Un policier contrôle la vitesse des véhicules à Strasbourg en 2011.
Un policier contrôle la vitesse des véhicules à Strasbourg en 2011. - G. VARELA / 20 MINUTES

avec AFP

L'association 40 millions d'automobilistes a adressé dimanche une lettre ouverte au ministre de l'Intérieur Manuel Valls, assurant que les vitesses actuelles sur les routes secondaires, qu'un rapport préconise d'abaisser de 90 à 80 km/h, ne représentent pas un danger mortel.

«Nous vous invitons à prendre place avec nous, en voiture, le temps d'un trajet, pour vous démontrer que le respect des limitations de vitesse, telles qu'elles sont fixées actuellement, ne peut engendrer un accident mortel», écrit l'association, opposée à toute baisse des limitations.

Dans sa lettre, 40 millions d'automobilistes invite le ministre à ne pas se laisser «tenter» par «des préceptes dépassés et infondés qui n'auraient d'autre conséquence qu'une impopularité sans résultat supplémentaire que la baisse naturelle du nombre de décès sur les routes liée à l'amélioration des véhicules et au renforcement des infrastructures».

Pétition en ligne

Dans un rapport confidentiel révélé samedi par l'AFP, le comité des experts du Conseil national de la sécurité routière (CNSR), instance chargée de faire des propositions en matière de sécurité routière, recommande de réduire la vitesse autorisée à 80 km/h sur les routes où elle est limitée à 90, une mesure qui permettrait selon eux de sauver 450 vies par an.

«Je reste convaincu que c'est en baissant davantage la vitesse sur les routes, et notamment les routes secondaires, que nous aurons une baisse de la mortalité», avait déclaré Manuel Valls en juin lors de la dernière séance plénière du CNSR. «Si demain, il faut des mesures dans ce sens, je n'hésiterai pas à les prendre», avait-il ajouté.

Pour s'opposer à une baisse éventuelle des limitations, 40 millions d'automobilistes a par ailleurs lancé dimanche une pétition en ligne via un site internet dédié (www.nonalabaissedeslimitationsdevitesse.com)

«Ce site Internet (...) permettra à chaque automobiliste d'envoyer en un clic un courriel à chacun des parlementaires de son département mais aussi au Président de la République, au Premier ministre, au Ministre de l'Intérieur», explique l'association dans un communiqué. La baisse de la limitation des vitesses sera l'un des thèmes de la prochaine séance plénière du CNSR le 29 novembre.