Bugarach se prépare à une nouvelle fin du monde pour 2027

APOCALYPSE – Après l’échec du 21 décembre 2012, des experts ont écrit au maire pour l’informer d’une «erreur de calcul»…

Vincent Vantighem

— 

Le pic de Bugarach, surplombant le petit village audois du même nom, le 22 novembre 2012.

Le pic de Bugarach, surplombant le petit village audois du même nom, le 22 novembre 2012. — FRED SCHEIBER/20 MINUTES

Les journalistes ont déserté les rues du petit village de l’Aude. Mais de nombreux touristes continuent de visiter Bugarach (Aude). Fort de ses 220 âmes et de son pic, le village devait être le seul à résister à la fin du monde prévue pour le 21 décembre 2012. «Mais ils se sont trompés et la vie continue», s’amuse Jean-Pierre Delord, le maire interrogé par 20 Minutes. Et il faut en profiter. Car depuis la vraie-fausse fin du monde, l’édile assure avoir reçu plusieurs courriers de «personnes qui se disent expertes». «Ils m’expliquent qu’il y a eu une erreur dans le calcul de la fin du monde selon le calendrier maya, explique-t-il. A priori, cela serait plutôt prévu pour 2027!»

Une «porte d’entrée au vortex»

Si le maire assure que «cela le fait rire», il n’en apprécie pas moins le coup de projecteur sur son petit village. «C’est sûr que cela nous fait de la publicité. Il y a encore pas mal de touristes qui viennent jusqu’ici pour voir le pic.» Surplombant le village, cette montagne aux propriétés magnétiques aurait, en effet, le pouvoir de résister à l’Apocalypse. Certains assurent qu’elle abrite une base extraterrestre en son sein; d’autres qu’il s’agit de la «porte d’entrée au vortex»…

Deux ou trois installations supplémentaires

Candidat à sa réélection à la mairie lors des municipales de mars 2014, Jean-Pierre Delord est souvent interrogé sur le sujet par ses administrés. «On ne va pas rentrer dans le gigantisme, assure-t-il. Mais toute cette histoire pourrait être l’occasion de conforter un peu les structures touristiques existantes.» Le village abrite actuellement deux restaurants et quelques chambres d’hôtes. «Si toute cette histoire de 2027 reprend, pourquoi ne pas construire deux ou trois installations supplémentaires», s’interroge le maire. Si la vérité est ailleurs, le business, lui, est à Bugarach.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.