Certains utilisateurs ne supportent pas la cigarette électronique.
Certains utilisateurs ne supportent pas la cigarette électronique. - Torin Halsey/AP/SIPA

La cigarette électronique a été présentée comme une alternative pour arrêter de fumer. Aujourd’hui, elle compte deux millions d’utilisateurs, dont beaucoup sont satisfaits des résultats obtenus. Cependant plusieurs d’entre eux ont rencontré des soucis et ont, par conséquent, abandonné la cigarette électronique. Pour 20 Minutes, les internautes reviennent sur leurs expériences ratées.

«On n'a pas la même sensation»

Karim fume depuis ses 18 ans. Conscient de son addiction, il espérait tout stopper en passant à la cigarette électronique. Mais, après plusieurs semaines d’utilisation, il s’est rendu compte que celle-ci avait aggravé son cas: «J’ai cru que j’allais arrêter, malheureusement c’est le contraire. J’ai multiplié par dix mon envie de fumer, je vapotais tout le temps.»

Pour Danny, l’augmentation de la consommation est due au manque d’une «bonne clope». Bien qu’il soit retourné à la traditionnelle cigarette, il regrette de ne pas avoir stoppé cette envie de fumer: «On n’a pas la même sensation, du coup on est condamné à rester fidèle à cette drogue dure. La volonté ne suffit pas toujours.»

«Je ressentais des brûlures d’estomac»

Les vapoteurs ont aussi rencontré des problèmes d'utilisation. Même si les cas restent très rares, ceux qui en sont victimes restent marqués: «Depuis que je fumais des cigarettes électroniques, j'avais des brûlures d'estomac d'origines inconnues. Après avoir arrêté l’e-cigarette, la douleur avait disparu. Cela s'est produit à deux reprises.»

Même cas de figure pour Virginie, qui ne s’est jamais adaptée aux vapeurs de la cigarette électronique: «Au départ j’ai été prise de toux atroces, puis ça a été des maux de tête incessants. J’ai tout essayé pour y remédier, mais la seule solution aura été de repasser aux cigarettes classiques.»

>> Les accidents de cigarettes électroniques se multiplient

«L’État s’inquiète-t-il des produits qu’on vapote?»

Marie-Laure a elle aussi longtemps consommé l’e-cigarette avant d’en découvrir les points noirs: «Comme d’habitude, j’ai acheté une fiole corsée, avec un dosage moindre pour la nicotine. Dès les premières bouffées de vapeurs, ça m’arrachait le fond de la gorge, de la langue et surtout des poumons.»

Ne comprenant pas d’où venaient ces douleurs, elle est retournée à la boutique qui lui avait vendu ces fioles. Le commerçant lui a raconté qu’il avait eu des problèmes avec certains produits. Marie-Laure accuse le gouvernement de passivité: «Je me demande s’il y a un réel contrôle sur les produits utilisés. Les boutiques de cigarettes électroniques ont envahi nos rues, mais est-ce que l’État s’inquiète des produits qu’on vapote?»

Heureusement, certaines mésaventures se terminent bien: «Plutôt que de me faire du mal et de remplacer une addiction par une autre, j’ai décidé d’arrêter la cigarette électronique et classique!», conclut cet internaute. 

Mots-clés :