Un député PS demande des poursuites judiciaires contre les auteurs de rumeur sur l'enseignement du genre

EDUCATION Un député de l'Hérault demande au ministère de l'Intérieur de poursuivre en justice les personnes à l'origine de cette polémique...

avec AFP

— 

Le député de l'Hérault socialiste Christian Assaf en janvier 2012.

Le député de l'Hérault socialiste Christian Assaf en janvier 2012. — ALAIN ROBERT/APERCU/SIPA

Le député PS de l'Hérault Christian Assaf a adressé jeudi une lettre au Ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, dans laquelle il lui demande de poursuivre en justice les personnes à l'origine des rumeurs d'un prétendu enseignement de la théorie du genre. «Ces rumeurs infondées, devenues une croisade nauséabonde, sont responsables de troubles à l'ordre public évidents et conduisent au non-respect de l'obligation de scolarisation des enfants», écrit le député.

Une centaine d'école perturbées

«Il me semble important que les personnes et mouvements à l'origine de cet appel (au boycott des écoles) et de ces mensonges soient recherchés et poursuivis», ajoute Christian Assaf pour lequel au-delà des «enfants, c'est la République qui est attaquée et c'est donc à la République de répondre». Depuis vendredi, une centaine d'écoles - sur les 48.000 établissements publics - ont été perturbées par des absences d'élèves après un appel à boycotter l'école, selon le ministère de l'Éducation nationale.

Mercredi, face aux rumeurs à propos d'un prétendu enseignement de la «théorie du genre» conduisant certains élèves à boycotter l'école, le ministre de l'Éducation nationale Vincent Peillon a tapé du poing sur la table, demandant aux chefs d'établissements de convoquer leurs parents pour les rassurer et leur rappeler que l'école est obligatoire.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.