Déclaration de patrimoine: Yamina Benguigui sera jugée en correctionnelle

JUSTICE L'ancienne ministre de la Francophonie est soupçonnée d'avoir fait des déclarations de patrimoine et d'intérêts incomplètes entre 2012 et 2014...

M.P. avec AFP

— 

Yamina Benguigui à Nice le 7 septembre 2013.

Yamina Benguigui à Nice le 7 septembre 2013. — VALERY HACHE / AFP

Yamina Benguigui va être citée à comparaître en correctionnelle à Paris, soupçonnée d'avoir fait des déclarations de patrimoine et d'intérêts incomplètes entre 2012 et 2014, quand elle était ministre de la Francophonie, a appris lundi l'AFP de source judiciaire.

Alerté par la Haute Autorité pour la transparence de la vie politique qui avait émis des «doutes sérieux quant à l’exhaustivité, l’exactitude et la sincérité», le parquet de Paris avait ouvert une enquête préliminaire début avril. Deux jours plus tôt, Yamina Benguigui avait été écartée du gouvernement de Manuel Valls qui succédait à Jean-Marc Ayrault.

Elle récuse toute fraude

Selon la loi sur la transparence de la vie politique, des manquements dans des déclarations de patrimoine sont susceptibles d'être punis d'une peine pouvant aller jusqu'à trois ans de prison, 45.000 euros d'amende et dix ans d'inéligibilité. Sont en cause pour Yamina Benguigui trois déclarations de patrimoine et deux déclarations d'intérêts, entre juillet 2012 à son entrée au gouvernement, et mars 2014, a précisé la source.

L'ex-ministre de la Francophonie est soupçonnée d'avoir retranché quelque 430.000 euros de sa déclaration de patrimoine. «Il n'y a ni fraude, de quelque nature que ce soit, ni enrichissement personnel: le patrimoine de Madame Benguigui est parfaitement connu et régulièrement déclaré auprès de l'administration fiscale», avait déclaré son avocate Me Martine Malinbaum lorsque l'affaire est sortie.

Mots-clés :