Vincent Peillon et Najat-Vallaud Belkacem, le 13 janvier 2014  à Villeurbanne,  lors d'un déplacement sur les modules «ABCD de l'égalité».
Vincent Peillon et Najat-Vallaud Belkacem, le 13 janvier 2014  à Villeurbanne,  lors d'un déplacement sur les modules «ABCD de l'égalité». - PHILIPPE DESMAZES / AFP

La rumeur qui fait trembler le Mammouth. Des parents d’élèves de plusieurs communes ont refusé de mettre leurs enfants à l’école le 24 janvier après avoir reçu des SMS affirmant que les enseignants allaient apprendre «la théorie du genre» aux enfants et les invitant ainsi à boycotter la classe un jour par mois. Une campagne relayée aussi sur les réseaux sociaux avec des slogans comme «Demain, tu seras une femme mon fils».

L’origine de cette rumeur coïncide avec le lancement à la rentrée de l’expérimentation baptisée «ABCD de l'égalité» par le ministère dans 10 académies, des modules pédagogiques visant à lutter contre les stéréotypes filles-garçons à l'école pour corriger les inégalités entre les sexes dès le plus jeune âge.

Pour enrayer la machine, le ministre de l’Education a fait une mise au point mardi en expliquant qu’il n’y avait pas d'enseignement de la «théorie du genre» à l'école mais une «éducation à l'égalité fille-garçon». «Il y a un certain nombre de parents qui, m'a-t-on dit, ont été inquiets, se sont laissé prendre à cette rumeur totalement mensongère selon laquelle (...) à l'école, on apprendrait aux petits garçons à devenir des petites filles», a déclaré Vincent Peillon. «Tout ça est absolument faux, il faut cesser», a-t-il ajouté.

Une rumeur diffusée par différents canaux

Sur le site zamanfrance.fr, Farida Belghoul, figure des rassemblements antiracistes des années 80 aujourd'hui proche d'Alain Soral, explique être à l’origine de cet appel au boycott de l’école. «J'espère alerter des parents qui ne sont pas informés des plans du gouvernement en jetant la lumière sur ce projet, afin que ces parents puissent défendre leurs enfants (…).Une fois informés, les parents pourront se mobiliser pour l'interdiction de l'introduction de la «théorie du genre» sous toutes ses formes», soutient-elle.

Parallèlement, depuis plusieurs mois, certains mouvements comme la Manif pour tous assurent que l’Education nationale diffuse subrepticement la fameuse«théorie du genre».

Quelques syndicats, inquiets de la propagation de la rumeur, ont commencé à réagir. Le SNUipp-Fsu a ainsi dénoncé dans un communiqué ce mardi  «cette campagne mensongère et réactionnaire qui vise à effrayer les parents d'élèves» et qui «a malheureusement eu des premiers effets dans quelques écoles de certains départements avec des chiffres d'absentéisme importants». Le syndicat demande à Vincent Peillon «que les recteurs et les Dasen ( Directeur académique des Services de l'Education nationale) relaient un discours très clair auprès de toutes les familles en proie à la désinformation». Car plus le temps passe, plus la rumeur risque de se diffuser…

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé