Que savez-vous de la réforme des rythmes scolaires?

EDUCATION La mise en oeuvre de cette réforme des 4,5 jours démarre à la rentrée. Le point sur les changements qu'elle entraîne...

Delphine Bancaud

— 

Le 15 février 2013, à Mulhouse, les élèves du groupe scolaire de Brossolette, qui a expérimenté la  semaine de quatre jours et demi.

Le 15 février 2013, à Mulhouse, les élèves du groupe scolaire de Brossolette, qui a expérimenté la semaine de quatre jours et demi. — SEBASTIEN BOZON / AFP

Ce mardi, le ministre de l'Education, Vincent Peillon, et la ministre des Sports, Valérie Fourneyron, vont défendre la réforme des rythmes scolaires, lors d’un déplacement à l’école Georges Brassens de Feyzin  (Rhône). A l’occasion de sa mise en œuvre qui démarre à la rentrée, 20 Minutes fait le point sur ses enjeux. 

Pourquoi changer les rythmes scolaires?

Les écoliers français ont des journées d’école plus denses que dans la plupart des pays dans le monde (864 heures d’enseignement par an, contre 774 heures au sein de la moyenne des pays de l’OCDE). Ce qui nuit à leurs capacités d’apprentissage. L’ancien ministre de l’Education, Luc Chatel, avait déjà souligné l’importance de revoir l’organisation de la journée des écoliers. Mais le précédent gouvernement n’avait pas voulu mettre en œuvre une telle réforme avant l’élection présidentielle. Vincent Peillon a donc décidé d’alléger les journées de classe des écoliers en répartissant mieux le temps scolaire dans la semaine.

Quels sont les changements prévus?

Désormais, les écoliers viendront 4,5 jours par semaine en classe. La matinée d’enseignement supplémentaire prendra place le mercredi, ou plus rarement le samedi matin.  Les écoliers auront une pause déjeuner d’au moins 1h30 et ils n’auront pas plus de 5h30 d’enseignement par jour. Le reste du temps, des activités périscolaires leur seront proposées. Il s’agira d’une aide aux devoirs ou d’activités culturelles, sportives ou artistiques, selon le projet d’école.

Qui concernera-t-elle?

La réforme des rythmes scolaires sera engagée dès la rentrée de 2013. Dès septembre, elle concernera 22% des élèves et 17% des communes. Les autres devant l'adopter à la rentrée 2014.

Combien cette réforme coûtera-t-elle?

Selon l’Association des maires de France (AMF), la réforme va coûter 100 euros en moyenne par élève. Pour aider les collectivités qui franchiront le pas dès 2013, le gouvernement a débloqué  un fonds d'amorçage de 250 millions d'euros pour aider les communes

A la prochaine rentrée, au titre de ce fonds, les communes percevront une aide composée d'un forfait de 50 euros par élève et d'une majoration de 40 euros par élève réservée aux communes les plus en difficulté. A cela s'ajoute une prestation spécifique versée par les Caisses d'allocations familiales, d'un montant de 53 euros par an et par enfant, sous certaines conditions.

Les activités seront-elles gratuites pour les familles?

Elles le seront dans la plupart des communes passant aux 4,5 jours en 2013. Dans les autres, une participation financière sera demandée aux parents. Selon le Snuipp, premier syndicat du primaire, ces activités pourront coûter 0,10 euro par soir et par enfant dans une commune, 30 euros par an dans une autre ou 12 euros par trimestre dans une troisième.

 

Mots-clés :

Aucun mot-clé.