Clowns agressifs: «Si je croise un clown, je fais le 17», recommande la police

FAITS DIVERS La police tente de parer au phénomène des clowns agressifs qui semble se propager dans l'Hérault...

A.Le G. avec AFP

— 

Nombreux pieds de clowns

Nombreux pieds de clowns — Paul M. Walsh/AP/SIPA

Ce qui n'était, semble-t-il, qu'une rumeur pourrait avoir essaimé notamment dans l'Hérault.

>> A lire par ici VIDEO. Cinq raisons d'avoir (vraiment) peur des clowns

Le département a été le théâtre de plusieurs interpellations ce week-end. Quatorze adolescents habillés en clown et porteurs de pistolets, de couteaux et de battes de base-ball sur le parking d'un lycée d'Agde (Hérault) ont ainsi été placés en garde à vue samedi soir.

A Montpellier (Hérault), un piéton de 35 ans a reçu 30 coups de barre de fer, dans la nuit de samedi à dimanche, par un homme grimé en clown et deux complices qui voulaient le dépouiller, a-t-on aussi appris de source policière.

Un jeune homme avoue avoir succombé à la mode des «clowns qui attaquent»

Enfin, vendredi soir, un jeune homme grimé en «clown agressif», a endommagé la voiture d'un automobiliste à Marseillan (Hérault), avant d'etre interpellé. Lors de son audition, il a confié avoir succombé à la mode des «clowns qui attaquent» lancée depuis les Etats-Unis.

>> A lire par là Le clown est «un personnage de fiction complexe et inquiétant»

Afin d'éviter que ne se propage la psychose des clowns agressifs et de ceux qui les pourchassent, la police a recommandé vendredi «Si je croise un clown, je fais le 17».

Clowns maléfiques - FACEBOOK/ 20 MINUTES

 

Elle dénonce le «phénomène des clowns maléfiques» et précise que, «depuis la mi-octobre, une rumeur inspirée de vidéos sur internet (...) inquiète la population sur la présence de clowns menaçants et agressifs en France».

Cela «ne repose sur aucun fait établi d'agression physique», affirme la direction générale de la police nationale (DGPN) et «seules quelques apparitions de personnes déguisées en clowns» et «s'amusant à effrayer les passants» ont «été recensées».

Mots-clés :