Les pratiques sexuelles des Français. C’est le nom de l’étude réalisée par l’Ifop pour le journal Marianne (1). 20 Minutes a sélectionné les principaux enseignements.

Les Français et le couple

75%  des Français sont en couple, et parmi eux, 66% partagent le même toit que leur partenaire. Les catégories sociales supérieures sont davantage en couple: 81% des artisans et des commerçants et 80% des cadres et des professions libérales partagent leur vie avec quelqu’un, contre 74% des ouvriers et 73% des employés. Si les retraités sont 78% à être en couple, les inactifs sont «seulement» 65%.

La Haute-Normandie et le Limousin sont les deux régions qui concentrent le plus de couples, respectivement 81% et 80%, alors qu’à l’opposé, la Champagne et l’Aquitaine n’en comptent que 67% et 69%. A noter que plus les communes sont petites, plus la proportion de couples s’accroît: elle passe de 72% pour les agglomérations de plus de 100.000 habitants à 82% dans les villages ruraux. Dans l’agglomération parisienne, le taux est de 69%.  

Enfin, 8% des Français déclarent n’avoir jamais été en couple.

Les Français et leurs partenaires sexuels

Combien de partenaires sexuels avez-vous eus dans votre vie? A cette question, les Français répondent majoritairement (21%) deux ou trois, ou plus de dix. 20% ont eu entre six et dix partenaires, 18%, un seul, 17%, quatre à cinq. A noter que 3% n’en ont eu aucun. En moyenne, les Français ont au final eu des rapports sexuels avec 9,9 partenaires (13,1 pour les hommes, 6,9 pour les femmes).

Cette fois-ci, c’est en PACA et en Languedoc-Roussillon que l’on diversifie le plus ses partenaires, avec respectivement 13,5 et 13 amants et c’est dans le Nord-Pas-de-Calais et le Limousin que l’on est le plus sage (5,9 et 6,4 partenaires).

Les Français et les rapports sexuels

Combien de rapports avez-vous eu ce dernier mois? 26% répondent moins d’un par semaine, 24%, aucun, 23% de un à deux par semaine, 18% de deux à trois et 9% plus de trois. En moyenne, les Français font l’amour 1,3 fois par semaine. Il y a peu de différence entre les régions, même si les rapports sont un peu plus fréquents en Ile-de-France et dans les Pays-de-la-Loire (1,4 fois par semaine) qu’en Alsace ou en Rhône-Alpes (1,2).

Les électeurs de Marine Le Pen affirment avoir des rapports plus fréquents (1,4) que ceux de Nicolas Sarkozy ou de François Bayrou (1,2), les électeurs d’extrême gauche et du PS sont entre les deux (1,2).

Les Français et l’orientation sexuelle

91% des interrogés se définissent comme hétérosexuels (88% des hommes, 93% des femmes), 3% comme homosexuels (5% des hommes, 1% des femmes), et 3% comme bisexuels (4% des hommes, 2% des femmes). Les autres ne souhaitent pas répondre ou ne se définissent pas.

Les Français et la satisfaction sexuelle

74% des Français se disent satisfaits de leur vie sexuelle, mais ils sont seulement 30% à en être «très satisfaits». Cette fois-ci, ce sont les électeurs de Nicolas Sarkozy qui se disent le plus comblés par leurs parties de jambes en l’air (77% de satisfaits), alors que les soutiens de Jean-Luc Mélenchon sont les moins heureux (31% d’insatisfaits).

Les Français et les positions sexuelles

87% des Français déclarent avoir léché ou sucé le sexe de leur partenaire. Les 18-24 ans sont moins nombreux à pratiquer fellations et cunnilingus (76%) que les 50-64 ans (91%). C’est en Midi-Pyrénées et en Languedoc-Roussillon que l’on s’adonne le plus à ces pratiques (91%). A l’inverse, c’est en Picardie et dans le Nord-Pas-de-Calais qu’on le fait le moins (81% et 85%).

Par ailleurs, plus d’un Français sur deux (51%) a testé la sodomie et 50% ont déjà eu un «one shot» (une relation sexuelle sans lendemain). 15% ont également tenté un plan à trois, 13% une aventure homosexuelle, 11% une relation avec une prostituée et 37% ont déjà eu une partie de sexe avec quelqu’un… Alors qu’ils étaient en couple (45% des hommes, 29% des femmes).  

(1) Sondage réalisé du 7 avril au 7 mai auprès de 9.850 personnes âgées de 18 ans et plus représentatives de la population française, selon la méthode des quotas. 

Mots-clés :