Un «mur des cons» dans un local du Syndicat de la magistrature crée l'émoi

142 contributions
Publié le 25 avril 2013.

POLÉMIQUE - Les photos de plusieurs personnalités se sont retrouvées sur le «mur des cons» d'un local du Syndicat de la magistrature...

Les images sont parfois un peu troubles mais on reconnaît facilement un certain nombre de visages. Le site Atlantico s’est procuré une vidéo, tournée par un «juge apolitique et non syndiqué», dans un local du syndicat de la magistrature (SM) où apparait un «mur des cons». Sur un large panneau, apparaissent les photos de personnalité politiques (Nicolas Sarkozy, Michèle Alliot-Marie, Patrick Ollier,  Eric Ciotti, Nadine Morano mais aussi Jack Lang ou Manuel Valls…) et médiatiques (David Pujadas, Robert Ménard, Dieudonné, Bernard Laporte…).

Les portraits sont parfois accompagnés d’inscriptions – Brice Hortefeux est ainsi désigné comme «l’homme de Vichy» - et plusieurs clichés sont accompagnés d’un sigle du Front national.

Christiane Taubira, interrogée sur ce «mur» par Luc Chatel lors des questions au gouvernement, l'a qualifié d'«action malheureuse». Elle a toutefois rappelé qu'il s'agissait d'un mur «se trouvant dans le local d'un syndicat» et que, par conséquant, c'est «un syndicat qui est en cause, pas la magistrature».

La ministre de la Justice a indiqué que les personnes dont le visage apparaissait sur le mur «étaient fondées à déposer plainte» et a assuré qu'«aucune entrave ne sera faite» dans cette démarche.

Morano envisage une plainte

La présidente du Syndicat a reconnu auprès de Francetvinfo l’existence de ce «mur des cons» mais a plaidé pour «un truc de potache». «C'est un défouloir qui a été fait sous les années Sarkozy, quand les magistrats étaient attaqués de tous les côtés», a-t-elle expliqué, indiquant que ce mur «est destiné à rester privé» et que la vidéo a «été tournée à (leur) insu, dans un local qui n’a pas destination à recevoir du public». 

Il n’en reste que «le mur des cons»  suscite un grand émoi chez ceux qui s’y trouvent épinglés. Nadine Morano, qui est déléguée générale de l’UMP, a annoncé sur LCI qu’une plainte allait être déposée «collectivement».  «Je trouve que c'est déshonorant», a-t-elle lancé. Les juges «prêtent un serment d'indépendance et d'impartialité, et nous voilà, affichés sur un mur, qualifiés de "cons", nous qui sommes des élus de la République».

«Cette pratique n'est pas tolérable»

Christian Jacob, le président des députés UMP, a quant à lui envoyé une lettre à François Hollande pour lui demander de prendre une décision afin que le Conseil supérieur de la magistrature soit saisi de cette affaire. «Cette pratique n'est pas tolérable. Elle constitue à mes yeux une injure publique, une menace et vraisemblablement une violation du serment des magistrats», écrit-il.

Christophe Régnard, président de l’Union syndicale des magistrats (USM), syndicat majoritaire dans la profession et présent sur le «mur» a fait part de sa «surprise attristée». «On est toujours le con de quelqu’un, dit la maxime», écrit-il sur Twitter, estimant toutefois que: «La magistrature n’a pas besoin de ça.» 

.

E.O.
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr