Lutte contre le sexisme: La journée «Ce que soulève la jupe» crée la polémique

34 contributions
Publié le 14 mai 2014.

SEXISME - «Il n’y a pas de demande faite aux élèves» de venir en jupe, a assuré le ministre de l’Education à l’Assemblée...

Une journée de lutte contre le sexisme intitulée «Ce que soulève la jupe», proposée vendredi dans 27 lycées de l'académie de Nantes, crée la polémique. Certains opposants à la supposée «théorie du genre» affirmant en effet - faussement - qu'il est demandé aux garçons de venir en jupe.

>> Votre avis: Comment le port d'une jupe permet-il de lutter contre le sexisme?

C'est l'intitulé de la journée, lancée par des élèves élus du conseil académique de la vie lycéenne, «Ce que soulève la jupe» (titre d'un ouvrage de Christine Bard sur le sexisme), et la proposition d'«inviter filles et garçons, élèves et adultes, le temps d'une "journée événement" à porter une jupe ou un autocollant "je lutte contre le sexisme, et vous?"», qui a mis le feu aux poudres sur les réseaux sociaux.

«Mensonges colportés par des organisations radicales»

Plusieurs groupes de militants anti-théorie du genre ont tronqué et déformé l'information, qui est devenue une obligation pour les garçons de porter une jupe, ainsi que du rouge à lèvres, ce qui est faux. Dans un communiqué mercredi, la Manif pour tous a demandé l'annulation de cette journée.

Le groupe local «Les Nantais pour la famille» a appelé à une action de protestation pacifique le 16 mai, sur une page Facebook illustrée de photos de Conchita Wurst, travesti barbu qui a remporté l'Eurovision. Béatrice Bourges, leader du Printemps français, groupe d'opposants radicaux au mariage gay, a elle prophétisé dans un tweet: «Scandale absolu. Tout cela se terminera très mal, c'est certain. Les seules manifestations ne suffisent plus».

«Il n’y a pas de demande faite aux élèves» de venir en jupe, a lancé Benoît Hamon à l’Assemblée, en réponse à la question d’une députée UMP sur le sujet. Le ministre de l’Education nationale s’est ému des «mensonges colportés par des organisations radicales» et a invité l’élue à vérifier ses informations avant de les asséner dans l’hémicycle du Palais Bourbon. Avant lui, le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll avait refusé de commenter ce qu'il considère être une «pseudo-information du Figaro».

«Il ne s'agit en aucun cas de se déguiser»

C'est une «action de lutte contre le sexisme», prévue le 16 mai dans 27 lycées de l'académie (qui en compte 220), qui consistera «principalement en un temps d'échange sur les discriminations sexistes et les moyens éventuels d'y remédier dans la vie du lycée», a par ailleurs précisé le porte-parole du rectorat à l’AFP.

«Il ne s'agit en aucun cas de se déguiser ou d'une journée de folklore, surtout en période d'examen: l'an dernier pour la première édition le 12 avril 2013, ce sont surtout des filles qui sont venues en jupe, parfois même, de manière symbolique, sur des pantalons, et chez les garçons, il y a peut-être eu deux ou trois kilts», a continué le  rectorat.

Et de conclure: «Se mettre en jupe n'est pas le propos de cette action.»

E.O. avec AFP
Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr