Un chat à l'hôtel Aristide, dans le 9e arrondissement de Paris.
Un chat à l'hôtel Aristide, dans le 9e arrondissement de Paris. - Christophe Beauregard

Valise remplie, épilation du maillot nickel, passeport dans la poche… Mais il reste un problème épineux, ou plutôt poilu: que vont faire Minette et Médor pendant qu’on se dore la pilule à la plage? La garde des animaux pendant les vacances devient un business qui rend service aux maîtres: des pet-sitters en ligne à l’hôtel, de nouvelles solutions permettent aux propriétaires inquiets de partir en vacances l’esprit tranquille.

Pour une Minette hispter: L’hôtel Aristide

Les chats parisiens branchés partiront cette année en séjour à l’hôtel Aristide. En plein 9e arrondissement, le premier hôtel pour chats a ouvert ses portes fin mars. Avec 25 chambres qui peuvent accueillir jusqu’à 35 félins, la pension coûte entre 20 et 30 euros la nuit (croquettes et litière comprises) selon que l’on choisit une chambre individuelle ou partagée pour son matou.

Avec des chambres conçues pour que les félins puissent grimper, sauter ou simplement dormir tranquille, l’hôtel Aristide assure le confort et la socialisation de l’animal dans les parties communes et la grande salle de jeux. «Nous avons conçu l’hôtel avec des architectes et designers qui ont travaillé sur la "catification" de l’espace, explique Gauthier Berdeaux, créateur de l’hôtel Aristide. C’est un peu comme la colo: les chats se font des potes et les maîtres découvrent qu’ils sont sociables.» Attention, l’hôtel est déjà quasi-complet pour le mois d’août.

L’équivalent existe pour les chiens à Vincennes: l’hôtel Actuel Dogs accueille les toutous esseulés pendant l’été.

Pour un Toutou geek: Dogvacances.fr

Mis en ligne au printemps, le site dogvacances.fr veut transposer le succès des sites collaboratifs aux animaux. Avec quelque 400 petsitters inscrits, les maîtres souhaitant faire garder leur animal peuvent trouver une nounou proche de chez eux. «Le petsitter indique quel type d’animal il peut garder, ses compétences en matière de soins, son expérience. Ils sont aussi évalués par les autres usagers», explique Julien Delon, fondateur de Dogvacances.fr. Notation, paiement sécurisé, assurance en cas de problème…

Jocelyne, une habitante de Clichy, a apprécié la formule lorsqu’elle a laissé Nemrod, son «bébé» épagneul breton: «J’ai rencontré la famille de petsitters avant de leur laisser mon chien, a apprécié Jocelyne. Ils ont été adorables, car ils m’ont envoyé des photos de mon chien pendant mon absence.» Pour environ 12 euros la journée de garde, les petsitters n’y trouvent pas réellement de quoi arrondir les fins de mois mais plutôt le plaisir d’accueillir un animal. Sophie, 27 ans et assistante au Sénat, est petsitter pour chats à Paris et apprécie d’avoir «un petit animal pour le week-end»: «La première fois, je n’avais qu’une crainte: que le chat passe par la fenêtre!»

Le site Animaute propose également de mettre en contact petsitters et propriétaires d’animaux via une plateforme collaborative.

Pour les animaux aventuriers

Les solutions de garde traditionnelles, pensions et refuges, ne sont pas à exclure mais «il faut aller les visiter au préalable», recommande Natacha Harry, présidente de la SPA. Voir les conditions d’hébergement, l’état sanitaire de l’endroit et vérifier que le courant passe avec le chien nécessite une organisation bien en amont des vacances. «On organise ses vacances en fonction de tous les membres de la famille et donc aussi de son animal», rappelle Natacha Harry.

Et si finalement on mettait Grigri et Médor dans la valise? «Les chats sont des animaux territoriaux donc on peut les laisser à la maison avec des visites quotidiennes, recommande la présidente de la SPA. Mais il est préférable d’emmener les chiens avec soi, d’autant plus que beaucoup d’endroits les acceptent.» Un bon bain de mer, voilà qui fera plaisir à Titus.

Mots-clés :