Clermont-Ferrand: Un trafic d'armes et de cocaïne a été démantelé

FAITS DIVERS Onze personnes ont été interpellées...

20 Minutes avec AFP

— 

des paquets de cocaïne

des paquets de cocaïne — Durand Florence

Onze personnes ont été interpellées vendredi matin dans le cadre du démantèlement d'un important trafic d'armes et de cocaïne à Clermont-Ferrand, a-t-on appris mardi auprès de la police et du parquet, lors d'une conférence de presse. Sur les neuf personnes placées en garde à vue habitant toutes Clermont-Ferrand, cinq ont été remises en liberté. Les quatre autres, âgées de 30 à 54 ans, ont été déférées lundi devant le juge d'instruction.

Elles devraient être mises en examen pour «trafic de produits stupéfiants, blanchiment d'argent et association de malfaiteurs», a indiqué le procureur de la République de Clermont-Ferrand, Pierre Sennès. Au cours de l'opération de police de vendredi, menée à l'aube par la sûreté départementale du Puy-de-Dôme, en liaison avec le service régional de la police judiciaire(SRPJ) de Montpellier, deux autres individus, originaires de la cité héraultaise ont également été interpellés.

15.000 euros en numéraire ont également été saisis

Les membres de cette «organisation mafieuse» «livraient des armes de guerre», provenant des pays de l'Est, «en échange d'importantes quantités de cocaïne» partant de Montpellier, a précisé le directeur de la sécurité publique dans le Puy-de-Dôme, Marc Fernandez.

Les perquisitions ont permis la saisie d'un kilo de cocaïne «d'une grande pureté», de 300 grammes de cannabis, de faux papiers et de nombreuses armes, dont une kalachnikov, un pistolet-mitrailleur, 2 carabines 22LR, un fusil calibre 12, une arme de sniper, des armes de poing et plus d'un millier de cartouches de guerre.

Ont également été saisis 15.000 euros en numéraire «chez un individu qui n'a pas de revenu officiel, quatre véhicules de grosse cylindrée, un scooter, une «Harley-Davidson» et deux maisons individuelles. «Beaucoup d'autres investigations restent à mener, notamment sur le volet patrimonial. Il nous faut rechercher si d'autres biens des mis en cause peuvent être saisis dans le cadre de la confiscation des avoirs criminels», a ajouté le procureur de la République.