Les 5 faits marquants de la nouvelle immigration en France

IMMIGRATION Une enquête de l’Insee publiée ce vendredi analyse l’évolution du profil des nouveaux immigrés qui arrivent chaque année en France…

Anissa Boumediene

— 

Illustration d'un jeune garçon avec le visage peint aux couleurs de la France.

Illustration d'un jeune garçon avec le visage peint aux couleurs de la France. — A.Medichini/AP/SIPA

Près d’une personne sur onze résidant en France est immigrée. C’est le résultat d’un rapport de l’Insee publié ce vendredi sur Les immigrés récemment arrivés en France. Une étude qui s’est penchée sur l’origine, l’âge ou encore le niveau d’instruction des nouveaux arrivants dans l’Hexagone. 20 Minutes vous dresse un portrait en 5 points de la nouvelle immigration.

5,8 millions d’immigrés

Début 2013, la France comptait sur son territoire 5,8 millions d’immigrés, nés à l’étranger, de nationalité étrangère et résidant en France. Chaque année, ils sont en moyenne 200.000 à s’installer dans l’Hexagone et, en retirant les décès et les départs (fin d’études ou de séjours professionnels), la population immigrée croît d’environ 90.0000 personnes par an, et représente 8,8% de la population française.

Les Européens plus représentés

Stables de 2004 à 2009, les entrées en France ont augmenté entre 2009 et 2012, essentiellement en raison de l’afflux d’Européens, qui représentaient en 2012 environ la moitié des nouveaux arrivés sur le territoire –des chiffres en hausse de 12% chaque annéeD’après le document, l’immigration européenne est majoritairement portugaise, britannique, espagnole, italienne ou allemande, et trois immigrés sur dix sont nés dans un pays africain. Moins nombreuses, les arrivées de natifs d’Amérique ou d’Océanie sont en progression.

Davantage de femmes

Les immigrés étaient majoritairement masculins jusqu’au milieu des années 1970, quand les flux d’immigration permettaient de combler les besoins en main-d’œuvre. Avec le frein mis à l'immigration de cette force de travail non qualifiée, les migrations familiales, principalement composées de femmes venant rejoindre leur conjoint, ont progressé. Au-delà de ces regroupements, davantage de femmes viennent en France poursuivre leurs études ou chercher un emploi qui corresponde à leur bagage universitaire. Désormais, elles sont même majoritaires dans la population immigrée.

Les Européens plus nombreux à trouver rapidement un emploi

Parmi les immigrés européens entrés en France en 2012, 55% déclarent occuper un emploi dans l'année de leur arrivée. Ils sont deux fois et demie plus nombreux que les Africains (21%). Dans le même temps, les femmes rencontrent plus de difficultés à trouver un emploi dans les douze mois suivant leur arrivée, elles ne sont que 29%, contre 52% d'hommes.

Les nouveaux immigrés de plus en plus diplômés

D'après l'étude, près des deux tiers des nouveaux arrivants (63%) entrés en France en 2012 sont au moins titulaires du baccalauréat ou d'un diplôme équivalent. Des chiffres en augmentation ces dernières années, notamment en raison de l'immigration asiatique, alors que 9 Chinois sur 10 entrés en France cette année-là ont déjà ce diplôme en poche. Et la progression du nombre d'immigrés diplômés de l'enseignement supérieur s'explique à 42% par l'arrivée d'Africains, d'Américains et d'Océaniens (12%). Les Européens, eux, portent le bonnet d'âne en faisant chuter de 9% le nombre d'immigrés les plus diplômés.

Mots-clés :