Un opposant au mariage gay condamné: Trois ex-ministres et des intellectuels demandent sa libération

SOCIETE «Les sentences liées à des prises de positions politiques n'ont pas leur place dans la patrie des droits de l'Homme», affirment les signataires...

avec AFP

— 

Des manifestants venus défiler contre la loi sur le «mariage pour tous», à Paris, le 26 mai 2013.

Des manifestants venus défiler contre la loi sur le «mariage pour tous», à Paris, le 26 mai 2013. — V. WARTNER/ 20 Minutes

Trois anciens ministres de droite et des intellectuels demandent la «remise en liberté immédiate» du jeune manifestant anti-mariage homosexuel condamné à deux mois de prison ferme pour rébellion, dans une pétition dont le texte a été transmis à l'AFP.

Nicolas Bernard-Busse, «étudiant parisien de 23 ans, a été arrêté dimanche 16 juin à Paris en marge d'une manifestation pacifique critiquant le président de la République» et il a été condamné «à deux mois de prison ferme. Les sentences liées à des prises de positions politiques n'ont pas leur place dans la patrie des droits de l'Homme», affirment les signataires. «En attendant que la justice puisse réétudier son dossier, les signataires de cet appel, au-delà de leurs divergences politiques, intellectuelles ou spirituelles, demandent sa remise en liberté immédiate», affirment-ils.

La pétition sera bientôt en ligne sur un site ad hoc

Parmi les premiers signataires de cette pétition, qui sera prochainement mise en ligne sur un site ad hoc, figurent trois anciens ministres (Christine Boutin, François Guillaume, Charles Millon), ainsi que des élus UMP, des intellectuels et des hommes d'affaires.

Les noms des philosophes et membres de l'Institut Chantal Delsol et Jean-François Mattei, des écrivains Denis Tillinac ou Guillaume de Thieulloy, côtoient ceux des élus UMP Jean-François Legaret (maire de Paris Ier), François Lebel (maire de Paris VIIIe) ou UDI Gilles Bourdouleix (député-maire de Cholet). L'homme d'affaires Charles Beigbeder fait également partie des signataires.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.