François Hollande à Toulouse, le 9 janvier 2014.
François Hollande à Toulouse, le 9 janvier 2014. - FRED SCHEIBER/20 MINUTES

Vincent Colas

Attention scoop. Le magazine Closer a publié dans son édition du vendredi 10 janvier une série de photos montrant un homme masqué par un casque intégral, franchissant la porte d’un immeuble parisien, puis la comédienne Julie Gayet, sortant du même bâtiment. Seuls la présence d’un garde du corps du chef de l’Etat et le fait que l’homme casqué porte les mêmes chaussures que François Hollande sur d’autres clichés suggèrent qu’il s’agit du chef de l’Etat. Une révélation que le président a déplorée mais pas démentie…

De Marine Le Pen (FN) à Harlem Désir (PS), la classe politique, Premier ministre en tête, a soutenu vendredi François Hollande dans sa demande de respect de la vie privée. Dans une déclaration à l’AFP lue par un de ses proches, où Hollande s’exprime en son nom propre, le Président a dit «déplorer profondément les atteintes au respect de la vie privée auquel il a droit comme tout citoyen.» Mais justement, le chef de l’Etat est-il un citoyen comme les autres?

>> Les développements de l’affaire sont à suivre en direct ici

«D’un point de vue constitutionnel, la question ne se pose pas, explique Michel Lascombes, professeur agrégé de droit public à l’Institut d’études politiques de Lille. Il a les mêmes droits qu’un citoyen lambda. Néanmoins, aujourd’hui, les personnages publics ont une vie privée plus restreinte que le commun des mortels.»

D’un point de vue juridique, ce que la justice va devoir trancher, c’est de «savoir si la publication litigieuse contribue à un débat d’intérêt général ou si son contenu ne sert qu’à des fins de divertissement», selon la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme (lien en anglais)

Le droit à l'information peut passer au-dessus du droit à la vie privée

Toutefois, mardi 7 janvier, la justice avait estimé en appel que le livre Le Front national des villes et le Front national des champs devait être expurgé des passages faisant référence au compagnon de Steeve Briois, mais pas à ceux le concernant directement. «Monsieur Briois est un personnage politique public. Le droit à l’information est donc passé au-dessus du droit à la vie privée», avait expliqué Louis de Mareuil des éditions Jacob-Duvernet, qui publient l’ouvrage.

>> L’article «Le livre révélant l’homosexualité d’un candidat FN de nouveau disponible à la vente» est à lire par ici

Mardi 14 janvier, François Hollande doit détailler lors de sa troisième grande conférence de presse devant plusieurs centaines de journalistes, les annonces qu'il a faites lors de ses vœux aux Français le 31 décembre. Il a prévu d'expliquer l'inflexion de sa politique économique et sociale avec le nouveau «pacte de responsabilité» (emplois contre baisse des charges) qu'il propose aux entreprises, la réduction des dépenses publiques et la baisse «à terme» des impôts. Un message qui risque fort d'être parasité par les nouveaux développements sur son intimité.