Paris le 23 avril 2013. Ambiance autour de l'Assemblee Nationale. Vote de  la loi pour le mariage pour tous. Frigide Barjot chef de file du mouvement "la manif pour tous".
Paris le 23 avril 2013. Ambiance autour de l'Assemblee Nationale. Vote de  la loi pour le mariage pour tous. Frigide Barjot chef de file du mouvement "la manif pour tous". - A. GELEBART / 20 MINUTES

Ils sont toujours tous contre le mariage entre personnes de même sexe. Mais le divorce est désormais bien consommé entre Frigide Barjot et ses anciens soutiens de la «Manif pour tous». Evincée officiellement du mouvement dimanche soir, l’égérie du combat contre la loi Taubira est aussi assignée, mercredi devant le tribunal d’instance du 15e arrondissement, par la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP) qui souhaite la voir quitter son duplex de 173 m² à deux pas du Champ-de-Mars.

La société Jalons domiciliée chez eux

«C’est un moment pénible, avoue-t-elle à 20 Minutes. Cette procédure jette le discrédit sur moi et toute ma famille.» Occupant depuis trente ans ce duplex de 173 m² avec terrasse pour un loyer mensuel de 2.850 euros, Frigide Barjot et son mari Basile de Koch se voient aujourd’hui reprocher d’avoir fait domicilier leur société «Jalons» chez eux. Via une procédure de sous-location, la société verse ainsi un loyer tous les mois au couple. Ce qui permet, selon la RIVP, de «gonfler artificiellement les charges de cette entreprise et donc de payer moins d’impôts.» C’est cette «utilisation continue des lieux d’habitation à usage commercial» qui constitue selon la Régie un «manquement grave aux obligations des locataires» et qui leur vaut cette assignation au tribunal.

«Les Amis de Frigide Barjot»

«On est toujours chez nous, lâche Frigide Barjot. Et nous faisons confiance à la justice. Mais c’est vrai que ce n’est pas facile.» D’autant que l’auteure de Confessions d’une catho branchée assure qu’elle «ne survit qu’en rognant tous les mois sur le capital hérité de [ses] parents…» Pleine de ressources, elle a donc eu l’idée de créer une nouvelle structure associative pour lui permettre de s’en sortir. On connaissait l’association «Les amis de Nicolas Sarkozy». Il y aura bientôt celle des «Amis de Frigide Barjot». «Les statuts sont en préparation. Il y aura un site avec un appel aux dons. Les gens qui pensent que je ne mérite pas ce traitement pourront ainsi m’aider…»

Car, propriétaire d’un autre appartement de 64 m² dans le 10e arrondissement, Frigide Barjot n’envisage pas de déménager. «Je ne préfère pas y penser pour l’instant, lâche-t-elle. On verra la décision des juges. Et puis de toute façon, l’appartement dans le 10e est toujours en travaux. Et il ne dispose que de deux chambres alors que nous sommes quatre…»

L’Avenir pour tous n’a «pas un rond»

En attendant, l’ancienne chroniqueuse à la télévision préfère se concentrer sur «son combat contre la loi Taubira». Evincée du mouvement, elle compte rebondir dans son nouveau projet «L’Avenir pour tous». «Avec Laurence Tcheng (La Gauche pour le mariage républicain) et Xavier Bongibault (Gay sans mariage), nous sommes en train de reconstituer les équipes. Nous allons adresser notre manifeste aux candidats aux élections de 2014, explique-t-elle. Pour l’instant, on n’a pas un rond. Alors nous allons aussi lancer un appel aux dons pour ce projet-là. Une chose est sûre: je ne domicilierai pas cette association chez moi cette fois-ci…»

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé