Capture d'écran de la vidéo «Honte à la police française»
Capture d'écran de la vidéo «Honte à la police française» - DR

L’affaire est prise au sérieux. A tel point que le parquet de Tours (Indre-et-Loire) a décidé de s’en saisir. Le procureur adjoint de la République de Tours, Bruno Albisetti, a décidé de convoquer des agents de police impliqués dans une interpellation musclée qui s’est déroulée dimanche matin à Joué-les-Tours. «Je veux interroger les agents pour avoir leur version des faits», a-t-il confié à 20 Minutes. Filmée par un voisin depuis un balcon, l’arrestation a déjà été visionnée plus de 30.000 fois en moins de vingt-quatre heures. Baptisée «Honte à la police française» et relayée sous le hashtag #bavure sur Twitter, elle ne manque pas de susciter des réactions sur les réseaux sociaux.

On y voit clairement deux policiers aux prises avec deux jeunes femmes qui ont vraisemblablement été extraites d’une voiture. Alors que l’une des femmes semble se débattre au sol, l’un des policiers lui assène plusieurs coups de matraque, d’abord aux jambes, puis au visage. Ensuite, il retourne à son véhicule afin de se saisir d’une bombe lacrymogène et d’en asperger la jeune femme.

>> Ci-dessous l’interpellation en vidéo. Attention, les images peuvent choquer.

«On ne sait pas ce qu’il s’est passé avant…»

«Je viens de visionner cette vidéo, a indiqué lundi Bruno Albisetti. Je suis en contact avec la direction départementale de la sécurité publique pour savoir ce qu’il s’est passé. Je veux visionner à nouveau cette vidéo avec les agents de police impliqués. Après, je verrai si cela mérite d’ouvrir une enquête. Si je suis convaincu par les explications des policiers, je n’ouvrirai pas d’enquête.»

D’une durée de plus de sept minutes, la vidéo en question ne montre que la fin de l’interpellation. Et c’est bien ce que regrette une source policière. «On ne voit pas ce qu’il s’est passé avant. C’est un peu facile de tirer des conclusions en regardant un film tronqué», nous a confié cette source.

Selon nos informations, les suspects auraient été interpellés alors qu’ils circulaient à sept dans une voiture qui faisait des embardées sur la chaussée. Le chauffeur présentait également, au moment de l’interpellation, un taux d’alcoolémie supérieur à la normale et il était, toujours selon les premiers éléments, recherché par la police.

Le parquet de Tours devrait communiquer sur cette affaire d’ici un jour ou deux.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé