«J'ai couru la Parisienne, pour moi et pour la cause des femmes»

1 contribution
Publié le 16 septembre 2013.

TÉMOIGNAGE - Véronique, 58 ans, internaute de «20 Minutes», a participé à la course de La Parisienne, organisée dimanche...

Elles étaient 30.000 ce dimanche, à fouler les pavés de la capitale, entre femmes, en faveur de la recherche contre le cancer du sein. Parmi elles, la retraitée des bassins Laure Manaudou ou l’ancienne Miss France Linda Hardy. Au milieu des coureuses, il y avait aussi Véronique, 58 ans, anonyme «pas vraiment sportive» mais emballée par le concept.

Huit heures du matin ce dimanche. Sac à dos floqué et tee-shirt rose sur le dos, elles étaient déjà une cinquantaine à converger vers Paris, comme Véronique, dans le RER A au départ de Saint-Germain-en-Laye. Partie seule, c’est en groupe que cette internaute arrive au Trocadéro pour le départ. Un état d’esprit «décontracté» qui donne tout de suite le ton de la course.

«Maman, dépêche-toi, on a faim»

«J’ai couru les Foulées de Saint-Germain-en-Laye l’an passé, raconte Véronique, tout le monde se marchait dessus. Je me suis dit qu’une course de moins de 7 km, entre femmes, serait plus cool». Et c’était le cas dimanche. «Certaines courent, d’autres marchent et personne ne se bouscule». Véronique a bouclé la course en 52 minutes. Une performance plutôt moyenne, mais ce n’est pas le but de la course.

La Parisienne, c’est une histoire de solidarité, dans le principe déjà. Puisque toutes, en payant leur inscription, contribuent à la recherche en faveur du cancer du sein. Dans les rangs et le public aussi. «Tout le monde était content d’être là. Les exercices d’échauffement ressemblaient à des cours de gym de filles au collège, s’amuse Véronique. Sur les côtés, il n’y avait quasiment que des hommes, jeunes et moins jeunes». Les compagnons, amis, frères et fils, en nombre sur le parcours, brandissaient des pancartes de soutien. «Courage les filles, plus que 6.5 km», ou «Maman, dépêche-toi on a faim».

Une fois la ligne d’arrivée franchie, Véronique est ravie. «Je ne suis pas sportive à la base, concède cette internaute. Mais pour ce genre de courses, je me force un peu, pour me maintenir en forme et pour la cause. L’année prochaine, je recommencerai, avec ma fille.» 

* Christine Laemmel

 
Mots-clés
Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr