de leur téléphone portable.

A Madrid, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées devant l'ambassade de France, en présence de l'ambassadeur. Scandant «Liberté d'expression, Liberté d'expression» ou encore «Nous sommes tous Charlie», ils ont ensuite entonné la Marseillaise devant un drapeau bleu-blanc-rouge.
En Suisse, des rassemblements de 500 personnes ont eu lieu à Genève et Lausanne. A Berne, ce sont 200 personnes qui ont rendu hommage aux victimes, selon l'agence de presse suisse ATS. A Vienne, quelque 350 personnes, selon le collectif organisateur, se sont rassemblées en silence devant l'ambassade de France.
 

20h40: Plus de 100.000 manifestants dans toute la France , d’après les comptes de l’AFP


Plus de 100.000 personnes se sont rassemblées dans toute la France mercredi en fin d'après-midi pour rendre hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo, selon un décompte de l'AFP. A Paris, 35.000 personnes se sont réunies place de la République, non loin du siège de la rédaction de Charlie Hebdo, selon la préfecture de police. Ils étaient entre 13 et 15.000 à Rennes, entre 10 et 15.000 à Lyon, 10.000 à Toulouse, 7.000 à Marseille et 5.000 à Nantes, Grenoble et Bordeaux, selon des chiffres de la police dans ces différentes villes.
 

20h37: Le dessinateur Plantu, invité au journal de 20h de France2, déclare «Les dessinateurs sont plus forts que les connards qui ont agi ce matin»



20h31: Une minute de silence a été respectée avant le match de football opposant Lille à Evian




20h27: La Une du Parisien / Aujourd'hui en France de jeudi rend hommage à Charlie Hebdo, comme de très nombreux titres de presse



20h24: Richard Malka, l’avocat de «Charlie Hebdo», invité au Grand Journal sur Canal+, appelle à ne pas renoncer «à avoir du courage»


«Ce qui me consolerait, c’est que collectivement nous ne renoncions pas à avoir du courage, à combattre, à écrire, à parler, à s’exprimer, à être dans la nuance, l’intelligence et à être dans le rire. Et à dire un adieu à leur mesure à ces gens qui se sont battus pour nous», a-t-il déclaré.
 

20h21: L'Iran dénonce un acte «étranger à l'islam»


L'Iran a dénoncé mercredi l'attentat Charlie Hebdo, estimant que «tout acte terroriste contre des innocents est étranger à la pensée et aux enseignements de l'islam». Ces actes sont «la continuité d'une vague de radicalisme et d'une violence physique et mentale sans précédent» qui «se sont répandues dans le monde ces dix dernières années», a déclaré la porte-parole de la diplomatie iranienne, Marzieh Afkham. Mais elle a souligné que ces actes étaient aussi provoqués «par les mauvaises politiques et les deux poids-deux mesures face à la violence et à l'extrémisme».
 

20h17: Jeudi sera la cinquième journée de deuil national de la Ve République


Les précédentes journées de deuil national avaient eu lieu pour la mort de De Gaulle en 1970, pour la mort de Georges Pompidou en 1974, la mort de François Mitterrand en 1996 et les attentats du 11 septembre 2001.

20h15: Le pape condamne un «horrible attentat»


Le pape François condamne avec la «plus grande fermeté» l'«horrible attentat» commis mercredi contre Charlie Hebdo à Paris, a déclaré son porte-parole le Père Federico Lombardi. «Le Saint Père exprime la plus ferme condamnation pour l'horrible attentat qui a endeuillé ce matin la ville de Paris», a indiqué le porte-parole du Vatican, dans un communiqué.
 

20h12: A Paris, le rassemblement place de la République rassemble au moins 15.000 personnes


Et ceux qui ne peuvent pas descendre du métro font aussi preuve de solidarité.




 

20h03: «La liberté sera toujours plus forte que la barbarie»


Appelant à l'unité nationale, le Président de la République a précisé que «Tout sera fait pour appréhender» les auteurs de l'attaque terroriste.Rappelant la mise en place du plan Vigipirate, François Hollande a rappelé que «Nous devons protéger tous les lieux publics, partout où il peut y avoir le début d'une menace.»

Le Président de la République a surtout appelé les Français à s'unir: «Notre meilleure arme c'sst l'unité, rien ne doit nous opposer. Demain je réunirai les présidents des deux assemblées (Assemblée nationale et Sénat) et les représentants des forces présentes au Parlement pour montrer notre unité.La liberté sera toujours plus forte que la barbarie.»

20h: François Hollande décrète une journée de deuil national ce jeudi
 

Le Président de la République intervient en direct de l'Elysée:il annonce une journée de deuil national ce jeudi. Les drapeaux seront en berne trois jours.
François Hollande déclare: «Aujourd'hui la France a été attaquée en son coeur, à Paris, dans les locaux d'un journal. Cette fusillade d'une violence extrême a tué des dessinateurs de grand talent, des chroniqueurs courageux sont morts.
Ce lâche attentat a également tué deux policiers.
Ils sont morts pour l'idée qu'ils se faisaient de la France, c'est-à-dire la liberté.»


19h55: Les manifestations en images




De Paris à Berlin, en passant par Nantes et Lille, les soutiens à Charlie Hebdo se sont réunis ce mercredi soir.
>> Les rassemblements en images

19h48: Au moins 15.000 manifestants à Paris en hommage aux victimes de Charlie Hebdo, selon la police




Vidéo: Cabu, Charb, Wolinski, Tignous... Les martyrs de Charlie Hebdo



Cabu, Charb, Wolinski, Tignous: Les martyrs de... par 20Minutes


19h24: Manuel Valls aurait appelé Nicolas Sarkozy pour participer à une manifestation commune, selon Le Figaro


Manuel Valls aurait contacté Nicolas Sarkozy dans l'après-midi en vue de participer à une manifestation commune. Le patron de l'UMP aurait accepté à condition que celle-ci se déroule «dans un esprit de recueillement, de dignité et de fermeté».
 

19h20: Réunion des responsables religieux jeudi pour une initiative commune


 

L'ensemble des responsables des cultes se réuniront jeudi pour prendre une initiative commune après l'attentat contre l'hebdomadaire Charlie Hebdo, a annoncé mercredi le président de la Fédération protestante de France, François Clavairoly, sur le perron de l'Elysée, à l'issue d'une rencontre avec le président François Hollande.
 

Cet attentat sanglant «est un coup porté à l'ensemble des musulmans», a déclaré pour sa part le président du Conseil français du culte musulman, Dalil Boubakeur, qui a également annoncé «une réunion» jeudi de tous les représentants de l'islam de France.




Nantes: 5.000 personnes en hommage aux victimes

 

Environ 5.000 personnes, selon la police, dont l'ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault, ont rendu hommage mercredi soir à Nantes aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo, à l'appel du club de la presse de Nantes Atlantique.



19h10: Une «attaque terroriste lâche et barbare», estime l'ONU


Le Conseil de sécurité des Nations unies a dénoncé mercredi « l'attaque terroriste barbare et lâche » perpétrée contre l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo qui a fait 12 morts.
Dans une déclaration unanime adoptée à l'initiative de la France, les 15 pays membres «condamnent fermement cet acte terroriste intolérable ayant pris pour cible des journalistes et un journal».
 

19h05: 10.000 personnes à Toulouse


Environ 10.000 personnes, selon la police, étaient rassemblées mercredi vers 19H00 à Toulouse, en hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo.

Sur la place du Capitole, bondée, les manifestants applaudissaient et scandaient «Charlie» tout en agitant parfois des stylos vers le ciel. Certains arboraient des panneaux «Je suis Charlie», d'autres des numéros de l'hebdomadaire satirique. «Il n'y a pas de mots», disait une pancarte, alors que les élus de droite comme de gauche se tenaient les uns auprès des autres.



18h58: «Je vais dessiner Mahomet. Encore», lâche un caricaturiste ami de Tignous et Cabu


Jean-Michel Renault, caricaturiste et ami de Cabu et Tignous, très ému, après la mort de ses amis, mercredi matin, lors de l'attentat qui a visé Charlie Hebdo.
 

«Il n'est pas question que je cède d'un iota, et je dessinerai Mahomet et là, je vais dessiner Mahomet. Encore. Parce que je l'ai fait 100 fois. Ca veut dire quoi? Que je suis le suivant sur la liste ? Eh ben, on verra, je les attends», déclare Jean-Michel Renault, la gorge nouée par l'émotion, à un correspondant de l'AFP.

«Il n'est pas question que je cède, la grande question, c'est comment réagir à la connerie, nous on est des amuseurs, on traduit l'actualité à travers l'humour, on est là pour dédramatiser aussi les situations, on est là pour amener un peu de gaieté, avec un regard et une pertinence différente», a également déclaré ce dessinateur, qui officie notamment à Nord-Littoral.





 
/photo/1

18h53: Charlie Hebdo: plus de 10.000 personnes à Lyon en hommage aux victimes


18h38 : «Plus de 5.000» personnes à Paris en hommage aux victimes

Selon la police, «plus de 5.000» personnes se sont rassemblées mercredi en fin d'après-midi à Paris. Ce chiffre pourrait être revu à la hausse. La place de la République était noire de monde, la circulation était coupée, tandis que des gens continuaient d'affluer, ont constaté des journalistes de l'AFP peu avant 18H30.


18h31: Nouvelle réunion de crise à l'Elysée jeudi à 8h30

Une nouvelle réunion de crise est convoquée jeudi à 08H30 à l'Élysée autour de François Hollande a-t-on appris auprès de la présidence. Cette réunion se tiendra «dans la même formation» que celle convoquée mercredi après-midi dans la foulée de l'attentat et à laquelle participaient, outre le chef de l'État, le Premier ministre Manuel Valls, plusieurs ministres et les responsables des services de sécurité, a-t-on précisé de même source.


18h30: Charlie Hebdo, «citoyen d'honneur» de la ville de Paris, annonce Anne Hidalgo


Anne Hidalgo, maire de Paris, a annoncé qu'elle allait faire de Charlie Hebdo un «citoyen d'honneur» de la ville de Paris, vendredi matin avec l'ensemble du Conseil de Paris.

Il s'agit d'être «à leurs côtés», au côté de «tous ceux qui défendent la liberté d'expression», a ajouté Anne Hidalgo, interrogée par BFM-TV lors du rassemblement à Paris après l'attaque contre Charlie Hebdo qui a fait douze morts selon un dernier bilan.


18h26: Les détails de l'attentat


«L’attentat a été commis par un groupe d'au moins deux individus. Vers 11h30, un C3 s'est présenté devant le siège de Charlie Hebdo.  Deux individus cagoulés et porteurs de fusils kalachnikov en sont sortis. Ils se sont présentés à l’accueil, tuant une personne avant de se rendre dans les locaux de la rédaction. Les deux hommes ouvraient alors le feu en rafale et tuaient 10 personnes, parmi lesquels 8 journalistes, un policier et un invité. Ils criaient "Allahou Akbar" et affirmaient venger le Prophète.  En repartant, ils se retrouvaient face à une patrouille de police, entraînant un échange de feux, sans blessés. Puis une deuxième salve de tirs, toujours sans blessés. Lors d’une troisième fusillade contre une patrouille de police, un fonctionnaire de police a été touché puis froidement abattu au sol. Les individus poursuivaient alors leur route sur le nord de Paris, percutant un véhicule et abandonnant leur véhicule. Ils braquaient alors un véhicule Clio avant de prendre la fuite.».

18h20: Cellule de crise à la section antiterroriste

Le parquet de Paris a activé la celulle de crise à la section antiterroriste. L'ensemble des magistrats et des fonctionnaires sont mobilisés.

18h16: Enquête ouverte confiée à la PJ, DCPJ et DCRI


« Une enquête a été ouverte. Elle a été confiée à la direction de la PJ de Paris, section anticriminelle, à la DCPJ et à la DCRI »

18h15: Début de la conférence de presse du procureur de la République de Paris, François Molins


 

18h08: Des médias se mobilisent pour que Charlie Hebdo «continue à vivre»

 

Les groupes Radio France, Le Monde et France Télévisions ont annoncé mercredi mettre « à disposition de Charlie Hebdo et de ses équipes l'ensemble de leurs moyens humains et matériels » pour que l'hebdomadaire «continue à vivre».

«Face à l'horreur, les groupes Radio France, Le Monde et France Télévisions annoncent mettre à disposition de Charlie Hebdo et de ses équipes l'ensemble de leurs moyens humains et matériels nécessaires pour que Charlie Hebdo continue à vivre», écrivent les patrons respectifs de ces groupes, Mathieu Gallet, Louis Dreyfus et Rémy Pflimlin.


18h07: Témoignage bouleversant de Philippe Val, ancien patron de Charlie Hebdo



 

18h00: Soutien de la reine Elisabeth II


17h57: Soutien des deux grands journaux satiriques espagnols


Les deux grands journaux satiriques espagnols, El Jueves et Mongolia, ont exprimé mercredi leur solidarité après l'attaque meurtrière contre Charlie Hebdo, Mongolia reproduisant sur Twitter la "une" du journal français consacrée au prophète Mahomet.

De notre envoyé, place de la République


17h54: Réactions de Jean-Louis Borloo




17h50: La LFP annonce une minute de silence ce week-end


Une minute de silence sera observée mercredi soir avant la rencontre de L1 Lille-Evian, de même que ce week-end en L1 et L2, en hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo, ont indiqué le Losc et la Ligue de football professionnel (LFP).

17h48: «Cet attentat doit libérer (la) parole face au fondamentalisme islamique», déclare Marine Le Pen


La présidente du FN Marine Le Pen a estimé mercredi après-midi que l'attentat commis contre Charlie Hebdo à Paris et qui a fait au moins 12 morts devait «libérer (la) parole face au fondamentalisme islamique».
«C'est ma responsabilité de dire que la peur doit être surmontée et de dire que cet attentat doit au contraire libérer notre parole face au fondamentalisme islamique, ne pas se taire, et commencer par oser nommer ce qui s'est passé. Ne pas craindre de dire les mots : il s'agit d'un attentat terroriste commis au nom de l'islamisme radical», a affirmé Mme Le Pen dans une vidéo diffusée sur le site internet du Front national.
 

17h42: Hollande s'est rendu à la cellule d'urgence médico-psychologique à l'Hôtel-Dieu


Six compagnies de CRS et escadrons de gendarmerie mobile, soit près de 500 hommes, ont «d'ores et déjà été déployés en renfort sur Paris» après l'attentat commis contre l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, a annoncé mercredi le ministère de l'Intérieur.
 

Ces renforts portent « à 16 le nombre de forces mobiles engagées sur Paris et la petite couronne. D'autres forces sont en transit ou en position d'alerte», précise dans un communiqué le ministère. Le plan gouvernemental Vigipirate a été élevé au niveau « alerte attentat », son échelon le plus élevé en Ile-de-France, avait annoncé Matignon.



17h37: Près de 500 CRS et gendarmes mobiles déployés en renfort à Paris


17h34: «Je ne vois pas comment le journal pourrait survivre», témoigne un journaliste de la rédaction


Antonio Fischetti est journaliste à la rédaction de Charlie Hebdo. Il n'était pas présent lors de l'attaque et témoigne au journal Libération.

«On savait que la menace était réelle, mais ce n’était pas la parano. Les menaces contre Charlie étaient récurrentes, continuelles, habituelles. Il n’y en avait pas particulièrement plus ces derniers temps, mais la vigilance s’était relâchée.
 «L’idée de pouvoir se faire tuer un jour était là, dans la tête. Mais un carnage de cette ampleur, avec la volonté de tuer tout le monde. [...] Là, c’est la volonté d’éradiquer totalement un journal. Ce n’est pas "juste" tuer le rédacteur en chef. Il n’y a pas de mots. C’est vraiment un acte de guerre. Tout ça pour des dessins… Ce sont des malades.
J’en parle au passé, car je ne vois pas comment le journal pourrait survivre à ça.»
 

17h29: «Les derniers résistants de l’humour sans contrainte», explique François Boucq, dessinateur et ami de Cabu.


«Ce qui s’est passé est sacrificiel. J’ai vu Cabu à Lille avant les vacances de Noël. Il était venu à Roubaix pour des dédicaces. Nous avons bu un verre ensemble avant qu’il ne reprenne son train. Je peux vous dire qu’il n’était sous aucune protection. Les gens de Charlie Hebdo étaient vraiment les derniers résistants de l’humour sans contrainte.  Quelque part, ce qui s’est passé est sacrificiel, au nom des pouvoirs publics qui ne les ont pas défendus et n’ont pas vu les signes précurseurs de cette violence qui ne cesse de monter, notamment contre la liberté d’expression. Pour Cabu, qui a fait tout ce travail antimilitariste, être dégagé à la kalachnikov, ce sont vraiment des circonstances cyniques. »
 

17h23: «Tous les Américains au côté des Français », déclare en français John Kerry


Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a exprimé mercredi, en français, la solidarité des Etats-Unis à l'égard de la France.
«Je veux m'adresser directement aux Parisiens et à tous les Français pour leur dire que tous les Américains se tiennent à leurs côtés».
 

17h22: Le bel hommage de Zep


/photo/1
17h17: L'attaque de Charlie Hebdo fait la une des médias du monde entier, à lire ici.

17h14: De notre envoyé spécial, place de la République


17h11: Les chirurgiens suspendent leur grève dans les cliniques en France

«Nous avons décidé d'arrêter le mouvement devant les attentats, on ne voudrait pas poser problème dans les services d'urgences puisqu'actuellement, avec le plan Vigipirate, on doit être disponibles», a annoncé à l'AFP Jean Marty, porte-parole du Bloc.


17h10: Un Clermontois tué dans l'attentat


Le fondateur du festival clermontois Rendez-vous du carnet de Voyage, Michel Renaud, figure parmi les douze victimes de l'attentat sanglant perpétré mercredi dans les locaux du journal satirique Charlie Hebdo, a-t-on appris auprès du maire de Clermont-Ferrand, Olivier Bianchi.

«Michel Renaud et le secrétaire général des Carnets de voyage Gérard Gaillard étaient sur place avec Cabu, qui avait été leur dernier invité d'honneur. Il leur avait dit: je vais vous donner un coup de main, on fera quelque chose ensemble pour la prochaine édition», a expliqué Olivier Bianchi, confirmant une information de France Bleu Pays d'Auvergne.



17h05: «Je préfère mourir debout que vivre à genoux», disait Charb en 2012.



En 2012, dans une interview du Monde, Charb disait:
«Je n'ai pas l'impression d'égorger quelqu'un avec un feutre. Je ne mets pas de vies en danger. Quand les activistes ont besoin d'un prétexte pour justifier leur violence, ils le trouvent toujours» et puis «Je n'ai pas de gosses, pas de femme, pas de voiture, pas de crédit. C'est peut-être un peu pompeux ce que je vais dire, mais je préfère mourir debout que vivre à genoux.»

 

Drapeaux en berne sur l'Elysée, l'Assemblée nationale et le Sénat



 



16h52: Appel de Claude Bartolone et des présidents de tous les groupes politiques à «l'union nationale»


Le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone (PS) et les chefs de file de tous les groupes politiques ont appelé mercredi à «l'union nationale» pour «défendre la liberté sous toutes ses formes», après l'attentat sanglant contre Charlie Hebdo.
 
Dans un communiqué, ils affirment «l'union de toutes les forces républicaines pour défendre sans concession et sans faiblesse cette France que nous aimons tant, qui a fait de notre Nation ce qu'elle est et ce pourquoi elle est aimée».
 

16h51: Vidéo: Ce que l'on sait de l'attaque.



Attentat à Charlie Hebdo: Ce que l'on sait de l... par 20Minutes

16h44: Le Vatican condamne une «double violence»

 

Le Vatican a condamné mercredi « la double violence » de l'attentat contre le siège du journal Charlie Hebdo à Paris, à la fois contre les personnes et contre la liberté de la presse.

Dans une première réaction, le père Ciro Benedettini, vice-directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, a fait part à des journalistes de la «condamnation pour l'acte de violence» qu'a constitué la fusillade, et la «condamnation pour l'atteinte à la liberté de la presse, aussi importante que la liberté religieuse».


16h41: «Pas de mots pour décrire mon effondrement», déclare le dessinateur Siné


Réaction du dessinateur Siné sur son Facebook:
Il m’est impossible de mettre une idée devant l’autre depuis que j’ai appris la nouvelle, il y a une heure ou deux. J’ai l’impression d’avoir reçu un immeuble de six étages sur la tronche. À mon âge, j’avais déjà eu l’occasion de perdre quelques bons copains, Chaval, Tetsu, André François, Ronald Searle …et d’autres! Mais quatre d’un coup, Tignous, Wolinski, Charb, Cabu… assassinés par des fous, des malades, Trop c’est trop, c’est insupportable, c’est abominable… C’est inhumain ! Y a pas de mots pour décrire mon effondrement, ma peine. Je pianote ces quelques mots de ma chambre d’hosto où on essaie de me sortir d’une grande anémie. C’est pas ça qui va arranger les choses !
PS. Tout l’équipe de Siné Mensuel, est tout aussi effondrée que moi.
 

16h38: Conférence de presse du procureur de la République de Paris à 17h45


François Molins, procureur de la République de Paris, tiendra une conférence de presse à 17h45, après l'attaque de Charlie Hebdo qui a fait au moins 12 morts.

16h32: Les «unes» célèbres de Charlie Hebdo

 

Créé en 1970, Charlie Hebdo n'a jamais hésité à publier des dessins provocateurs, se moquant des dirigeants et des stars comme des religions. 20 Minutes a sélectionné quelques «unes» célèbres, par ici.


 

16h28: Rassemblement à 17 heures: «Problématique pour des raisons de sécurité»

Plusieurs syndicats professionnels appellent à un rassemblement mercredi place de la République à Paris dans la foulée de l'appel du Parti socialiste à une «marche des Républicains». Un rassemblement qui est en train d’être étudié par la préfecture de police, contacté par 20 Minutes. «Humainement on comprend cette volonté, mais ca peut etre problématique pour des raisons de sécurité». Le plan Vigipirate a été relevé au niveau «alerte attentat».


16h21: Vidéo des principales réactions



Charlie Hebdo: «Toutes les familles françaises... par 20Minutes
16h20: A lire, le décryptage de l’expert en terrorisme Jean-Charles Brisard

 

16h14: «Un entrainement poussé, de type militaire»


Le mode opératoire des tueurs impliqués dans l'attentat, leur calme, leur détermination et leur efficacité, est la marque d'hommes ayant subi un entraînement poussé, de type militaire, selon des sources policières.

«On le voit clairement à la façon dont ils tiennent leurs armes, dont ils progressent calmement, froidement. Ils ont forcément reçu une formation type militaire. Ce ne sont pas des illuminés qui ont agi sur un coup de tête», assure l'un des policiers. Il souligne qu'ils tiennent leurs kalachnikovs serrées près du corps, tirent au coup par coup et non par rafales, ce qui démontre qu'ils ont été entrainés à s'en servir.

Selon l'autre policier, ancien de la Police judiciaire, «le plus frappant, c'est leur sang-froid. Ils ont été entrainés en Syrie, en Irak ou ailleurs, peut-être même en France, mais ce qui est sûr c'est qu'ils ont été entrainés ».

 


16h04: «Unique dans l'histoire de la presse», estime le dessinateur Willem


Le dessinateur Willem était dans un train au moment de l'attaque. Il a témoigné sur Europe 1.

«Je crois que c'est unique dans l'histoire de la presse, qu'on a visé toute une direction. Le métier est devenu très dangereux, c'est terrible. On croyait que ça s'était calmé c'est très dangereux d'exercer ce métier, pas seulement en Syrie mais en plein Paris. (...) Je crois qu'ils ne s'attendaient pas à la réaction de ce matin. Il y avait une protection policière pour Charb, elle n'a pas marché.»
 

16h00: La déclaration de François Hollande en vidéo



 

15h47: L'économiste Bernard Maris dans les victimes


15h54Le plan Vigipirate «alerte attentat», ça veut dire quoi? La réponse ici.


 

15h48: La France «touchée dans son coeur», dit Manuel Valls


La France «touchée dans son coeur», chaque Francais «horrifié», a déclaré le Premier ministre Manuel Valls.

15h45: Le CSA «bouleversé par cet acte ignoble et révoltant»


«Le Conseil supérieur de l’audiovisuel exprime son immense émotion à la suite de l’attentat perpétré au siège de Charlie Hebdo. Bouleversé par cet acte ignoble et révoltant, le Conseil pense avec une peine profonde aux victimes, à leurs proches, et à tous les collaborateurs de Charlie Hebdo.
Il rend hommage à tous ceux qui, par leur talent et par leur courage, servent la liberté d’expression, condition essentielle de la démocratie, fût-ce au prix de leur vie, sans jamais céder aux menaces indignes dont ils peuvent faire l’objet»
15h38: A lire: Le portrait de Georges Wolinksi, doyen de «Charlie Hebdo», assassiné
 

15h35: Plusieurs rassemblements de soutien en France

 

L’émotion suscitée par l’attaque terroriste perpétrée contre Charlie Hebdo devrait se traduire par des rassemblements de soutien un peu partout en France ce mercredi ou ce jeudi. La liste des soutiens par ici.


15h31: «Trois criminels» impliqués, selon Cazeneuve

Il y a «trois criminels à l'origine» de l'attaque contre l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, a déclaré mercredi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, à l'issue d'une réunion de crise à l'Élysée.

Tout est mis en oeuvre pour «neutraliser le plus rapidement possible les trois criminels qui ont été à l'origine de cet acte barbare», a déclaré le ministre, qui n'a pas apporté de précisions sur le rôle des différentes personnes impliquées. L'immeuble de «Charlie» a été attaqué par deux assaillants lourdement armés qui ont ensuite pris la fuite, faisant douze morts au total.
 

15h29: «Je suis effondré», lâche le dessinateur Philippe Geluck


Réaction du dessinateur belge Philippe Geluck sur RTL
 
«Je suis effondré, j'ai reçu cette nouvelle comme vous tous en pleine poire, je ressens à peu près les mêmes choses que j'ai pu ressentir le 11 septembre lors des attentats de New-York, j'ai l'impression qu'il y aura un avant et un après 7 janvier»
 

«Il y a d'abord la peine de perdre des amis, des grands maîtres de mon métier. Siné, Cabu  et Wolinski sont des gens qui m'ont donné envie de faire ce métier, qui ont été des guides pour moi, puis Charb  et Tignous étaient des amis, des gens d'un talent fou, je suis révolté. Comment une telle barbarie est-elle possible ? Comment peut-on répondre à des dessins à des mots par des armes ?»
 

15h26: Le Conseil du culte musulman condamne un «acte barbare» contre «la démocratie»


Le Conseil français du cute musulman (CFCM) a condamné mercredi «avec la plus grande détermination» un acte «barbare», « contre la démocratie et la liberté de la presse », perpétré à Paris dans les locaux de l'hebdomadaire Charlie Hebdo.

15h23: Charlie Hebdo: Barack Obama condamne une fusillade «terrifiante»


Le président américain Barack Obama a fermement condamné mercredi la «fusillade terrifiante» contre l'hebdomadaire satirique, soulignant avoir l'offert l'aide des Etats-Unis pour que les «terroristes» qui en sont responsables soient traduits en justice.

«La France, et la merveilleuse ville de Paris où cette attaque scandaleuse a eu lieu, sont pour le monde une référence intemporelle qui demeurera bien au-delà de la vision haineuse de ces tueur », écrit le président américain dans un communiqué.
 
15h22: A lire: L'émotion et la solidarité des dessinateurs de presse dans le monde
 

15h19: Sécurité renforcée autour du journal danois qui avait caricaturé Mahomet


La sécurité a été renforcée mercredi autour du journal danois qui avait choqué avec des caricatures de Mahomet, à la suite de la sanglante attaque ayant visé l'hebdomadaire français Charlie Hebdo, selon un mémo interne publié dans la presse.

Le Jyllands-Posten a informé ses salariés que les mesures pour les protéger allaient être renforcées, d'une manière qui n'a pas été précisée, dans ce document publié par un autre quotidien, Berlingske.




15h10: Appel à témoins des enquêteurs



Les enquêteurs ont lancé mercredi après-midi un appel à témoins après l'attentat meurtrier, a annoncé le police judiciaire (PJ) parisienne.
Un numéro vert (08.05.02.17.17) a «été mis à disposition» et «activé» afin de recueillir tout témoignage sur cet attentat, a indiqué Richard Atlan, le porte-parole de la direction de la police judiciaire parisienne, dont la brigade criminelle est en charge de l'enquête avec la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).
 

15h08: Bayrou: «Un seul devoir, nous serrer les coudes» et «faire l'union nationale»


Le président du MoDem François Bayrou a estimé mercredi qu'après l'attentat meurtrier contre Charlie Hebdo, qui a fait 12 morts, il y avait «un seul devoir»: «faire l'union nationale» et «refuser toute concession».

«On mesure aujourd'hui ce que peuvent être des religions qui cherchent à imposer par la terreur leur obsession et leur fanatisme. Aujourd'hui, nous avons un seul devoir, nous serrer les coudes, faire l'union nationale, refuser toute concession, les pourchasser et les punir. C'est dans ces jours de guerre qu'on mesure ce qu'est la détermination d'un peuple à sauver l'essentiel», a déclaré à l'AFP le maire de Pau.
 

15h07: Cabu, le papa du Grand Duduche, est mort


A lire: portrait de Cabu, mort dans l'attentat.

15h04: L'hommage de Plantu




 

15h00: Des kalachnikovs, pas de lance-roquette


Les deux auteurs de l'attaque contre l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo étaient armés de fusils d'assaut kalachnikov mais n'étaient pas équipés de lance-roquette, a affirmé à l'AFP une source policière. Les deux hommes sont toujours en fuite.


 

14h58: Nicolas Sarkozy: «Notre démocratie est attaquée, nous devons la défendre sans faiblesse»

 

Nicolas Sarkozy, président de l'UMP, a exprimé sa «profonde émotion» après l'attentat commis dans les locaux de Charlie Hebdo mercredi, un «acte abject qui heurte la conscience humaine», et a estimé que la France devait «défendre sans faiblesse» sa «démocratie (qui) est attaquée».

«Notre démocratie est attaquée, nous devons la défendre sans faiblesse. La fermeté absolue et la seule réponse possible», a-t-il dit. «La France est frappée au coeur, la République doit se rassembler, j'appelle tous les Français à refuser la tentation de l'amalgame et à présenter un front uni face au terrorisme, à la barbarie et aux assassins», a lancé l'ancien président dans une déclaration depuis le siège de l'UMP.



14h50: #jesuischarlie, solidarité sur les réseaux sociaux


«Jesuischarlie»: des milliers d'internautes exprimaient mercredi sur les réseaux sociaux leur solidarité avec les victimes de l'attentat meurtrier qui a visé Charlie Hebdo.

Le hashtag #jesuischarlie, apparu sur Twitter après l'attaque sanglante contre l'hebdomadaire satirique qui a fait au moins douze morts mercredi en fin de matinée, avait été utilisé plus de 45.000 fois en une heure peu avant 14H45.

Une page Facebook, intitulée «Je suis Charlie», en caractères reprenant ceux du journal, sur fond noir, recueillait au même moment plus de 25.000 «likes», relayant des appels à rassemblements à Paris et à Strasbourg.


14h45: Infographie de l'attentat à Charlie Hebdo

 


14h42: La police scientifique sur place


Selon notre correspondante sur place, «la police scientifique est au travail dans l’allée verte. Le quartier a lui été bouclé».
 

14h42: Valls a «activé» la cellule interministérielle de crise
 

Manuel Valls a «activé» la cellule interministérielle de crise du gouvernement à la suite de l'attentat mercredi contre Charlie Hebdo, qui a faut 12 morts, a indiqué à l'AFP une source gouvernementale.

Le chef du gouvernement a «activé la cellule interministérielle de crise et a confié la conduite opérationnelle au ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve», a indiqué cette source à l'AFP.


14h39: Portrait de Charb, décédé dans l'attaque


A lire: Portrait du dessinateur et journaliste Charb, directeur de la publication du journal, décédé dans l'attaque.


 

14h32: Le syndicat national des journalistes appelle à un rassemblement à 18h place de la République


Le SNJ appelle toutes les rédactions à observer une minute de silence, et à un rassemblement citoyen à 18 heures près du siège de Charlie-Hebdo, place de la République à Paris.

14h30: La dessinatrice Coco témoigne: «Ils se revendiquaient d'Al Qaïda»



14h27: D'après un témoin de la scène, les terroristes auraient crié

«Vous direz aux médias que c’est Al-Qaïda au Yemen!»


Cédric Le Béchec, agent immobilier de 33 ans, a assisté à la scène: lire son témoignage.
 


 


14h26: Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll, réagit sur Twitter





14h21: Un habitant du 19e arrondissement a assisté à la fuite de la voiture rue de Meaux


Fabrice Pouliquen/20Minutes

Paulo, 45 ans, habitant du 19e arrondissement, traversait la rue de Meaux lorsque le commando y abandonnait sa voiture. «J'ai entendu un gros boum, le bruit de la voiture qui heurtait un poteau au bord de la route. Le temps que je me retourne, la voiture était grande ouverte et il n'y avait plus personne à l'intérieur. Je n'ai pas vu les occupants de la voiture, mais pour moi ils se sont enfuis à pied par un petit passage qui fait angle avec la rue de Meaux, tout près d'où ils ont abandonné leur voiture».
 

14h16: Marine Le Pen dénonce un «attentat terroriste commis par des fondamentalistes islamistes»


La présidente du Front national a assuré mercredi à l'AFP que l'attentat perpétré à Paris dans les locaux de l'hebdomadaire Charlie Hebdo était «un attentat terroriste commis par des fondamentalistes islamistes». «Aujourd'hui, si vous voulez, c'est le moment de la compassion à l'égard des victimes, des policiers, des journalistes, de leurs familles, des blessés, face à ce qu'il faut nommer: un attentat terroriste commis par des fondamentalistes islamistes», a déclaré Marine Le Pen.
 

14h12: Début de la réunion ministérielle de crise à l'Elysée autour de Hollande


14h08: Charb, Cabu, Wolinski, et Tignous décédés dans l'attaque


Selon des informations policières, Charb, Cabu, Wolinski, et Tignous sont décédés dans l'attaque.

14h03: Témoignage d'un habitant


Un journaliste de 20 Minutes a recueilli les propos d'un témoin de la scène.

«Je rentrais chez moi après les courses. J’ai entendu dehors comme des coups de pétards, j’ai cru que cetait des enfants qui s'amusaient. J’ai regardé par la fenetre, j’ai entendu plein de coups de feu, j’ai vu ressortir deux hommes en noir, dont un très lourdement armé. Ils portaient des gilets pare-balles, très costauds. J’ai vu un homme blessé au bras sortir du journal, demandant aux passant d’appeler la police. La voiture était garée de l’autre côté de la rue.»
 

13h57: «Je suis effondré, anéanti», réagi l'avocat de Charlie Hebdo


Richard Malka, avocat du journal, a réagi à l'attaque, sur RTL.
 
«Je suis effondré, anéanti, j'ai des amis qui sont blessés ou qui ne sont plus. Vous imaginez dans quel état je peux être. Ca fait huit ans qu'on vit sous la menace, qu'il y a des protections mais il y a rien à faire contre des barbares qui viennent avec des kalachnikov. Il y a des menaces constantes depuis la publication des caricatures de Mahomet. C'est un journal qui ne fait que défendre que la liberté d'expression, la liberté tout court, notre liberté à tous et aujourd'hui, des journalistes, des dessinateurs, de simples dessinateurs ont payé le prix fort, pour ça. (..)
On imaginait le pire et le Ministère de l'Intérieur avait évalué les menaces à un tel niveau qu'ils étaient sous protection constante mais ça a pas suffi, protection constante depuis huit ans maintenant, simplement pour avoir fait des dessins. C'est une folie.»

13h51: Le véhicule noir abandonné rue de Meaux


Selon un autre journaliste de 20 Minutes présent rue de Meaux, «un cordon de sécurité a été établi. La voiture DS3 noire est en travers de la route. Des enquêteurs de la police judiciaire s'affairent autour. La substitut du procureur vient d'arriver sur place».
 

13h46: Sorties scolaires et activitées hors des établissements stoppées

 

Les sorties scolaires à Paris et les activités en dehors des établissements sont suspendues jusqu'à nouvel ordre, a indiqué mercredi le rectorat à l'AFP.
 

Cette mesure fait suite à la décision du Premier ministre de relever le plan Vigipirate au niveau «alerte attentat» en Ile-de-France après l'attentat perpétré à Paris dans les locaux de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, qui a fait au moins douze morts. Une cellule de crise a été activée au rectorat et il est interdit de stationner aux abords des établissements, précise un tweet du rectorat.


13h44: La Maison blanche condamne «dans les termes les plus forts


La Maison Blanche a condamné «dans les termes les plus forts» l'attaque contre les locaux du journal satirique français Charlie Hebdo qui a fait 12 morts mercredi.

« Toute la Maison Blanche est solidaire des familles de ceux qui ont été tués ou blessés dans cette attaque », a déclaré Josh Earnest, porte-parole du président américain Barack Obama, sur la chaîne MSNBC.


13h40: Charb et Cabu seraient morts, affirment plusieurs médias.


Rien n'est officiel, mais plusieurs médias (Le Point, Le Parisien, Le Fgaro, et Itele) confirment la mort de Charb et Cabu dans l'attaque.
Le parquet ne confirme pas à 20 Minutes la mort des deux desssinateurs, expliquant que les corps sont «en cours d'identification»
 

13h33: Hollande interviendra à 20 heures

 

Le président François Hollande «interviendra à 20 heures depuis l'Elysée» à la télévision après l'attaque contre l'hebdomadaire Charlie Hebdo, qui a fait douze morts selon un nouveau bilan, a-t-on appris auprès de la présidence.

Le chef de l'Etat s'était rendu très rapidement sur les lieux de l'attentat, dénonçant «un acte d'une exceptionnelle barbarie» et appelant à « l'unité nationale».


13h30: «Nous avons vengé le prophète!», auraient déclaré les agresseurs



Les agresseurs qui ont attaqué les locaux du journal Charlie Hebdo mercredi ont crié «nous avons vengé le prophète!», selon des témoins cités par une source policière.

Sur une vidéo de l'attaque, filmée par un homme réfugié sur un toit et mise en ligne par le site francetvinfo, on entend un homme crier «Allah akbar» entre plusieurs coups de feu.


13h24: «Protection renforcée» en région parisienne


Les organes de presse, les grands magasins, les lieux de culte et les transports sont placés en «protection renforcée» en région parisienne après l'attaque meurtrière mercredi contre Charlie Hebdo, dont «les» auteurs n'ont pas encore été interpellés, a indiqué Matignon.

«Toutes les forces disponibles sont mobilisées et des renforts civils et militaires seront déployés dans le cadre du plan Vigipirate », que Manuel Valls vient de relever au niveau le plus élevé d'« alerte attentat », indique Matignon dans un communiqué. « Tous les moyens sont mis en oeuvre pour identifier, traquer et interpeller les auteurs » de l'attaque, qui a fait onze morts et quatre blessés « en situation d'urgence absolue», précise-t-on de même source.


13h19: Dernier bilan: 12 morts

Le bilan passe à 12 morts, a annoncé le parquet de Paris. Douze personnes, dont deux policiers, ont été tuées mercredi dans l'attaque contre les locaux de Charlie Hebdo, selon un bilan non définitif annoncé à l'AFP par le parquet de Paris. Par ailleurs, au moins sept personnes ont été blessées, dont quatre très grièvement, a précisé le parquet.

13h16: Le point en vidéo



Attaque meurtrière à Charlie Hebdo par 20Minutes

13h12: Des témoins ont vu les agresseurs


Un témoin interrogé par notre correspondant sur place, raconte avoir vu deux hommes portant un gilet par balles, montés dans une voiture noire. Un autre témoin dit avoir vu des hommes lourdemment armés. «J'ai pensé que c'était des forces spéciales policières», explique-t-il.

 
Le même témoin dit qu’il a vu les hommes assez lourdement armés, il a pensé que c’était des forces spéciales policières.
Sources police deux, source


 

13h08: Le commando s’enfuit par la porte de Pantin

Dans leur fuite, le commando à l'origine de la fusillade dans les locaux de Charlie Hebdo, serait passés par la Porte de Pantin. A lire: le commando s'enfuit par la porte de Pantin


 

13h03: La classe politique dévastée


A lire: «L'horreur absolue», «Massacre»... La classe politique est dévastée
 

13h01: Charlie Hebdo, les précédents

Deux hommes cagoulés ont ouvert le feu à «Charlie Hebdo». A lire:  Le journal avait déjà été la cible d'attaques et de menaces dans le passé...


13h00: Vidéo de l'attaque, publiée par Francetvinfo




12h56: «Un attentat terroriste», estime Hollande


«Un acte d'une exceptionnelle barbarie vient d'être commis contre un journal, c'est-à-dire lexpression de la liberté [...] Il y avait aussi des policiers pour les protéger. Ceux-la ont été lachement assassinés. Au moment ou je m’exprime, 11 personnes sont morte, 4 en situation d'urgence absolue»
«40 personnes sont maintenant protégées et sauves.Nous aurons ds quelques heures le bilan exacte.
 «Il y a des actions qui sont immediatement lancées pour retrouver les auteurs de ces actes, il seront pourchassés pour etre tradutis devant les juges et condamnés
La France est devant un choc. C'est un attentat terroriste, ça ne fait pas de doute.

12h45: Bernard Cazeneuve et Anne Hidalgo arrivés sur les lieux



12h44: Réunion de crise à l'Elysée


François Hollande a quitté mercredi vers 12h20 l'Elysée pour se rendre sur les lieux de la fusillade contre Charlie Hebdo, avant d'y revenir pour tenir une réunion de crise avec le Premier ministre et plusieurs membres du gouvernement à 14H00, a-t-on appris auprès de la présidence.

Outre Manuel Valls, Bernard Cazeneuve (Intérieur), Jean-Yves Le Drian (Défense), Christiane Taubira (Justice), Laurent Fabius (Affaires étrangères) et Fleur Pellerin (Culture et Communication), participeront à cette réunion.

Le chef de l'Etat a quitté précipitamment le palais présidentiel, dévalant le perron suivi de son conseiller communication Gaspard Gantzer avant de s'engouffrer dans son véhicule escorté par ses services de sécurité.


12h40: Le plan Vigipirate relevé au niveau «alerte attentats»,

Le plan Vigipirate relevé au niveau "alerte attentats", le niveau le plus élevé, dans toute l'Ile de France" le niveau le plus élevé, dans toute l'Ile de France

12h40: 11 morts et 10 blessés, selon une source policière



12h35: Un acte sans précédent contre un organe de presse en France, affirme l'AFP




12h32: 11 morts, dont deux policiers

Le bilan s'alourdit. L'attaque aurait fait onze morts dont deux policiers selon un proche de l'enquête à l'AFP.


12h27: Hollande se rend sur place


Hollande se rend sur place, réunion ministérielle à 14H00 à l'Elysée. Par ailleurs, notre correspondat nous annonce que Anne Hidalgo, la maire de Paris, et Jean-Paul Huchon, président du conseil régional sont également sur les lieux.



12h23: Le procureur de Paris arrivé sur place, Valls attendu


12h21: La zone a été bloquée

?lang=fr


12h20: Voici le dernier tweet du compte Charlie Hebdo, 15 minutes avant l'attaque


12h19: Des journalistes réfugiés sur le toit




12h17: Les agresseurs armés d'une kalachnikov et d'un lance-roquette


"Vers 11h30, deux hommes armés d'une kalachnikov et d'un lance-roquette, ont fait irruption au siège de Charlie Hebdo dans le XIe arrondissement de Paris. Un échange de feu a eu lieu avec les forces de l'ordre", a expliqué cette source. En quittant les lieux, les deux agresseurs ont blessé par balle un policier. Ils ont ensuite braqué un automobiliste porte de Pantin et percuté un piéton.


12h14: Photographie d'une voiture de police sur place


12h09: Six victimes selon notre correspondant sur place

«L'attentat aurait fait six victimes, entendu sur les ondes des policiers», selon notre journaliste sur place. «Un policier à l'angle du boulevard Richard Lenoir s’est fait tirer dessus, on voit nettement les impacts de balle sur la voiture. Enormément de voitures de police présentes, le périmètre a été bouclé.»
 

12h05: Témoignage d'un journaliste en face des locaux sur Itele


«Il y a une grosse demi heure, des hommes cagoulés en noir sont entrés dans le batiment. On a appelé la police. Au bout de quelques minutes,on a entendu des tirs de kalachnikov dans le batiment, très nombreux, très nombreux. On a vu des personnes cagoulées et armées dans la rue, qui sont sorties. Des policiers sont arrivés en vélo et sont repartis car les hommes étaient très armés.»

12h03: Dix morts et cinq blessés selon Itele

Deux hommes cagoulés en noir sont rentrés dans les locaux du journal, des tirs nourris ont été entendus. Le dessinateur Luz évoque «des victimes» à l'AFP. D'après Itele, l'attentat aurait fait dix morts et cinq blessés.


11h56Tirs à l'arme automatique au siège du journal

Le siège du journal Charlie Hebdo a été visé ce mercredi par des tirs d'armes automatiques, a appris 20 Minutes auprès d'un salarié du média. Selon les premiers éléments, des hommes cagoulés et vêtus de noir auraient pénétré dans le siège du journal avant de faire feu à la kalachnikov.


Mots-clés :