Marseille, le 1er août 2010. Deux viols ont été commis sur la plage des Catalans en juillet 2010.
Marseille, le 1er août 2010. Deux viols ont été commis sur la plage des Catalans en juillet 2010. - VINCENT BEAUME / AFP

Dans la nuit de mardi à mercredi, deux vacancières de 18 et 19 ans ont été violées sur une plage d’Argelès-sur-mer (Pyrénées-Orientales) alors qu’elles venaient de passer leur soirée dans une discothèque.

>> Les faits: Deux vacancières violées à Argelès

La période estivale -et plus particulièrement le mois de juillet- est la période la plus délicate en matière de violences sexuelles. 20 Minutes a passé au crible les statistiques 2013 de l’Office national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) grâce à son outil baptisé «Cartocrimes». Les forces de l’ordre (police et gendarmerie) ont enregistré 519 faits de viols en juillet 2013 en France. C’est 18% de plus que les autres mois de l’année (440 faits par mois en moyenne).

Si l’on prend en compte l’ensemble des violences sexuelles (agressions et violences sur mineurs comprises) le mois de juillet est le mois au cours duquel les agressions sexuelles sont les plus nombreuses. Avec 2.635 faits constatés en 2013, le mois de juillet se situe en effet bien au-dessus (+9%) des autres mois de l’année (2.417 faits par mois en moyenne).

Les vacanciers lèvent la garde

Ce n’est pas vraiment que les agresseurs sont plus nombreux durant l’été. «En fait, les vacanciers considèrent toujours que c’est le moment où rien ne peut arriver et lèvent peut-être un peu la garde…»

Ecrivain et libraire spécialisé dans l’analyse des criminels, Stéphane Bourgoin liste les motifs d'inattention durant les vacances. «On consomme plus d’alcool, on sort plus tard et avec la chaleur, on est vêtu de façon plus légère», avance-t-il.

>> Interview: «L’été, faites attention aux prédateurs!» 

Un phénomène mondial

C’est peut-être ce qu'il s’est passé pour les deux jeunes femmes victimes de viol à Argelès-sur-mer. Selon les premiers éléments de l’enquête, elles auraient accepté d'aller se promener seule sur la plage avec un un groupe de jeunes hommes rencontrés par hasard durant l’après-midi.

>> A relire: Notre série sur les crimes de l’été

«L’été, la majorité des agressions sexuelles se produisent dans la nuit», poursuit Stéphane Bourgoin. Une situation qui n’est pas limitée à la France. Après une série d’agressions violentes, l’Inde a, elle aussi, tenté de prendre des mesures pour limiter les agressions. Sur les plages très courues de Goa, Sudhin Dhavalikar, le ministre des Travaux de la Ville, a carrément proposé d’interdire le bikini, coupable, à ses yeux, «d’attirer les prédateurs» sexuels. «Un peu scandaleux, juge Stéphane Bourgoin. Il serait tout de même préférable de renforcer la surveillance des agresseurs potentiels…»

Mots-clés :