La crème des hackers, de Cap'n Crunch à Hacker Croll

2 contributions
Publié le 20 juin 2013.

INFORMATIQUE – Avant le Nuit du hack, samedi et dimanche, «20 Minutes» revient sur quelques-uns des grands noms du hacking...

Ils sont entrés dans la légende du hacking. A l'occasion de la 11e Nuit du hack, qui se déroule samedi et dimanche à Disneyland Paris, «20 Minutes» revient sur les faits d'armes de cinq hackers qui ont marqué l'histoire récente, du bon ou du mauvais côté de la force.

>> Pour mieux comprendre ce qu’est un hacker, c’est par ici

John Draper, alias Cap’n Crunch

Ce serait l'un des premiers hackers. Fin des années 60. L'Américain John Draper découvre un sifflet, offert dans les paquets de céréales Cap’n Crunch, dont il prendra le pseudo. John Drapper découvre que ces sifflets sont capables d’émettre un son à 2.600 Hertz, pile poil la fréquence utilisée par les lignes téléphoniques pour signaler qu’une ligne est active. C'est le premier à utiliser cette technique, qui va rapidement prendre le nom de «phreaking», c'est-à-dire l'exploitation des infrastructures téléphoniques.

Kevin Mitnick

Lui aussi commence par des opérations de «phreaking» avant d'évoluer vers le «social engineering» (l'ingénierie sociale). Il sera même condamné à plusieurs reprises, d'abord pour avoir pénétré le central téléphonique de Pacific Bell, puis un ordinateur du Pentagone. Il sera même arrêté en 1995 grâce à un autre hacker, Tsutomu Shimomura. Il est libéré en 2002, après cinq ans de prison.

Vladimir Levin

Ce mathématicien russe, qui se classe dans la catégorie «black hat», ces hackers qui mettent leurs compétences au service d'actes illégaux, a réussi à s'introduire, en 1994, dans la base de données centrale de la CityBank. Il va alors transférer illégalement 10 millions de dollars sur plusieurs comptes à l'étranger. Cela lui vaudra d'être condamné à trois ans de prison.

Jonathan James, alias c0mrade

C'est l'une des cibles les plus prestigieuses que cet Américain a réussi à atteindre, à seulement 16 ans. Les 29 et 30 juin 1999, il a réussi à infiltrer les serveurs de la Nasa, sur lesquels il a pu dérober pour 1,7 million de dollars de documents, dont le code source de l’International Space Station (ISS). Son jeune âge lui a permis d’échapper à la prison.

Le Français Hacker Croll

François C., alias Hacker Croll, a pour fait d'arme d'avoir infiltré, en 2009, des comptes du réseau social Twitter, dont celui de Barack Obama. Cet Auvergnat de 23 ans a utilisé la technique du «social engineering» (l'ingénierie sociale), qui lui a permis d'exploiter les failles humaines pour deviner les mots de passe en répondant à des «questions secrètes» d'un administrateur des comptes. Une fois introduit, il a téléchargé des documents secrets sur la stratégie de l'entreprise Twitter, pour «prouver» le piratage. Cette prouesse lui a permis de décrocher un emploi dans l'informatique.

M.Gr.
Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr