Le Ninkasi Kao, à Lyon.
Le Ninkasi Kao, à Lyon. - GOOGLE MAP / 20MINUTES

avec AFP

Le préfet du Rhône a pris vendredi un arrêté interdisant un concert controversé du groupe britannique Death in June qui devait se tenir le 29 octobre à Lyon, les autorités reprochant au groupe de véhiculer «délibérément» des symboles nazis.

Dans cet arrêté préfectoral transmis à la presse, le préfet Jean-François Carenco rappelle que «ce groupe de musique rock véhicule délibérément des symboles nazis, des noms, des gestes, des images et des chansons qui se rapportent au nazisme et tendent à en faire l'éloge».

Lyon, haut lieu de la résistance

Le concert qui devait se tenir au Ninkasi, salle branchée de Lyon, pouvait, selon le préfet, générer des troubles à l'ordre public. Celui-ci a donc aussi interdit «tout rassemblement ou attroupement aux abords de la salle» le même jour, de 14h00 à minuit.

Le préfet a rappelé que la ville de Lyon «de par son histoire au cours de la seconde guerre mondiale, a été un haut lieu de la résistance, mais aussi des barbaries nazies, que cette même ville a été le lieu du procès de Klaus Barbie auquel une chanson de ce groupe fait référence».

Nombreuses protestations

L'association des Fils et Filles des déportés juifs de France avait protesté contre ce concert, comme l'avait rappelé Le Progrès dans ses éditions de jeudi.

De même, le 21 octobre dernier, le maire (PS) de Cognac, Michel Gourinchas, avait décidé d'annuler un concert de Death in June programmé le 31 octobre dans sa ville.

Le groupe de metal anglais a notamment été mis en cause sur Internet par le mouvement antifasciste La Horde, qui dénonce son «esthétique mélangeant symbolique nazie et paganiste».