Bébé retrouvé dans un coffre de voiture: Les parents mis en examen

7 contributions
Publié le 27 octobre 2013.

FAITS DIVERS - Certains témoignages pourraient laisser croire que l'enfant aurait pu être caché régulièrement dans le coffre...

Il s'agirait d' un cas de dissimulation étalé sur au moins 15 mois, qui «défie l'imagination», a dit le procureur.

Les parents d'une fillette, retrouvée déshydratée vendredi dans un coffre de voiture en Dordogne, ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire ce dimanche à Brive, en Corrèze, pour violences habituelles sur mineur, privation de soins par ascendant et dissimulation ayant entraîné atteinte à l'état-civil d'un enfant. La femme de 45 ans et son compagnon de 40 ans, placés en garde à vue vendredi, ont été laissés en liberté sous strict contrôle judiciaire. Ils encourent au total une peine d'emprisonnement maximale de 10 ans.

Dissimulée «a priori depuis sa naissance»

L'enfant, qui n'a pas d'état-civil, «a été dissimulée, a priori depuis sa naissance, et, plus grave, elle présente des retards importants, sur plusieurs plans», et des capacités ne correspondant pas à un âge d'entre 15 et 23 mois, a indiqué le procureur de la République de Brive, Jean-Pierre Laffitte, soulignant que l'enfant ne parle pas. Selon La Montagne, ni son poids ni sa taille ne correspondraient à ceux d'un enfant de son âge et la fillette souffrirait de gros retards psycho-moteurs. Les enquêteurs ont pu établir avec certitude le lien de parenté entre la fillette et le couple corrézien.

La mère, âgée de 45 ans, a été placée en garde à vue dès vendredi et entendue par les gendarmes. Le père d'une quarantaine d'années avait été interpellé, fortement alcoolisé, vendredi soir à son domicile de Brignac-la-Plaine en Corrèze, à la frontière avec la Dordogne, et placé en garde à vue quelques heures après elle.

Le garagiste prévient les gendarmes

La petite fille d'un an avait été retrouvée vendredi, nue, déshydratée, sale, l'air fiévreux mais sans trace de violences, dans un couffin dans le coffre d'une voiture que la mère avait amené pour une réparation dans un garage de Terrasson, en Dordogne, à 10 km de là.

Le garagiste, alerté par des «bruits bizarres, comme de petits gémissements» venant du coffre, l'avait ouvert et avait prévenu les gendarmes.

La mère, présente, ne semblait «pas avoir conscience de la gravité de ce qu'elle avait fait», a déclaré à un correspondant de l'AFP le garagiste Guillaume Iguacel.

Un scénario noir pourrait se dessiner

Le bébé a, semble-t-il, été dissimulé «à tous points de vue, c'est-à-dire auprès des proches, des membres de la famille, du voisinage et de l'état-civil», a précisé dimanche le procureur, soulignant le caractère «exceptionnel» du cas. La mère aurait déclaré aux enquêteurs avoir dissimulé l'enfant à son compagnon, lui a dit ignorer son existence, un parmi «de nombreux points qui demanderont vérification» par le juge d'instruction saisi, a ajouté le parquet.

Le voisinnage, interrogé par La Montagne, semble ne pas avoir eu connaissance de ce quatrième enfant: «On voyait les trois enfants jouer dans le jardin. Mais je n'ai jamais remarqué de fillette d'un an, ni de poussette», témoigne une voisine. 

Les témoignages recueillis par le quotidien local pourraient même laisser présager d'un scénario noir: l'enfant aurait pu rester régulièrement dans le coffre du véhicule. Le quotidien cite notamment des voisins qui se sont souvenus que, «quand il faisait chaud, la voiture était recouverte de couvertures». Les employés du garage auraient de leur côté repéré une odeur d'excréments émanant de la voiture au mois d'août.

Trois autres enfants du couple, âgés de 4, 9 et 10 ans, normalement scolarisés et qui n'«avaient jamais attiré l'attention», ont été confiés aux services sociaux du département pour un placement provisoire.

A.D. avec AFP
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr