«Surpris» et «attristé». Président de la société Arcadia, Frédéric Langlois a appris, mercredi par 20 Minutes, qu’il était visé par une plainte de douze de ses salariés pour «harcèlement moral» et «abus de faiblesse». Ces derniers assurent avoir été contraints par leur président de suivre des formations dispensées, selon eux, par des scientologues.

>> Les faits: L’Eglise de scientologie visée par une enquête préliminaire

Alors que le parquet de Versailles (Yvelines) a ouvert, début juin, une enquête préliminaire sur ces faits, Frédéric Langlois a accepté, ce jeudi après-midi, de répondre aux questions de 20 Minutes.

Saviez-vous que douze de vos salariés avaient déposé plainte contre vous et l’Eglise de scientologie pour «harcèlement moral»?
A ce jour, je n’ai pas eu connaissance de plainte à mon encontre. Je l’ai appris par votre article. Je ne sais pas de quoi il s’agit exactement.

Plusieurs de vos salariés assurent dans une plainte que des méthodes de management liées à l’Eglise de scientologie ont été utilisées dans votre entreprise. Êtes-vous membre de l’Eglise de scientologie?
Je suis scientologue. Je ne le cache pas. Les gens qui me connaissent le savent. Mais il n’a jamais été question de faire de la scientologie dans l’entreprise. Ce n’est pas parce qu’on utilise certains procédés administratifs de fonctionnement d’entreprise que l’entreprise est scientologue.

>> Témoignage: Le délicat retour à la vie des sortants de sectes

Il y a beaucoup d’entreprises dans le monde qui utilisent les procédés administratifs de Ron Hubbard [fondateur de l’Eglise de scientologie]. Cela n’en fait pas pour autant des entreprises scientologues.

Vous reconnaissez donc avoir utilisé les procédés administratifs de Ron Hubbard dans votre entreprise?
Certains d’entre eux, oui. Ça, c’est de l’organisation d’entreprise. Ce sont des méthodes de management que l’on apprend dans les écoles…

Dans leur plainte, les salariés assurent avoir été contraints de suivre des Training Routines, fréquemment utilisés par l’Eglise de scientologie. Il s’agissait, par exemple, de lire des passages d’Alice au pays des merveilles ou encore de se faire insulter par des collègues. Est-ce vrai?
C’est exactement pour ça que je ne veux pas rentrer dans le détail. Je ne sais pas de quoi on parle. Je ne veux donc pas répondre à cette question tant que je ne connais pas les tenants et aboutissants de la plainte.

Connaissez-vous la méthode des Training Routines?
Oui, je la connais. Je les ai appliqués à moi-même dans ma vie en tant que personne. Je trouve ça très rigolo. Mais il n’a jamais été question de mettre ça en place ici.

Vidéo de démonstration des Training Routine (en anglais)

D’après les salariés, plusieurs scientologues seraient également intervenus en tant que consultants dans l’entreprise. Est-ce exact?
Oui, ce sont des scientologues. Je les ai connus à l’Eglise. Cela ne me gêne pas d’en parler. Je connais beaucoup de personnes. Certains sont scientologues. D’autres, non. Ils sont rentrés. Ils sont repartis.

>> A lire: Notre reportage au Celebrity Center

Il y a 80 personnes dans l’entreprise. Ça va, ça vient… Si je devais utiliser tous les gens de l’Eglise, il y aurait des millions de personnes ici. Ce n’est pas le sujet.

Une vingtaine de salariés ont quitté votre entreprise en un peu plus d’un an. Vous vous êtes dit qu’il y avait un problème?
Oui, on ne peut pas dire qu’il n’y a pas de problème. C’est une grande question pour moi. C’est trop compliqué, trop tôt pour déterminer un facteur. Il faut que je prenne du recul.

Comment se porte votre entreprise aujourd’hui?
Je vous répondrais juste que plusieurs salariés avaient prédit que nous ne tiendrions pas jusqu’au mois de juin. Il y a donc bien une intention derrière ça.

Vous pensez que la plainte vise à détruire votre société?
C’est un petit peu ce que je vis aujourd’hui. Dans quel but? Je ne sais pas.

Dans quel état d’esprit êtes-vous aujourd’hui?
Je suis surpris et attristé. Je suis très triste car ce sont des gens que j’ai formés moi-même… J’attends de voir exactement en quoi consiste leur plainte.