La crise a mis plus de temps mais elle a fini par toucher le monde associatif. C’est ce que révèle un rapport parlementaire rendu public ce jeudi. Le monde associatif fait face désormais à de «graves problèmes financiers», «qui s'expliquent en grande partie par la raréfaction des ressources publiques et la difficulté des ressources privées à prendre le relais», écrivent les députés Alain Bocquet (PC) et Françoise Dumas (PS), respectivement président et rapporteure de ce rapport.

Coupes budgétaires au niveau de l'Etat, des collectivités locales et entreprises toujours fragilisées par la crise: les temps sont durs pour les associations. Tous les secteurs, de l’insertion au sport en passant par le handicap, sont touchés par la baisse des subventions publiques, crise budgétaire oblige. Le rapport parlementaire relève qu'en 2011, les ressources des associations provenaient à hauteur de 49,4% du public et de 50,6% du privé.

200.000 emplois supprimés?

Et cette crise vient toucher un secteur qui était dynamique, dont le nombre d’emploi a cru de 25% entre 2000 et 2010, jusqu’à représenter aujourd’hui un actif sur 10.

D’après Europe 1, quelque 200.000 emplois pourraient être supprimés dans les trois ans à venir, selon les estimations du collectif des associations citoyennes (CAC). «Ce sont majoritairement les petites et moyennes associations qui vont être les principales victimes de ces restrictions budgétaires parce qu’elles ont des petits budgets de 50.000 ou 60.000 euros et -10%, c’est important», explique à la radio Thomas Lecolley, le président du CAC.

Mots-clés :