Des chiens mangent des croquettes.
Des chiens mangent des croquettes. - FRANCOIS GUILLOT/AFP

La présidente de la Société protectrice des animaux (SPA) explique à 20 Minutes pourquoi, malgré les difficultés économiques vécues hpar beaucoup de Français, les adoptions d’animaux augmentent.

Les adoptions d'animaux dans vos 56 refuges ont augmenté de 8% en 2013. Comment l’expliquez-vous?

C’est une hausse importante, car la tendance des années précédentes était plutôt à la stagnation des adoptions. Elle est à mettre en parallèle de notre campagne de communication de ces derniers mois qui a eu un fort retentissement. Les adoptions ont surtout eu lieu en mai et septembre, lors des opérations portes ouvertes. Et pour le début de l’année 2014, cette tendance à la hausse se confirme.

N’est-il pas surprenant qu’en période de crise, les Français ne rechignent pas à adopter un animal alors que son entretien coûte cher?

Non, car en période de marasme économique, les gens se replient sur leur cellule familiale et domestique. L’animal est plébiscité car il est source de réconfort et d’amour. D’ailleurs, il n’y a pas de profil type de l’adoptant, ni en termes d’âge, ni en termes de classe sociale.  Et au lieu d’acheter un chien de race chez un éleveur à 1.000 euros, certains préfèrent aller en chercher un dans un refuge pour 150 euros.

Quels sont les animaux les plus souvent adoptés?

Les chiens (16.000 adoptions en 2013) et les chats. (13.000).  Le reste (lapins, cochons d’inde, furets…) n’ont  représenté que 150 adoptions l’an dernier. Mais nous proposons aussi à l’adoption des chevaux, des chèvres, des moutons et même un taureau! La durée moyenne de leur séjour au refuge est de 91 jours car nous essayons qu’ils soient recueillis le plus tôt possible afin de diminuer le stress lié à l’abandon.

Quelles précautions prenez-vous pour vous assurer que les candidats à l’adoption seront de bons maîtres?

Cette démarche doit être un acte responsable. Nous interrogeons donc les familles sur leurs motivations. Nous nous assurons par exemple, qu’elles ne souhaitent pas acquérir un chien juste pour faire plaisir à un enfant. Il faut absolument éviter un éventuel deuxième abandon qui serait traumatisant pour l’animal. En fonction de leurs besoins et de leurs attentes, nous présélectionnons ensuite quelques animaux. S’en suivent des rencontres entre les futurs maîtres et les animaux pour jauger de la complicité qui s’instaure entre eux.

Combien coûte une adoption?

Il faut compter 150 euros pour un chien et une centaine d’euros pour un chat. Les plus vieux animaux sont confiés gracieusement. Nos animaux sont vaccinés et munis d'une puce électronique. Ils sont aussi quasi systématiquement stérilisés, sauf s’ils sont trop jeunes.

L’histoire finit-elle toujours bien?

Oui dans l’immense majorité des cas. Les mauvaises expériences sont dues au manque d’éducation de certains animaux ou au fait que leurs besoins ne sont pas adaptés à la famille . Pour éviter cet écueil, nous délivrons aux familles un livret d’adoptant, qui contient de nombreux conseils. Et en cas de besoin, elles peuvent toujours obtenir des informations en appelant la SPA.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé