Le bijoutier qui a tué jeudi un braqueur à Sézanne (Marne), avait une "autorisation préfectorale" de détention d'arme, et l'enquête dira s'il a agi "en état de légitime défense", a déclaré vendredi le procureur de Châlons-en-Champagne.
Le bijoutier qui a tué jeudi un braqueur à Sézanne (Marne), avait une "autorisation préfectorale" de détention d'arme, et l'enquête dira s'il a agi "en état de légitime défense", a déclaré vendredi le procureur de Châlons-en-Champagne. - Philippe Huguen AFP

avec AFP

Un homme menotté correspondant au descriptif connu du beau-père de Fiona, la fillette disparue à Clermont-Ferrand, a quitté mercredi en fin d'après-midi les locaux de la police judiciaire de Perpignan à bord d'une voiture de police, a constaté un journaliste de l'AFP.

Cet homme émacié, encadré de deux policiers sur le siège arrière du véhicule, a brandi ses menottes en direction des journalistes comme pour les prendre à témoins, avant que la voiture immatriculée dans le Puy-de-Dôme ne s'éloigne.

Cécile Bourgeon serait toujours dans les locaux

On ignore la destination prise par le véhicule. Mais si Berkane Maklouf, le beau-père de Fiona, devait être mis en cause et présenté au juge d'instruction, son transfèrement vers le Puy-de-Dôme et Clermont-Ferrand, d'où est dirigée l'enquête, est l'hypothèse la plus probable.

Berkane Maklouf a été interpellé avec sa compagne Cécile Bourgeon, la mère de Fiona, mardi soir à Perpignan, où le couple s'était installé auprès de la famille de Cécile. Ils ont été placés en garde à vue, ainsi que trois autres personnes également interpellées par les enquêteurs.

Depuis mardi soir, Cécile Bourgeon a été longuement interrogée par les policiers et semblait toujours se trouver dans les locaux de la police judiciaire de Perpignan mercredi en fin d'après-midi. Mais des signes d'agitation laissaient envisager un autre transfèrement. Les avocats de Cécile Bourgeon ont ainsi été rappelés à la hâte à la police judiciaire.