Les élèves comme leurs parents apprécient particulièrement les nombreuses activités extra-scolaires proposées gratuitement aux enfants à raison de deux après-midi par semaine, avant ou après les cours: danse, judo, escrime, théâtre, excursions, cuisine, écriture de blogs, informatique...
Les élèves comme leurs parents apprécient particulièrement les nombreuses activités extra-scolaires proposées gratuitement aux enfants à raison de deux après-midi par semaine, avant ou après les cours: danse, judo, escrime, théâtre, excursions, cuisine, écriture de blogs, informatique... - Sebastien Bozon afp.com

Un plébiscite! Pour 87% des personnes interrogées, il est important que la programmation, c’est-à-dire le codage pour créer des logiciels, et le développement informatique soient enseignés à l’école selon un sondage exclusif* BVA -Syntec Numérique-20 Minutes-01Business-BFM Business.

Premier bénéfice identifié par 49% des Français: faciliter la vie de tous les jours des élèves avec une meilleure connaissance de l’informatique. «Au-delà, il apparaît assez clair que cet enseignement pourrait avoir un impact en matière d’insertion sur le marché de l’emploi: en ouvrant les perspectives d’orientation scolaire (37%) mais surtout en permettant des débouchés professionnels (45%)», souligne Erwan Lestrohan d’Opinion Way.

Un secteur qui recrute

«Le secteur du numérique est un des secteurs économiques les plus dynamiques… et en manque de personnel qualifié. 35.000 emplois à forte valeur ajoutée y seront créés en 2014!» rappelle Bruno Vanryb du Syntec Numérique.

Une demande d’enseignement informatique, que le gouvernement pourrait faire sienne. «C’est une des clés pour que les prochaines générations maîtrisent leur environnement numérique. Apprendre la programmation permet de dépasser la simple sensibilisation au numérique et de se rendre compte qu’on peut modifier les smartphones qu’on utilise, qu’on peut réaliser des films, qu’on peut créer des jeux. On apprend l’anglais, le chinois, il faut apprendre à coder!» expliquait la semaine dernière à l’occasion d’un chat à 20 Minutes Axelle Lemaire, secrétaire d’État au Numérique.

Un discours qui fait écho à un rapport réalisé en 2013 par l’Académie des sciences: «L’enseignement général de l’informatique devra d’abord donner à tous les citoyens les clés du monde du futur, qui sera encore bien plus numérique et donc informatisé que ne l’est le monde actuel, afin qu’ils le comprennent et puissent participer en conscience à ses choix et à son évolution plutôt que de le subir en se contentant de consommer ce qui est fait et décidé ailleurs.»

Un enseignement surtout au collège

Les Britanniques l’ont bien compris puisque dès la rentrée de septembre 2014, l’enseignement du codage sera obligatoire pour les enfants de 5 à 16 ans.

Selon notre sondage, si seulement 4% des Français sont favorables à un enseignement dès l’école maternelle, 24% d’entre eux valideraient un apprentissage à partir de l’école primaire, 41% à partir du collège et 18% à partir du lycée. Un enseignement qui devrait être assuré pour 79% des sondés par des professeurs spécialisés en numérique, par des spécialistes issus du monde de l’entreprise (34%), ou encore par les professeurs de technologie (26%).

Méthodologie: Enquête réalisée auprès d’un échantillon de 1.072 Français, représentatif de la population française âgée de 18 ans, recrutés par téléphone et interrogés par Internet* les 15 et 16 mai 2014.

Mots-clés :