Les fêtes de Bayonne.
Les fêtes de Bayonne. - BOB EDME/AP/SIPA

Béziers s’apprête à lancer sa feria mercredi. Cinq jours de festivités qui, à Bayonne, ont été entachés cette année par deux plaintes pour viols et 53 interpellations. Pour sécuriser cet événement annuel, la nouvelle mairie de la cité heraultaise soutenue par l’extrême droite et dirigée par Robert Ménard, s’est préparée. Dominique Garcia, adjoint au maire en charge de la Sécurité de la ville et des grands événements, fait le point pour 20 Minutes, à deux jours du lancement des fêtes.

Avez-vous prévu un dispositif de sécurité particulier pour les cinq jours de feria?

Nous avons misé sur la prévention des risques de l’alcool. Dans les casetas, des installations publiques provisoires, nous avons donné des recommandations sanitaires, et mis des alcootests à disposition sur les axes principaux. Des médiateurs seront aussi présents sur le parking, desservi par des navettes gratuites pour rejoindre le centre-ville. Ils disposeront d’alcootests et seront chargés de dissuader les personnes alcoolisées de prendre le volant. En cas de besoin, ils pourront demander l’intervention des forces de police.

Nous avons imposé plusieurs règles relatives à la vente d’alcools. Dans le périmètre de la feria, les commerçants ne vendent que des alcools de catégorie 1 et 2. Nous avons aussi invité les stations-service à ne pas vendre d’alcool après 19 heures. Il est ainsi strictement interdit de faire entrer de l’alcool de l’extérieur dans le périmètre restreint, et les policiers sont autorisés à fouiller les participants pour confisquer les produits interdits.

Durant les cinq jours de fête, deux compagnies de CRS ont été appelées en renfort. En plus de la police municipale comptant 40 hommes, 250 policiers et gendarmes seront présents sur le site et aux alentours. Nous avons aussi ajouté trois caméras de vidéosurveillance supplémentaire à notre centre de protection qui en compte déjà 37. Le PC sécurité de la ville sera aussi doublé par un centre provisoire installé au Palais des Congrès et permettant de visionner quatre caméras en même temps.

Avant Béziers, la feria de Bayonne a été entachée par 272 dépôts de plainte, dont deux pour viols, et 34 gardes à vue. Ce bilan vous inquiète-t-il?

Nous savons que des bandes viennent à la feria pour d’autres raisons que faire la fête. Nous avons déjà eu des vols dans les véhicules où à l’arraché dans les rues. Mais notre service de vidéo joue son rôle, la ville est bien quadrillée, et notre dispositif de sécurité bien rodé. Excepté en 2012, nous n’avons pas eu à déplorer de faits particulièrement graves.

A Bayonne, la configuration des lieux est particulière et la mentalité des participants peut-être différente de ceux de Béziers. Notre feria n’est pas dans une tradition de violence. Et quand il y a des infractions, nous savons où elles ont lieu. Alors nous avons fait appel à des médiateurs qui connaissent la ville et repèrent les individus qui ne sont pas intéressés par la féria. Toutes les chances sont de notre côté pour que la féria soit une fête réussie.

Cette feria sera la première sous le mandat de Robert Ménard. Le maire a-t-il prévu des changements dans les festivités?

Le maire a voulu mettre sa patte pour cette féria 2014, et l’ambiance a été quelque peu modifiée. Robert Ménard veut que ce soit une fête traditionnelle et familiale, et non une grande beuverie. Les arènes seront donc ouvertes par une messe et la feria sera officiellement lancée après un défilé bon enfant. Cette année, nous avons imposé des horaires pour la diffusion de musique, avec des créneaux pour les différents styles musicaux. Cela doit éviter la cacophonie sonore présente jusqu’à aujourd’hui.

La feria doit être un rassemblement de personnes qui aiment la tradition taurine et religieuse. Cette année, nous attendons des Barcelonais qui viendront dans nos arènes, maintenant qu’il n’y a plus de corrida chez eux. Les premiers retours sur cette édition 2014 sont bons. Les gens ont hâte que la feria commence.

Mots-clés :